Jump to content

Leaderboard

  1. Gabi

    Gabi

    C@pitouls


    • Points

      119

    • Content Count

      37,464


  2. jauzy19

    jauzy19

    Modérateurs


    • Points

      93

    • Content Count

      14,079


  3. Zuzu31

    Zuzu31

    C@pitouls


    • Points

      93

    • Content Count

      9,101


  4. capitole46

    capitole46

    C@pitouls


    • Points

      84

    • Content Count

      11,448



Popular Content

Showing content with the highest reputation since 07/05/2020 in Posts

  1. 16 points
    Rugby Top 14 avant-première abonnés Le message d'espoir de Cheslin Kolbe (Toulouse) : « Rien n'est impossible, regardez-moi ! » Le champion du monde sud-africain, qui a repris cette semaine l'entraînement collectif avec Toulouse, a passé une partie du confinement dans les faubourgs du Cap à distribuer de la nourriture et beaucoup d'espoir aux plus désoeuvrés. Cheslin Kolbe a vécu le confinement en Afrique du Sud. (R. Perrocheau/L'Équipe) Laurent Campistron, à Toulouse14 juillet 2020 à 20h30 partager Lundi 13 juillet. Pour le Stade Toulousain, c'est le début de la phase 3 prévue dans le protocole post-confinement, celle de la reprise de l'entraînement collectif. Des règles strictes sont toujours en vigueur. Ainsi, ni retour au vestiaire, ni douche après la séance. Cheslin Kolbe est donc rentré chez lui pour se changer et se rafraîchir sitôt l'entraînement terminé. C'est là, dans sa maison de village près de Toulouse, qu'il nous a donné rendez-vous pour un entretien d'une bonne heure. Assis près de la piscine, non loin d'une grande pancarte porteuse des mots « Jeu de mains », il s'est livré sans réserve sur l'étrange période traversée. « Comment avez-vous vécu le confinement ? J'étais en vacances pour deux semaines en Afrique du Sud, près du Cap, lorsqu'il a été décrété par les autorités du pays. Je me suis demandé si j'allais pouvoir rentrer en France. J'ai alors appelé le Stade Toulousain pour leur expliquer la situation, et les dirigeants m'ont répondu : ''Écoute, tu ne pourras rien faire de plus ici, alors reste où tu es et passe plutôt du temps avec ta famille.'' Je leur en suis très reconnaissant, parce que tout ce temps passé en Afrique du Sud m'a permis de revoir des membres de ma famille et des amis proches que je n'avais pas croisés depuis longtemps. On n'a pas souvent l'occasion de passer du temps avec les siens quand on joue pour les Springboks et dans un club à l'étranger. lire aussi Cheslin Kolbe rejoint Roc Nation et Jay-Z Vous avez aussi profité de votre présence là-bas pour vous investir énormément dans une organisation caritative créée en 2014 par un de vos amis, "Be The Difference"... Oui. J'ai distribué de la nourriture dans les townships de Kraaifontein, le faubourg du Cap où j'ai grandi. Les gens y sont particulièrement dans le besoin, et c'était encore plus vrai pendant le confinement. L'idée était donc d'aller à leur rencontre dans la rue, de leur donner quelque chose à manger dans la journée, une boisson. Avec l'équipe de "Be The Difference", on a fait ça tous les jours du lundi au dimanche. La première semaine du confinement, on a nourri de 300 à 500 personnes par jour, la deuxième, de 700 à 1 300 personnes, et la troisième, environ 1 800 personnes. C'est une expérience qui prend du temps, qui est parfois éprouvante, parce que ce n'est pas toujours facile de constater à quel point certains sont obligés de se battre tous les jours pour donner à manger à leurs enfants et survivre, mais je voulais absolument le faire. Pourquoi ? Parce que la victoire en Coupe du monde au Japon a donné au joueur que je suis une notoriété. Aujourd'hui, j'ai une voix qui porte davantage qu'avant, une image positive, une certaine aura, et je considère que mon devoir est de m'en servir pour aider les gens en difficulté à entrevoir un autre destin. Sur certains des visages des gens à qui on distribuait de quoi manger ou boire, spécialement ceux des enfants qui recevaient une sucrerie, j'ai lu de la joie, un sourire, mais aussi parfois de l'espoir. Parce que ma personne leur apportait également un exemple de réussite, une alternative, un autre futur possible. En bref : Cheslin Kolbe (AFS) 26 ans 1,71 m ; 74 kg Ailier ou arrière Club : Stade Toulousain 14 sélections Palmarès en sélection : vainqueur de la Coupe du monde et du Rugby Championship 2019 ; médaillé de bronze en rugby à sept aux JO 2016. Palmarès en club : vainqueur de la Currie Cup 2014 avec les Stormers ; champion de France 2019 avec Toulouse. « Quand vous êtes un gosse des townships, dès que vous quittez l'école ou le domicile familial, vous voyez des gangsters marcher dans les rues, des revendeurs de drogue, des meurtres... Vous n'avez alors que ces exemples devant les yeux et vous finissez par penser que c'est la norme » Auriez-vous pu devenir l'un de ces gamins-là ? Peut-être, oui. Pendant les distributions dans les rues, j'ai d'ailleurs revu des potes avec lesquels j'ai grandi. Des gens qui, à l'époque, étaient aussi des sportifs talentueux, mais qui ont fini par abandonner leur discipline pour prendre un chemin opposé, peut-être plus facile, mais beaucoup moins vertueux. Vous savez, quand vous êtes un gosse des townships, dès que vous quittez l'école ou le domicile familial, vous voyez des gangsters marcher dans les rues, des revendeurs de drogue, des meurtres... Vous n'avez alors que ces exemples devant les yeux et vous finissez par penser que c'est la norme. Moi, à travers mon exemple, j'ai envie de leur montrer qu'il existe un autre chemin. Alors, je leur raconte mon histoire, je leur dis que quand j'étais gamin, je préférais aller voir jouer mon père au rugby plutôt que de traîner dans les rues. C'est comme ça que je suis tombé amoureux du rugby, que ce sport est progressivement devenu une échappatoire, une manière de ne pas sombrer dans le gangstérisme. Votre exemple est d'autant plus saisissant que vous n'étiez pas vraiment prédestiné à réussir dans le rugby au regard de votre gabarit (1, 71 m)... Oui. À l'école, partout, on disait que j'étais trop petit pour ça. Mais mon père m'a dit un jour : ''Fiston, tu vas devoir te battre plus que les autres car tu n'es pas le plus costaud. Et pour cela, tu as deux choses à faire : faire passer le rugby au-dessus de tout, c'est-à-dire sacrifier tes week-ends et le temps passé avec tes potes, et croire toujours en toi.'' C'est à partir de ce moment-là que j'ai voulu montrer à ceux qui pensaient que je ne pourrais jamais réussir dans ce sport qu'ils se trompaient. Mon mental a fait la différence. J'ai commencé à m'entraîner dur, à faire du rab après les entraînements. Et comme je ne pensais plus qu'à ça, j'ai fini par ne plus voir toutes les tentations néfastes qui gravitaient autour de moi. C'est ce que j'explique aux gens aujourd'hui : ''Peu importe vos origines, peu importe ce que vous avez dû endurer jusqu'ici, si vous voulez réussir quelque chose, vous pouvez l'avoir car rien n'est impossible. Regardez-moi !'' lire aussi À Toulouse, Cheslin Kolbe a conquis les coeurs N'avez-vous jamais eu peur de tomber malade pendant vos distributions dans les rues ? Il y avait des risques, évidemment. Quand on sort tous les jours dans les rues pour rencontrer des gens de différentes communautés et d'endroits variés, on s'expose. Je ne voulais surtout pas tomber malade pour ensuite contaminer mes proches. J'ai donc essayé de me protéger au maximum. Je passais un test Covid-19 par semaine par précaution. C'était particulièrement anxiogène, notamment dans le quartier où j'ai grandi, où les gens ne sont pas au courant de ce qui se passe dans le monde parce qu'ils n'ont pas la télévision ou ne lisent pas les journaux. Avez-vous profité du confinement pour revoir certains de vos matches de la Coupe du monde ? Oui. J'ai revu la finale je ne sais pas combien de fois. Cette victoire a eu un impact incroyable sur la population sud-africaine. Au retour au pays, dans le bus qui nous transportait, c'était incroyable de voir tous ces gens mélangés dans les rues, qu'ils soient Blancs, Noirs, Indiens ou autres, crier, rire et pleurer ensemble. C'est quelque chose que je n'avais jamais vécu et que je n'oublierai jamais. Pendant quelque temps, grâce aux Springboks, l'Afrique du Sud a oublié ses problèmes de racisme et de criminalité. « (La France) est une équipe très jeune. Je joue avec certains de ces jeunes à Toulouse, et je suis épaté par leur maturité à leur âge. Je crois sincèrement que les Bleus s'apprêtent à vivre une période très excitante » Saviez-vous que Rassie Erasmus était malade durant la compétition (il souffrait d'un mal auto-immune, la polyangéite microscopique avec granulomatose) et suivait une chimiothérapie ? Non. Aucun joueur ne le savait. Quand on sait toute l'énergie positive qu'il s'est évertué à nous faire passer durant la compétition, c'était vraiment insoupçonnable. C'est quelqu'un qui m'a beaucoup appris et que je respecte énormément. lire aussi La maladie cachée de Rassie Erasmus L'Afrique du Sud n'a plus joué le moindre match depuis sa finale de la Coupe du monde, le 2 novembre. Comment garder la dynamique ? Ce n'est pas évident, mais je crois que l'aventure qu'on a vécue tous ensemble au Japon nous a vraiment soudés. On est tous restés en contact les uns avec les autres, on s'appelle régulièrement pour se demander des nouvelles de la famille. Le groupe est jeune, l'entraîneur est fantastique, je pense qu'on ne mettra pas trop de temps à retrouver nos automatismes lorsque le rugby international reprendra. Seriez-vous déçu de ne pas pouvoir affronter la France le 21 novembre prochain au Stade de France, comme c'est prévu dans le calendrier ? Oui, d'autant que beaucoup de mes partenaires à Toulouse évoluent en équipe de France. Alors ça chambre un peu, on se titille, on se promet de chaudes retrouvailles. Juste pour ça, ça serait dommage de ne pas jouer ce match. Quel regard portez-vous sur la sélection française ? C'est une équipe encore très jeune. Si les joueurs qui la composent continuent de grandir ensemble, elle sera clairement à surveiller dans les années qui viennent. Je joue avec certains de ces jeunes à Toulouse, et je suis épaté par leur maturité à leur âge. Je crois sincèrement que les Bleus s'apprêtent à vivre une période très excitante. Cheslin Kolbe face à Gloucester en Coupe d'Europe. (N. Luttiau/L'Équipe) Les Lions britanniques et irlandais seront en tournée en Afrique du Sud durant l'été 2021. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ? Beaucoup. La dernière fois que les Lions sont venus chez nous, c'était en 2009. J'avais 16 ans. Savoir qu'ils ne viennent en tournée chez toi que tous les douze ans pose déjà l'importance de l'événement. Dans une carrière du rugby, vous ne pouvez vraiment espérer les affronter qu'une seule fois. Ça serait merveilleux de pouvoir les défier, et encore mieux de les battre. Parce que si tu gagnes une série contre les Lions un an après avoir remporté la Coupe du monde, pff... lire aussi Cheslin Kolbe préfère affronter les Lions qu'aller aux JO « En Afrique du Sud, certaines personnes pensaient que j'étais trop petit pour réussir dans le rugby. Toulouse m'a accepté tel que je suis » Vous avez repris lundi l'entraînement collectif avec Toulouse. Sentez-vous vos coéquipiers encore frustrés de ne pas avoir pu terminer la saison passée ? Ils l'ont été, bien sûr. Mais c'est comme ça. La vie nous confronte parfois à des challenges imprévus. Personne ne pouvait prévoir cette pandémie de Covid-19, ni l'ampleur qu'elle prendrait. On n'a pas pu terminer la saison, certes, mais notre santé et celle de notre famille sont prioritaires. Aujourd'hui, on est tous très heureux de se retrouver. Plus le début de la saison prochaine approchera, plus on sera prêt mentalement et physiquement à repartir au combat. Vous savez, Toulouse est vraiment un endroit très spécial pour moi. En Afrique du Sud, certaines personnes pensaient que j'étais trop petit pour réussir dans le rugby. Toulouse, lui, m'a accepté tel que je suis. Ils (les Toulousains) m'ont juste jugé sur mes performances. Votre début de saison s'annonce très spécial avec un titre, la Coupe d'Europe, à aller chercher en à peine deux mois... C'est vrai, on a trois matches à gagner pour soulever le trophée. Perso, j'ai très envie de revivre ce qu'on a vécu après le titre en Top 14 en juin 2019. Voir ces milliers de supporters remplir la place du Capitole, cette déferlante de passion, rien que d'en parler me donne encore des frissons (il se touche le bras). Pour moi, c'est quasiment comparable à ce que j'ai ressenti en Afrique du Sud après la victoire en Coupe du monde. Je me souviens de ce que m'avait dit William Servat (alors coach des avants de Toulouse) lorsque je suis arrivé au club : ''S'il y a une chose à gagner dans ta carrière en France, c'est le Top 14.'' Et j'ai été chanceux de le remporter dès ma deuxième saison au club. Maintenant, après avoir pu brandir le bouclier depuis le balcon du Capitole devant cette foule immense, je comprends ce que William voulait dire. En un an, vous avez gagné le Top 14, le Rugby Championship, la Coupe du monde, et vous pourriez ajouter la Coupe d'Europe à votre palmarès cet automne... Vous pourriez presque dire ''c'est bon, j'ai tout gagné, ciao tout le monde !'' (Rires) C'est ce que j'avais dit à mes coéquipiers en rentrant de la Coupe du monde. Mais non, je suis encore beaucoup trop jeune pour ça (26 ans). En tout cas, je crois en Toulouse, on fera tout pour aller chercher cette Coupe d'Europe. Avez-vous le sentiment d'avoir changé de statut depuis un an, d'être devenu une star ? Non. Enfin, je vois bien que les gens ont une attente supérieure avec moi aujourd'hui, parce que j'ai gagné beaucoup de choses. Mais je ne suis pas le genre de personne à dire ''je le suis le plus fort''. J'ai vu quelques joueurs qui, après avoir gagné quelques titres, donnaient l'impression d'être au-dessus de tout le monde. Mais un ou deux ans après, ils ont disparu parce que leur ego les a empêchés de se remettre en question. Moi, je suis encore jeune, je ne suis pas parfait car nul ne l'est, et j'ai envie de continuer à apprendre. Je pense être resté une personne normale. » publié le 14 juillet 2020 à 20h30
  2. 14 points
    Interview de Ntamack dans l'Équipe. Comme à son habitude, interview cash, un mec qui balance. https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Romain-ntamack-stade-toulousain-la-soif-de-jeu/1154169 Donc en vrac : * lui et ses partenaires dont dégoûtés de la fin de saison car il savait qu'au complet, sans doublon, ils étaient largement les meilleurs et le bouclier aurait été une formalité. * Il trouve ça bizarre de faire un triplé l'an prochain (ercc 2020, ercc 2021 et top14 2O21) mais se dit que ça permet aussi à ce groupe de rentrer un peu plus dans l'histoire. * Il est content d'avoir le meilleur ouvreur du Top14 en coéquipier (Ramos) car ça lui permet de le bousculer et de le faire progresser à ce poste. * Au contraire, il trouve la concurrence en EdF trop faible donc il doit trouver d'autres types de motivation. Il y travaille avec son père en se faisant des paris. * S'il régale en EdF, c'est parce que le ryrhme international est plus lent et moins intense que lors des entraînements du ST. Ça explique aussi pourquoi ses coéquipiers toulousains sont si à l'aise en CdM ou Tournoi. * plusieurs mois après son départ, il n'a toujours pas compris les plans de jeu et sélections de Brunel. Il ne s'explique toujours pas pourquoi ses chouchous et cadres étaient justement les plus limités rugbystiquement. Il pense que Brunel était un pote du président de la fédération, c'est pas possible autrement. (Bon, là, il abuse le Romain, il n'a pas de preuves pour balancer cette théorie). * Il veut maintenant tourner la page et constate que maintenant, avec ces potes toulousains, ça va bien mieux. * il a déjà préparé son après-rugby en investissant dans un usine de sopalin à Toulouse. Car il pense que ça a un gros potentiel dans la région. (J'avoue que j'y connais rien dans ce secteur d'activité donc jaimerai bien voir sur quoi repose son business plan ...) Bref, au final, quelques coups de sang au milieu de banalités.
  3. 13 points
    Sinon dans la série « on fait ce qu’on peut pour trouver les tuyaux recrutements », Flament a « liké » la dernière vidéo du Stade sur Instagram, relative à la campagne d’abonnement C’est pas la palme d’or donc ça doit bien vouloir dire ce que ça veut dire
  4. 11 points
    Voilà mon mail envoyé au Service Clients du ST qui me demandait comment j'allais payer mon abonnement : "...Bonjour, Au moment où j'ai émis le souhait de me réabonner, je n'avais pas encore eu certains éléments qui ont été annoncés depuis, notamment le calendrier. Or, à mon grand regret, je ne vais pas me réabonner cette saison car : - En premier lieu, le virus Covid-19 ne permet pas pour l'instant de se déplacer en toute sérénité et notamment dans les lieux accueillant beaucoup de monde comme un stade. Sur ce sujet, il y a trop d'incertitudes pour les mois qui viennent et la convivialité, élément essentiel pour lequel je m'abonnais, sera, à n'en pas douter, fortement perturbée. - Deuxièmement, à la suite de la sortie du calendrier, je vois qu'il y aura sans doute entre 10 et 11 matchs de l'Equipe de France cette saison, dont beaucoup en "doublons". Ceci est pour moi devenu insupportable puisque l'Equipe de France est sous l'égide d'un président de Fédération nommé Bernard Laporte. Ce personnage, avec tout son passé, son inimitié envers le Stade reconnue (combien de fois est-il venu au club depuis qu'il est président ?) et la façon dont il a géré Guy Novès, m'est en tout point détestable. Je ne peux donc pas cautionner une Equipe de France qui lui fera publicité, notamment grâce aux joueurs du Stade qui y brillent. Et cela d'autant plus en période de "doublons", et donc à des moments où je devrais normalement voir ces joueurs avec le maillot du Stade. Je suis supporter du Stade Toulousain, pas de l'Equipe de France. Convenons-en, je m'abonne pour voir les meilleurs joueurs du Stade quand je viens à Ernest-Wallon ou au Stadium. -Troisièmement, je suis totalement opposé aux horaires décidés par Canal+ cette saison pour placer des matchs le dimanche à 21h. Cet horaire est totalement aberrant pour les supporters travaillant le lundi matin. Les matchs à cet horaire-là, même pour le vendredi ou le samedi, sont également une hérésie pour quiconque est déjà venu au stade en automne ou hiver. C'est donc la boule au ventre que j'ai décidé de ne pas me réabonner cette saison. J'ai 37 ans. Cela fait 25 ans que je suis supporter du Stade, et 12 ans que j'étais abonné. J'ai fait beaucoup de déplacements, des phases finales perdues, gagnées, des moments inoubliables à Ernest-Wallon, au Stadium, à Montpellier, à Bordeaux, à Paris, à Londres, etc... J'ai décidé de donner au club le solde de mon abonnement de la saison dernière, j'ai également commandé 2 briques à mon nom dans le mur de soutien. Je pense avoir beaucoup donné pour ce club et sans retenue, mais aujourd'hui, le virus, l'Equipe de France (et surtout ses dirigeants) et Canal+ m'ont convaincu de ne pas me réabonner. J'espère vivement que le club prendra note de mon message. Il est d'ailleurs tout à fait possible que j'achète des places pour certains matchs cette saison si les horaires et les effectifs me conviennent, et bien entendu, si le virus nous le permet. Je souhaite évidemment le meilleur au Stade Toulousain, "mon" club. Je serais toujours derrière lui. Amitiés sportives à tous les dirigeants, joueurs, entraineurs et salariés du Stade,..." Et leur réponse : Nous sommes navrés de voir que vous ne vous réabonnez pas. Mais nous le comprenons tout à fait suite à vos explications. Malheureusement nous sommes aussi "victimes" de ces doublons. Nous vous remercions tout de même pour votre soutien depuis toutes ces années passées et à venir. En espérant vous revoir à Ernest Wallon tout de même. Bien à vous, Service Billetterie
  5. 11 points
    D'une, Balès vient pour remplacer Bézy et non Pagès. Tu pars pas avec un numéro deux sur ce poste qui a 19 ans et aucune expérience en Top 14. Et qui n'a rien donc rien à confirmer mais tout à prouver au plus haut niveau. Et de deux, c'est quand même fou le nombre de forumeurs ici qui balancent à tout bout de champ que Bézy est bon seulement l'année du titre et nul les autres saisons. Rien de personnel Tropico mais on est même plus dans la caricature là et c'est à la limite de la malhonnêteté. Car l'apport de Sébastien Bézy au Stade toulousain depuis ses débuts en pro est immense. Son passage en EDF l'aura détruit psychologiquement et aura été la cause de 2 saisons en demi-teinte derrière.
  6. 10 points
    Ouais mais eux ils avaient de l’argent. Tu entends bien ? BEAUCOUP D’ARGENT !!!
  7. 10 points
  8. 10 points
    Le comique dans cette histoire c'est que les vendeuses ont réussi a le rattraper...
  9. 10 points
    Ils mettent dans les négociations un déséquilibré notoire et ils sont en colère après lui ? Dans le rugby actuel, il existe des dizaines de jeunes retraités dont l'équilibre mental et la proximité au rugby sont beaucoup plus rassurant. Par exemple, perso, j'ai 100 millions à foutre dans un club, Beziers m'intéresse, pourquoi je missionne pas Nyanga et Szarzewski ? C'est bien que dès le départ, les clowns étaient partout !
  10. 10 points
    Non à un moment il faut arrêter, les bitterois étaient 80% à croire au Père Noël, ils ont insulté, menacer ceux qui avaient mis de l'argent en pure perte depuis des années, ainsi que leurs familles. Ils prennent le retour de bâton tant pis pour eux il fallait réfléchir avant. Rien n'était crédible dans ce projet entre les hommes et le timing, c'était un copié-collé de Maillol pour sa reprise foirée du HAC, et encore en beaucoup plus mauvais, Maillol était un mythomane de haut vol lui.
  11. 10 points
    ACTUS RUGBY Publié le 6 Juil 20 à 12:17 Ugo Mola a été sondé par le club de Béziers, mais va rester au Stade Toulousain. (©Icon Sport) Béziers. Ugo Mola contacté Toujours en quête de son directeur sportif pour la saison à venir et de constituer son staff, l’ASBH a récemment contacté un gros poisson en la personne d’Ugo Mola. D’après Midi Olympique, l'actuel entraîneur du Stade Toulousain aurait été approché, sans donner suite pour le moment. Toujours engagé avec le champion en titre la saison prochaine, difficile d’imaginer le patron des Rouge et Noir rejoindre Béziers pour l’exercice 2020-2021. L’ASBH aurait aussi contacté l’ancien du club Alain Hyardet.
  12. 9 points
    les gars faut se détendre les mecs se retrouvent au même endroit que Laporte , ils prennent une photo , fin de l'histoire . Moi je vois aucun message caché derrière cette photo ... Les gars sont internationaux , ils prennent la pose avec le président de la fédé, what else ? Après , je le dis et redis , faut pas compter sur les joueurs pour déclencher un truc ou changer quoi que ce soit . Ils jouent sur les 2 tableaux comme ça ils sont surs de gagner . Je veux pas casser le délire mais j'ai l'impression que beaucoup pensent que les joueurs de rugby sont encore les mecs qu'on a connu y'a 30 ans . Ils ont aujourd'hui des agents et il chassent le pognon ou qu'il soit . Seuls les clubs en faisant front commun pourront changer les choses . D'ailleurs j'apprécie les recentes sorties de Lorenzetti , Lemaitre, Azema ou Lacroix ... On sent que les mecs en ont marre de baisser la tête . Mais seront ils forts jusqu'au bout ?
  13. 9 points
    Avec Lebel et Epée, le ST sera bien armé aux ailes.
  14. 9 points
    Pourtant, Dominici a bien présenté la photo d’un chèque avec beaucoup de sous au commerçant !
  15. 9 points
    Etzebeth va signer au ST : https://www.rugbyrama.fr/rugby/top-14/2019-2020/top-14-eben-etzebeth-toulon-je-veux-remporter-le-top-14_sto7811411/story.shtml
  16. 9 points
    Bonjour à tous Je suis un petit nouveau et je suis bien content d'avoir enfin pu trouver le forum du castres olympique.
  17. 9 points
    Et on remet une pièce dans le Julien.
  18. 9 points
    Putain mais c’est obligé qu’il vienne le mec. ... Il passe sa vie à liker les Infos sur le ST . Soit c’est un grand supporter , soit c’est un futur salarié Thibaud, si tu es avec nous, fais nous un signe : 1 coup pour « Oui », 2 coups pour « Non » ...
  19. 8 points
    Sinon concernant le recrutement, je pense que cette année c est fini mais pour la saison 2021 2022,il faudra faire l effort sur certains postes et certains joueurs.. Je pense qu il faudra trouver des successeurs à Tekori et Kaino et derrière, si les joueurs sont en fdc, je ferais l effort pour Carbonel pour remplacer Holmes, Retière pour Médard et essayer d arracher Penaud à Clermont pour Huget....
  20. 8 points
    Faut mieux donner du temps de jeu à Marty ou Lebel. Sinon Flament like sur Instagram toutes les photos des joueurs du ST, je crois que l'on peut dire ses prochains coéquipiers (Dupont hier)
  21. 8 points
    oui ou comment jouer le supporter béat de base pour avoir au final un début d'indice d'info.
  22. 7 points
    C’est quand même énorme... nous avions des finances très serrées, le covid a fini de nous mettre dans le rouge...Nous avons Medard, Huget, KOLBE, Ramos qui se disputent 3 places sur le fond du terrain, avec Tauzin (certes replacé au centre), BONNEVAL qui finira par revenir, Marty et Lebel qui ont du potentiel mais n’ont pas confirmé et des jeunes à gros potentiels comme Épée, Désert, Boussard (tous internationaux dans les catégories de jeunes) et il faudrait recruter des joueurs confirmés !!! comment fait on pour payer ce joueur confirmé supplémentaire et se payer le luxe d’en laisser un en tribune à chaque match...À quoi bon former des joueurs et avoir des jeunes à potentiel s’il faut avoir dans l’effectif tous les postes doublés par des joueurs de top niveau en permanence. Quel signe sera donné à ces jeunes et quel discours tenir aux futurs jeunes que l’on contactera (comme Descamps ou Boussard) avec une politique comme celle là ? on remplacera Medard et Huget quand ils ne joueront plus et qu’il ne faudra plus payer leur salaire. le reste c’est du fantasme de PlayStation... 4 joueurs de niveau international pour 3 postes, plus une doublure comme BONNEVAL qui tient son poste, un futur top joueur comme Tauzin polyvalent et des jeunes à potentiel, ça suffit largement. ce serait bien la loose si parmi Lebel, Marty, Épée, Désert et Boussard aucun n’arrivent à percer... Apres si certains ont besoin d’une star supplémentaire, ils peuvent financer un deuxième mur...
  23. 7 points
    Merci les gars, mais moi aussi j'ai une piscine (aménagée) de 190cm et une télé de 12 mètres (avec la rallonge). Pour la cave, c'est mal barré avec mon déambulateur. Et le fusil en bandoulière, depuis que j'ai relu Chasseurs de vieux, de Buzzati. On sait jamais.
  24. 7 points
    Pourtant Tedder il y a du potentiel :
  25. 7 points
    Ça ne date pas de 40 ou 60 ans. Depuis l'apparition de ce que les archéologues appellent "les sociétés à chefferie", il y a plusieurs millénaires, la partie la plus "riche" de l'humanité sacrifie sans vergogne le reste de la population à son profit. La sélection naturelle n'existe plus non plus depuis l'organisation des humains en sociétés, et notre existence en est la conséquence directe. Aujourd'hui, on peut éviter la mortalité infantile, empêcher les famines, soigner la plupart des maladies, réparer un grand nombre de handicaps. La sélection, de "naturelle", est devenue plus raffinée, sociale et culturelle. Elle se fait aujourd'hui par une différence dans l'accès à la nourriture, à la santé, etc. La "destruction de l'économie", si elle se produisait, pourrait être une bonne chose. L'occasion de repartir sur des bases moins inégalitaires, de réfléchir à une utilisation raisonnée des ressources, une limitation drastique des profits (et notamment de la spéculation). J'ai entendu parler (brièvement, c'est vrai !) d'un "monde d'après" qui tiendrait compte de tout ça. Bon, c'était un banquier qui le disait, on peut nourrir quelques doutes. Mais (malheureusement ?), je pense que l'économie va très bien se remettre de tout ça et que, comme à la sortie de chaque crise, les catégories privilégiées verront leurs privilèges augmenter et les autres accepteront de travailler plus pour encore moins. Les vieux, pas plus que les juifs, les pédés, les arabes et les lesbiennes esquimaudes n'en sont responsables. Pas plus de médisance que dans tes diatribes sur les "avantages" catégoriels de la vieillerie (profiteuse, je le rappelle). Point de rancœur non plus de ma part, je n'ai fait que retourner tes arguments. Tu as tout à fait raison de rappeler que le confinement n'est pas la mort. Et le masque encore moins. Pas plus pour les vieux que pour les jeunes. Je ne veux pas dire autre chose.
  26. 7 points
    https://sport24.lefigaro.fr/rugby/pro-d2/fil-info/rachat-avorte-de-beziers-les-repreneurs-emiratis-en-colere-contre-christophe-dominici-1007967
  27. 7 points
  28. 7 points
    Euh.... non merci. En plus d'être blessé les 3/4 de sa carrière, je l'ai toujours trouvé quelconque. Si on rajoute à ça un statut d'international (malgré tout...) et son âge... Et pourquoi pas Porical, Lapeyre ou Andreu tant qu'on y est !
  29. 7 points
    Les gonzes ont quand même peur de rien, comme garantie financière ils fournissent la photo d'un chèque Et Dominici qui hurlait chez Moscato que la DNACG faisait mal son boulot
  30. 7 points
    https://www.asbh.net/actu/751/communique-de-presse- COMMUNIQUE DE PRESSE La société Passion d’Ovalie, actionnaire majoritaire du Club Béziers Rugby ASBH, s'étonne de ce que Mr Philippe BAILLARD, représentant de Sotaco Managment, évoque une flèche reçue, alors qu'au contraire de ce qui a pu être relaté dans la presse, les parties ont travaillé d'arrache-pied, dans une coopération parfaite et totalement transparente. Cette coopération a permis le 6 juillet, de signer un accord de cession du club, avec un financement de celle-ci par crédit vendeur évitant tout problème de financement pour les acheteurs. Et contrairement à ce qu'insinué, aucune conditions, garanties ou autres demandes n'a été formulé depuis. Le seul décisionnaire restant alors la DNACG. Toutefois, le projet sportif de la société Sotaco Managment, qui prévoyait une masse salariale de plusieurs millions d'euros, n'a point été validé par la DNACG. En effet, les deux seuls documents de solvabilité du projet transmis directement par Sotaco Managment le 9 juillet 2020 à la DNACG, jour même de l’audition étaient : - Une attestation de la CHINA BANK à Pékin précisant que l'actionnaire de Sotaco Managment bénéficiait sur son compte tenu à Pékin de 20 000 000 de dollars, document en attente d’authentification. - La photo d'un chèque bancaire provenant d'un établissement allemand, tiré sur le compte personnel de Mr Samir BEN ROMDHANE, sans justificatif de la provision sur le compte. La DNACG a jugé les éléments apportés par la société Sotaco Managment comme insuffisants et a rejeté le dossier de reprise du club. La cession du club n'a donc pas échoué par un refus des actionnaires actuels ou, comme évoqué, par une exigence de dernière minute, mais du seul fait des règles prudentielles de la DNACG. La société Passion d’Ovalie, regrette vivement que les promesses faites par Sotaco Managment n'aient pas été assorties d'éléments concrets susceptibles de convaincre les membres de la DNACG dont le rôle est de vérifier la solvabilité des ambitions des clubs.
  31. 7 points
    Clairement, à moins de gros pépins physiques sur un poste en particulier, on devrait s'en sortir malgré les doublons. On a un effectif superbe. Selon moi, c'est le plus bel effectif depuis bien longtemps. Il me tarde que ça reprenne bordel !
  32. 6 points
    J'ai mon billet pour Beziers. Donc, à moins d'un problème d'ici là, vous aurez votre live depuis le stade Raoul Barrière
  33. 6 points
    Lacroix : "Cinq matchs par joueur, c'est déjà trop" Par Jeremy Fadat via Midi Olympique Il y a 3 heures TOP 14 - Face à la décision de World Rugby d'étendre la fenêtre internationale à six matchs, mais aussi la volonté de la FFR de disputer ces six rendez-vous et celle de Fabien Galthié de disposer des meilleurs joueurs possibles à chaque fois, la LNR et les clubs - qui avaient accepté de passer de trois à cinq rencontres internationales - ont vivement réagi ces dernières heures. Joint par téléphone, le président du Stade toulousain Didier Lacroix, dont l'équipe devrait être la plus amputée durant cette tournée, appelle à rééquilibrer plus justement les choses et à associer les entraîneurs de club à la discussion. RR. Comment avez-vous réagi à l'annonce de l'élargissement de la fenêtre automnale à six matchs ? D.L. Tout le monde attendait la décision, ou plutôt son officialisation. Elle est de nature à ouvrir une fenêtre et, dans celle-ci, il y a encore des négociations avec la Fédération de plusieurs ordres. La fenêtre habituelle de cette période était très souvent sur quatre semaines alors qu'on ne jouait que trois rencontres. Ce n'est donc pas parce qu'elle est encore plus ouverte cette fois que l'ensemble des matchs doivent être disputés. La FFR semble pourtant y tenir... On peut entendre les arguments de l'équipe de France, en disant que ce sont des reports de matchs de la tournée argentine. Mais nous avons bien arrêté le championnat de notre côté et coupé court à un certain nombre de matchs, donc de recettes, en mettant fin à une compétition entière. Depuis le départ, et cela ne faisait pas l'ombre d'un soupçon, le report du match contre l'Irlande et les conditions dans lesquelles ont doit permettre à la sélection de préparer sa finale du Tournoi sont pour nous une évidence. C'est un résultat sportif et c'est bien pour l'ensemble du rugby français, pour les clubs également. C'est surtout bien pour les joueurs concernés. Le problème est donc davantage sur les autres rendez-vous ? D'une manière ou une autre, il y a, à l'heure où l'on parle, une incapacité à trouver un terrain d'entente un peu plus équilibré. Chacun essaye peut-être de passer en force sur une décision. Moi, je prône depuis le départ une discussion essentiellement sportive, impliquant nos entraîneurs et ceux de l'équipe de France, arbitrée par les présidents de la Ligue, de la Fédération et des clubs concernés. Il faut qu'on aborde véritablement le contenu de ces matchs, et pas seulement le nombre. Encore une fois, nous sommes sur des regrets liés à la situation que nous imposent le contexte et les conséquences du Covid. Mais on a su s'entendre au cours de l'hiver dernier pour préparer le Tournoi 2020, avec certaines concessions ou améliorations de condition de préparation. Cela a porté ses fruits, avec une équipe de France qui a montré un visage séduisant. Le rugby français, globalement, a de nouveau souri. Alors pourquoi cette situation de blocage aujourd'hui ? Le problème aussi, c'est qu'on n'est pas arrivés à la fin du Tournoi pour savoir si c'est une réussite totale ou partielle. On n'a pas fait le débriefing prévu pour une reconduction de mise à disposition des joueurs avant le 30 juin, Covid oblige. Le gel du championnat fait apparaître des situations figées à une date anormale. Donc, à Toulouse, on a fait le constat d'un Dupont qui n'a joué que 50 minutes en Top 14, d'une septième place en championnat. Si on avait été jusqu'au bout et si on avait eu une autre trajectoire, on ne serait peut-être pas dans les mêmes considérations et la question d'une tournée à six matchs ne se serait pas posée en l'état. Tout le monde porte les armes, va jusqu'à la vexation ou l'indignation mutuelle. Il faut, je l'espère, arriver à des discussions et des équilibres. Comment ? Très souvent, on parle des joueurs, du nombre de matchs, des blessures, des vacances mais, ce qui est important, c'est d'aller rechercher la performance. Quand un joueur est recruté en club, je dis régulièrement qu'il ne l'est pas pour faire les vingt-six matchs de poule du Top 14, les six de Coupe d'Europe puis l'ensemble des phases finales. Ce à quoi on vient rajouter l'équipe de France. Là, c'est un peu la même chose et c'est une décision qui doit être bi-latérale. Chacun tire la couverture selon ses intérêts et il n'y a rien de nouveau. Ces discussions existent en club entre les entraîneurs espoirs et ceux de l'équipe première, sauf qu'il y a une personne au-dessus pour trancher. Là, il n'y en a pas vraiment. D'évidence, il faudra la meilleure équipe possible pour gagner ce Tournoi. Mais pour les autres matchs, on parle d'une compétition qui est naissante, indéfinie, avec une adversité inégale. Je répète que je prône la discussion avec la participation de nos entraîneurs, de nature à avancer plutôt que de se retrouver dans des zones de blocage dans lesquelles nous sommes actuellement. Cela pourrait-il remettre en cause la libération de 42 joueurs pour les ramener à 31 ? Cela en fait partie. Cette libération à 42 a été consentie, tout simplement parce que, dans le programme présenté par Fabien Galthié et ses équipes, le staff voulait travailler à 42, de façon proche de ce qu'il existe dans les clubs. Les entraîneurs ont, en ce temps, acquiescé en disant : "Donnons-leur les moyens de bosser avec des méthodes que l'on connaît puisqu'elles sont appliquées dans certains clubs." Mais il me paraît légitime d'attendre la même attention et une réciprocité de compréhension. Pas juste : "Nous, on veut jouer le même nombre de matchs pour préparer notre Coupe du monde." Chaque fois qu'on se place dans une position ou dans l'autre, il y a des arguments plus que valables. Mais il faut savoir faire des concessions et rééquilibrer les choses. La possible solution de garder les six matchs, mais de les limiter à cinq par joueur, est-elle acceptable pour vous ? Je pense que, cinq par joueur, c'est déjà trop. On est vraiment dans le détail : quel match ? Quelle opposition ? Pour quel but ? Quelle importance en termes économico-sportifs ? Ce sont des questions qu'on se pose tous les jours en club. Il n'y a pas d'équipe type et on a besoin de faire tourner l'effectif, en restant le plus compétitif possible. Puis, de temps en temps, il y a le match de phase finale sur lequel tu joues avec la meilleure composition, ou celle qui a donné le plus de garanties. Encore une fois, la contestation vient d'un déséquilibre de la saison. On sait combien il est difficile de récupérer les joueurs après une période longue comme une Coupe du monde ou un Tournoi des 6 Nations. Et là, on crée de nouveau cette situation. Cela génère de la frustration. Le contexte est exceptionnel et tout le monde a envie de jouer avec ses meilleurs éléments pour se donner un maximum de chances de bien figurer dans les compétitions dans lesquelles il est inscrit. D'autant que, pour certains comme vous, il y aura aussi une phase finale de Coupe d'Europe dès septembre... Oui, c'est inédit parce que nous sommes focalisés sur les premiers matchs de Top 14 mais aussi sur cette phase finale européenne dans le premier mois. C'est anachronique par rapport à une saison normale. D'ici octobre, un certain nombre de clubs français vont jouer un titre qui sera à distribuer avant la tournée de l'équipe de France. Quand tu joues un titre, tu dis souvent : "Je pense d'abord à cette phase finale, puis on verra ce qu'il y a derrière." Là, l'équipe de France, frustrée de ne pas être partie en tournée, a besoin de retravailler et a envie de préparer sa finale du Tournoi par laquelle elle va commencer, ou quasiment selon l'organisation des dates. On a l'habitude d'avoir un peu plus de montée en puissance mais on est cette fois immédiatement dans de la haute compétition. Ce n'est pas rien. Cette intensité se ressent plus que de nature et génère de la crispation et de l'ambition puisque ça fait partie intégrante du sportif. La LNR s'est donnée le droit de répondre juridiquement avec cette mise en demeure de World Rugby... Oui mais chacun joue avec ses armes pour montrer jusqu'où il y a un bloc d'opposition. Sans vouloir juste défendre cette position, il y a chez les clubs un sentiment d'avoir, chaque fois que cela a été possible, accepté la discussion profonde. Là, cette disposition est exceptionnelle pour tous, pour les Fédérations de l'autre hémisphère aussi qui sont en grande difficulté financière. Mais on n'est pas dans ce débat économique puisqu'on ne sait même pas si on va devoir jouer à jauge partielle ou pas dans cette période. Et, de toute façon, on n'affronte pas ces nations-là ! Donc cette tournée ne va pas enrichir les nations de l'autre hémisphère. Que la fenêtre soit élargie de façon globale pour leur permettre de se déplacer chez les uns et chez les autres en sectorisant géographiquement, on peut l'entendre. Mais on a un débat purement interne, dans lequel je pense qu'il faut rééquilibrer les choses. Quand tu fais une composition d'équipe, tu mets quinze joueurs sur la feuille, des remplaçants et tu fais naître de la frustration. C'est dans la nature du sport, beaucoup plus que dans n'importe quel autre métier. Là, c'est un peu pareil. On va être obligé de faire des choix qui génère de la frustration d'un côté ou de l'autre. Six matchs, en année post-Coupe du monde, c'est compliqué. Et personne ne parle de l'objectif prioritaire de la saison, pour lequel on a rendez-vous dans huit mois, qui est le futur Tournoi. Il faut pourtant en parler de la même façon : comment on va l'aborder ? Avec quelle mise à disposition ? On ne peut pas uniquement évoquer la tournée d'automne, on doit le faire globalement sur la saison. Je crois que c'est le moment.
  34. 6 points
    Le problème quand on discute avec toi c'est que tu ne fais confiance qu'en tes propres sources, ça complique les échanges. Les chiffres du monde viennent de Santé Publique France , si ce n'est pas suffisant pour toi, envoie tes sources, on verra si celles-ci concordent. Je persiste, le graph est tronqué, si l'absicce commençait au 1er mars, on verrait que le nombre de cas "déclaré" à cette époque était plus faible que maintenant. J'ai enchainé avec la phrase "Alors oui le nombre de tests n’était pas le même cette hiver que maintenant, il est donc normal de voir plus de cas." phrase que tu as tronqué de mon message pour citer Cyril qui dit la même chose que moi, et bizarrement cela va dans ton sens. Quelque soit le pays, on voit que l'exponentielle de la courbe de cas déclaré est très rapide, sans vigilance tu peux te retrouver avec un millier de nouvelles hospitalisations journalières en une ou deux semaines. Je ne connaissais pas ce professeur, il dit des choses intéressantes, mais balance aussi des saucisses: - "Il n'y a eu aucune reprise nulle part", peut-être parle t-il seulement de la France, mais ce n'est pas le cas dans le monde, notamment les USA, l'Australie, Israël et d'autres. La Belgique semble sur le fil du rasoir. Ces exemples nous montrent qu'il faut rester vigilant. - "En Mayenne alerte rouge? Quasi zéro hospitalisations. ZERO." C'est combien quasi zéro? Et pourquoi reprendre ZERO ensuite? Pour faire un effet sur l'auditoire comme le fait Dominici quand il parle d'argent? Sachant que d’après d'autres sources (mises à jour la veille du tweet de Freund, je te laisse vérifier tes sources de ton coté bien entendu) il y aurait eu 8 nouvelles hospitalisations à ce moment. Mais effectivement 8 c'est quasi 0 suivant comment on se place. - "la décision d'imposer le port du maque est très difficile à comprendre. Pourquoi avoir pris cette décision au moment où tous les indicateurs sont au vert?" Ah ouais, tous les indicateurs sont au vert? Ah ben effectivement on se fout royalement de notre gueule alors... J’espère qu'il est dans le second degré quand il dit ça. - "En revanche, il faut se poser la question : veut-on totalement arrêter la circulation du virus? Je pense que c'est illusoire. Ou alors j'espère que vous avez du temps devant vous. La solution de le laisser circuler tout en le contrôlant est probablement la bonne." C'est exactement ce qu'il se passe actuellement, on le voit sur ton graph avec une stabilisation des cas. Ce qui n’empêche pas de faire attention à ce que ça ne remonte pas. C'est les vacances, les gens déplacent le virus, la demande de port de masque dans les lieux clos est certainement faite pour compenser les échanges qui auront lieux en dehors de ces endroits (retrouvailles et embrassades de la famille venue de l'autre bout de la France, par exemple). - "Certains disent "pour protéger les personnes vulnérables, protégez vous". C'est peut être faux. Pour protéger les personnes vulnérables, protégez LES, mais si vous êtes malades puis immunisés, vous les protégerez à vie. ATTENTION je ne dis pas que il faut disséminer le virus partout. Mais vouloir à tout prix arrêter sa diffusion, partout, est illusoire et pas forcément un bon calcul à long terme." Il y a un peu de tout dans ce passage, de l'affirmatif et de la probabilité, ça ne fait pas très sérieux pour un brillant professeur. Il ne me semble pas avoir lu que l'immunité était éternelle, après peut-être a t-il ses propres sources. - "Il y a une part d'incertitude dans cette maladie. Tout le monde est d'accord là dessus." Ah bah non en fait il est comme tout le monde il n'en sait rien. - "Il n'y a pas d'autre plan cohérent que de poursuivre les mesures de distanciations sans les renforcer, en pouvant assouplir selon l'évolution, et surveiller les vrais indicateurs!" Ah bon, je croyais que tous les indicateurs étaient au vert, mais en fait il faut quand même poursuivre les mesures. Donc il est juste contre le port du masque en lieux clos, pourquoi on n'en sait pas plus après son article. Je suis comme tout le monde, spécialistes inclus, je ne connais pas ce virus, ni ce qui va se passer ces prochains mois. Mais ne vaut-il mieux pas porter un masque actuellement (même si je suis très mauvais élève) que reconfiner dans 1 mois? Si ces 2 mois de confinement ne t'ont pas traumatisé, tant mieux pour toi, perso je n'ai pas envie de revivre ça. Je conclue avec la conclusion de mon message précédent, passage que tu as tronqué aussi: Oui, les médias en font des caisses sur le port du masque, la deuxième vague et autres. Mais croire que tout est terminé serait à mon avis une erreur. Il y a quand même, à mon avis, un gros travail afin de maintenir le contrôle de cette pandémie. En fait j'ai l'impression qu'on est d'accord tous les 2, ainsi qu'avec le professeur, continuons les efforts.
  35. 6 points
    Il vaut mieux qu’il ait un bon salaire. Tulou à Lyon, ça peut vite coûter cher selon le quartier.
  36. 6 points
    Je ne le puis , puisque je ne le fais pas pour moi ! J'en distribue un peu , mais je garde l'essentiel car il faut faire des conserves de ratatouille , garder des pommes de terre pour l'hiver , cuisiner des gratins de courgettes et d'aubergines... etc...Il faut aussi faire de la confiture (semaine prochaine mirabelles ). Car nous avons un club de rugby , et les soirs d'entraînements ,qui se terminent tard ,nous nourrissons nos joueurs , pour éviter les conflits familiaux (la maman s'est occupée seule des enfants , au moins elle n'a pas à s'occuper du mari ). Donc comme on n'a peu de budget il faut se débrouiller. Par exemple :les paysans donnent la paille de blé au club , qui la vend , l'agriculteur a un reçu de don , qu'il peut défalquer sur ses revenus ,et souvent il reverse au club son économie d'impôts. Pour les confitures citées plus haut c'est pour les goûtés de l'école de rugby ,ensuite on va taper le super marché pour avoir des prix coûtants sur le beurre, les huiles etc en échange d'une pub , de même pour le boulanger . Comme tu le vois Raphaelle , nous sommes les gilets jaunes du rugby français .
  37. 6 points
    Il sait que Serge Simon est médecin ?
  38. 6 points
    Si ça peut éviter les 8 clos ..
  39. 6 points
    Essaye plutôt : Tropico.micro.pénis@charter.fr
  40. 6 points
    Le Stade toulousain est juste super bien organisé, a su anticiper, privilégie la formation et trouve difficilement à se renforcer vu l'immense talent de ses joueurs qu'il s'échine à former aux quatre coins du monde et jusqu'en Ariège
  41. 6 points
    Une photo de chèque, une attestation à authentifier et une lettre manuscrite signée de la main de Mr Samir Ben Bidule dans laquelle il préciserait : "Jé de larjant (bocou)". Cette dernière pièce ayant semé le doute dans l'esprit du gendarme financier.
  42. 6 points
    J’espère que RMC va inviter Dominici qu’il vienne encore s’expliquer
  43. 6 points
    Le mec il a allongé la monnaie pendant des années pour sauver ce qui pouvait l'être et là tout le monde lui a craché à la gueule, les supporters comme le Maire. A sa place je laisserais le club couler avec grand plaisir.
  44. 6 points
    C'est aux "anciens joueurs" et aux supporters qui soutenaient ce projet fumeux de reprendre le club ! En tous cas, si j'étais Angelotti, c'est ce que je dirais. Et je m'en délecterais... Après, quand des gens arrivent à tomber dans de tels panneaux, tu comprends pourquoi les spams qui te demandent du pognon pour récupérer des valises en provenance de Côte d'Ivoire, ça fonctionne encore !!!
  45. 6 points
    Dans un monde où celui qui a la plus grosse bite est roi.
  46. 6 points
    On ne recrutera personne d'autre ! Mola l'a bien fait comprendre dans son interview, c'est totalement antinomique de faire baisser les salaires de tous les employés du club et de recruter derrière d'autres joueurs, et il a raison. A part Flamant qui a certainement signé avant la COVID, il faut arrêter d'espérer une nouvelle arrivée. On fera avec les jeunes et ca ne nous a pas trop mal réussi jusqu'à maintenant.
  47. 6 points
    L obbyiste A rnaqueur P opuliste O rdure R aclure T ruand E scroc E mberlificoteur N auséabond C alculateur U surpateur L ouche É goïste
  48. 6 points
    Oh putain Chôme tu vas avoir des problèmes avec ta nouvelle photo de profile!!!
  49. 6 points
    Dupont-Moretti, défenseur de Balkany, Ministre de la Justice. Darmanin, accusé de viol, Ministre de l'Intérieur. Les politiques se sont petit à petit incrustés dans les émissions de télé-réalité. L'étape suivante était forcément que la télé-réalité s'installe au gouvernement.
  50. 6 points
    Perso je pense que notre effectif est tout ce qu'il y a de plus complet. C'est sur que pendant les doublons il va falloir piocher un peu dans les espoirs mais c'est comme ça qu'on a lancé Michalak, Poitrenaud, Jeanjean et Bouillou alors qu'ils n'avaient pas 20 ans. Plus proche de nous, Mauvaka était aussi très jeune quand il a commencé et que dire de N'tamak ! C'est certain que ça marche pas à chaque fois mais je suis plus fière de mon club quand il lance un jeune que quand il va chercher un sud'af pour faire le nombre pendant les doublons. SI ce n'était pas le cas je supporterais plutôt Montpellier ou Lyon.
This leaderboard is set to Paris/GMT+02:00
  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?
    Sign Up
×
×
  • Create New...