Jump to content

Leaderboard

  1. Zuzu31

    Zuzu31

    C@pitouls


    • Points

      153

    • Content Count

      7,779


  2. tropézien

    tropézien

    B@rbarians


    • Points

      122

    • Content Count

      20,219


  3. gronounours

    gronounours

    C@pitouls


    • Points

      122

    • Content Count

      14,478


  4. olivier11

    olivier11

    C@pitouls


    • Points

      103

    • Content Count

      3,655



Popular Content

Showing content with the highest reputation since 06/22/2019 in all areas

  1. 31 points
    Tendance - Jérôme KAINO On en aurait encore eu, des choses à dire, à l’instant d’entamer cette dernière chronique de la saison. Gloser sur l’inutilité crasse des protocoles commotion qui n’ont généré que frustration lors de ces phases finales, et s’amuser de la jurisprudence involontairement créée par le cas de Marc Andreu, blanchi par la commission de discipline après avoir couvert de quelques noms d’oiseaux le médecin indépendant. On aurait pu, encore, vitupérer sur la pesanteur du cirque présidentiel précédant la finale, et se demander à quoi bon s’échauffer pendant une demi-heure si c’est pour in fine attendre le coup d’envoi pendant un quart d’heure, sans bouger. Ou alors se moquer des fausses notes du public du Stade de France au moment d’entonner la Marseillaise, et suggérer que les oreilles des mélomanes soient au moins épargnées les jours de finale… Oui, j’aurais pu divaguer sur tout ça. Mais à l’heure de boucler la saison, vous me permettrez de revenir sur une anecdote personnelle, et d’utiliser une fois n’est pas coutume la première personne du singulier. L’affaire remonte à la 2e journée du championnat, du côté de Grenoble, et se tenait sur le parvis du stade Lesdiguières, où les joueurs toulousains étaient venus effectuer leur traditionnel galop de décrassage. J’étais venu ce jour-là saluer quelques connaissances en compagnie de mon père, et ce que je pus observer ce jour-là me conféra une certitude, qui ne devait plus me quitter… Car mon père, faut-il préciser, se meut en fauteuil roulant. Et alors que les premiers joueurs venaient de pénétrer sur la pelouse, adressant qui un salut de loin, qui un regard étonné, Jerome Kaino se présenta à la sortie du bus. Après avoir balayé l’espace des yeux, le All Black aux 81 sélections effectua alors sans hésiter un détour d’une vingtaine de mètres pour serrer la main du paternel, qu’il n’avait évidemment jamais rencontré de sa vie. Geste aussi respectueux que gratuit, qu’aucun photographe, caméra ou média (du moins le croyait-il) n’aurait jamais capté. Mais l’extraordinaire, le vrai, se produisit dans la foulée. Car tous (et je dis bien TOUS) les joueurs du Stade toulousain qui sortirent derrière le double champion du monde effectuèrent exactement le même détour, transformant la visite de l’ancien en défilé de poignées de pognes presque aussi long que celui du président Macron, la demande de naturalisation de Maks Van Dyk en moins. On appelle ça un leader, non ? Pour le moins un Monsieur, en tout cas. Celui qui manquait à Toulouse depuis quelques saisons pour aller chercher quelque chose ? Le fait de le voir, neuf mois plus tard, laisser Julien Marchand et Maxime Médard soulever le Bouclier à sa place me le confirma sans aucune surprise. On a les fiertés que l’on peut… ■ P Source - Midol
  2. 16 points
    Après la retraite de Garcès, deuxième gros coup dur pour l'arbitrage du top 14
  3. 14 points
    Moi pareil apres 4 ans de mariage ma femme m’a decu je me suis tiré sans un mot et je lui ai fait un mail qu’elle lira aux gosses je suis comme ca je suis entier
  4. 12 points
    Et c'est reparti pour la régalade!!! Le film des champions Qu'est ce que c'est dur pour Faasalele quand même
  5. 10 points
    Du coup il va s'appeler Toulonne ?
  6. 10 points
    Alors Tropézien, tu fais moins le malin là... C'est pas de Toulon qu'on dirait ça en Afrique du sud, "famous for its croustibats" On est vraiment les meilleurs partout ça devient lassant...
  7. 10 points
    Pas tous, merci ☺ C'est justement à cause de ces loustics que je ne vais plus au Michelin. On a perdu parce qu'on a chié notre match et que vous, vous avez fait ce qu'il fallait faire. Point.
  8. 9 points
    http://sport24.lefigaro.fr/rugby/top-14/actualites/thomas-castaignede-au-figaro-le-rugby-francais-ne-realise-pas-le-danger-dans-lequel-il-vit-963992
  9. 9 points
    Je « plussoie »... après une longue saison, il faut couper et net. Ce ne sont pas des machines et s’ils veulent repartir à fond, il faut se vider la tête. Et s’ils ne le font pas après la saison magnifique qu’ils viennent de faire, ils ne le feront jamais! On se plaint d’ailleurs parfois du professionnalisme qui lisse tous les comportements et qui estompe le côté ludique du sport. Le rugby doit rester aussi l’histoire d’une bande de potes et le ST de cette année dégageait ça (ce qui explique en grande partie son succès d’ailleurs selon moi)... alors qu’ils profitent! Puis, bon, relativisons, hein... ils sont champions depuis moins de deux semaines et la virée à Barcelone est finie depuis le week-end dernier. Là, ils sont en vacances, récupèrent en famille ou avec leurs proches... comme à chaque congé qu’ils ont. Ils seront dispos et en état pour la reprise... je ne m’inquiète pas. Ce qui nous fait bizarre en fait, c’est que d’autres clubs reprennent ou sont sur le point de le faire... c’est la triste réalité de ce calendrier en France: tu as un champion qui finalise ta longue saison... mais une semaine après, tout le monde parle de reprise. C’est déprimant... pire que la rentrée des classes pour des gamins. Bref, de toute façon, c’est surtout le staff et les dirigeants qui se doivent d’être mobilisés à fond aujourd’hui pour trouver les bons ressorts et parvenir à relancer une belle dynamique quand les joueurs vont rentrer. Ils ont l’air d’en avoir conscience... nous verrons bien. 2 trucs m’inquiètent moi: la CDM qui complique énormément la préparation des clubs et le changement de préparateur physique (il ne connaît pas les joueurs et va devoir découvrir leurs points forts et faibles pour les préparer au jeu du ST qui demande une super condition physique pour tenir le rythme).
  10. 8 points
    Joli tweet je trouve
  11. 8 points
    Un peu HS, mais le gars en question a aussi fait une vidéo sur Pita; c'est pas le joueur dont on parle le plus, mais quelle classe et quel sens du temps opportun. Ce gars me régale, et je suis persuadé que c'est une des pierres angulaires de la magnifique saison du stade. Que ce soit en attaque, ou en défense.
  12. 8 points
    Cadeau de mes filles, reçu hier :
  13. 7 points
    Salayry cap 3 club épinglés sans surprise MHR RCT RACING On garde encore en tête l’affaire du MHR qui avait été sauvé de justesse par une commission de la FFR la saison dernière alors que le club héraultais était accusé d’avoir dépassé le salary cap. À l’époque, de forts soupçons pesaient sur une intervention de Bernard Laporte pour aider Mohed Altrad, Président des Cistes et surtout sponsor maillot de l’équipe de France, à échapper à une sanction . Depuis, les instances du rugby ont développé une commission indépendante pour juger les entraves au salary cap. Et selon les informations du Midi Olympique, 3 formations de TOP 14 seraient dans le viseur cette année: Le Racing 92, le RCT et…le MHR. La nouvelle commission devraient prochainement auditionner les dirigeants de ces 3 clubs. https://www.rugby-transferts.com/salary-cap-3-clubs-de-top-14-bientot-epingles-162208/?fbclid=IwAR380HmZN6hTafyk4tYLN0HY7ajKTZe8xllw778oF-zshstboY_4UlKiR5k
  14. 7 points
    Le silence de Provale est effrayant.
  15. 7 points
    En ce mercredi après-midi caniculaire de juin, le président Didier Lacroix transporte lui-même le bouclier de Brennus jusqu'au golf de Palmola, à Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne), où il trônera au départ du trou n° 1. Depuis qu'il est revenu au Stade Toulousain, pour la vingtième fois de son histoire, le «bout de bois» fait ainsi la tournée des popotes régionales, quand il ne sert pas de planche de surf à quelques joueurs facétieux. Lacroix, lui, a les cheveux peroxydés, comme vingt ans plus tôt, quand il était joueur et déjà champion. « C'est un contrat que j'avais passé avec les anciens, Médard et Huget, explique-t-il. Après, une fois que t'as donné ta parole, t'es obligé de la respecter. » « Comment qualifieriez-vous les deux semaines que vous venez de passer ? Il y a d'abord eu une période d'euphorie, de joie très intense. Notamment une immense émotion le dimanche, au retour de Paris, avec cette communion incroyable avec le public toulousain sur la place du Capitole. Une fête qui s'est poursuivie le soir par une garden-party à Ernest-Wallon, où on a pu partager ce titre et ce bonheur en famille. Dans mes souvenirs, sauf peut-être en 1994, je ne me souviens pas d'avoir déjà vécu une célébration aussi bon enfant, avec un plaisir aussi sincère et profond. «Ugo (Mola) a managé cet effectif d'une manière fabuleuse» Jusqu'à quand avez-vous poursuivi les festivités ? Le problème, c'est que le dirigeant que je suis a été assez vite rattrapé par les échéances à venir. Dès le mardi est tombée la liste de nos joueurs sélectionnés pour la Coupe du monde. Derrière, il y a donc un effectif à rééquilibrer, un staff à compléter, des réunions à mettre en place. La période qui suit un titre est toujours piégeuse. Il faut y faire preuve d'énormément de lucidité, de vigilance et d'humilité pour anticiper les problèmes qu'on pourrait rencontrer à un moment ou à un autre. Par exemple, on suppose qu'une partie de nos jeunes seront mobilisés pour le Tournoi des Six Nations 2020 pour commencer à préparer la Coupe du monde 2023. Il faut donc déjà réfléchir à la façon de traverser cette période sans trop de dommages. De quoi êtes-vous le plus fier aujourd'hui ? D'abord du plaisir que prennent les joueurs sur le terrain, de cette capacité qu'ils ont eu à rester unis jusqu'au bout de la saison. Chez nous, le gars qui est 24e et le joueur qui est blessé sont autant champions que les 23 qui ont participé à la finale. Je n'avais encore jamais ressenti une telle osmose dans un groupe. Ça veut dire qu'Ugo (Mola) a managé cet effectif d'une manière fabuleuse. Ensuite, je suis fier de la "réappropriation" du Stade Toulousain par l'ensemble des Toulousains, même si ce n'est pas un mot très français. Quand t'arrives à mobiliser autant de supporters toute la saison à Ernest-Wallon, au Stadium, au Stade de France ou place du Capitole, c'est qu'il se passe quelque chose de très fort. Vous devez aussi être fier d'avoir gardé confiance en Ugo Mola, pourtant malmené il y a deux ans après la 12e place du club en Championnat... Au plus profond de moi, j'ai toujours pensé qu'il serait l'entraîneur qui ferait jouer autrement. Au Stade Toulousain, il y a eu à une époque des techniciens comme Pierre Villepreux, Robert Bru ou Jean-Claude Skrela qui ont eu une approche du rugby différente des autres, plus profonde, plus novatrice. Et j'ai toujours pensé qu'Ugo avait cette dimension-là. Alors, si je suis fier d'une chose à son propos, c'est d'avoir su construire autour de lui, avec Thomas Castaignède (membre du directoire), Philippe Jougla (membre du directoire), Hervé Lecomte (président du Conseil de surveillance) ou Jérôme Cazalbou (responsable du haut niveau), une sorte de carapace pour le protéger, ainsi que son staff et ses joueurs. Si vous deviez retenir un moment particulier dans cette saison ? Celui où on dérouille à Montpellier (66-15, 5e journée) avant de perdre à la maison contre Castres (22-26, 6e j.). C'était d'autant plus compliqué à vivre que la plupart des gens voyaient une erreur de casting à Montpellier là où on estimait être dans le vrai en donnant leur chance à de nombreux jeunes. Si on n'avait pas été forts collectivement, ça aurait pu partir en vrille. Mais on a su se dire les choses. C'est à ce moment-là qu'on a senti que le socle était solide. Où en sont les finances du club, aujourd'hui ? Elles seront forcément meilleures, mais c'est sur plusieurs saisons, sur quatre, six ou dix ans qu'il faut calculer. Et là, il nous reste encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir envisager de traverser une saison à embûches, c'est-à-dire sans qualification européenne à la clé - ce qui peut toujours arriver -, sans trop de dégâts. Et où en êtes-vous de votre projet de pelouse hybride à Ernest-Wallon ? Ça va se faire, parce qu'on a envie de faire jouer plus souvent nos féminines sur le terrain d'honneur et qu'on partagera bientôt cette même pelouse avec le Toulouse Olympique XIII dans le cadre d'un partenariat. J'ajoute qu'une bonne pelouse nous permettra d'être encore plus attrayants visuellement. C'est un investissement qui correspond à nos ambitions. »
  16. 7 points
    Bon c’est un secret pour personne mais KOK a bien signé jusqu’en novembre ...
  17. 7 points
    Akhi me rappelle le Kunavore de 2008 . Cette impression de fluidité dans son jeu Tout se fait naturellement ,sans forcer Le geste juste au bon moment . Melange de puissance et de technique . Pour un mec qui était nul à son arrivée dixit des spécialistes quelle trouvaille ! Va falloir se lever de bonne heure pour lui prendre sa place s’il maintient ce niveau de performance ...
  18. 7 points
    Désolé mais quand le type est ton vice-capitaine, et homme de base des 2 ans que tu viens de faire, ce n'est pas un joueur lambda de ton effectif. Il mérite une explication à minima. Surtout que Basta ne s'y attendait vraiment pas, vu les différentes itw où il parlait clairement du Japon, sans vraiment prendre de gants vis à vis de sa participation...
  19. 7 points
    Va sur le forum Castrais. Après on peut discuter de si c'est des gens ou des animaux
  20. 7 points
    Il est quand un peu limite en terme de comportement le père Urios... s’il recroise certains de ces mecs dans un club, il va falloir qu’il rame un peu pour récupérer la situation...
  21. 6 points
  22. 6 points
    Je ne comprends même plus... Je ne vois pas comment même le management le plus cynique pourrait penser qu'il va être capable de construire un groupe sur ces pratiques, être aveugle sur les conséquences internes et externes de ce spectacle désolant...
  23. 6 points
    Un pays où vivent Cyril et Tropézien ne peut être qu'un pays de cons, car ça en fait déjà au moins deux.
  24. 6 points
    J'imagine que les joueurs ont des "devoirs de vacances", un programme spécifique à suivre pour ne pas être trop naze à la reprise. Beaucoup de clubs procèdent ainsi. Après, la saison à venir va être très bizarre et vu ce que cette équipe a montré cette année, ça me dérange pas qu'on leur file un peu plus de vacances. Et puis, franchement, on ne peut pas gueuler sur l'enchainement des matches, les saisons à rallonge et vouloir que les mecs reprennent début juillet alors qu'ils ont fini la saison mi-juin, faut savoir ce qu'on veut aussi, un sport un minimum propre ou des mecs chargés comme des mules pour tenir cette cadence?
  25. 6 points
    C'est pour ça qu'il n'est pas sélectionné par Brunel. Logique.
×