Jump to content

Leaderboard

  1. Gabi

    Gabi

    C@pitouls


    • Points

      12,918

    • Content Count

      34,637


  2. tropézien

    tropézien

    B@rbarians


    • Points

      10,479

    • Content Count

      20,853


  3. gronounours

    gronounours

    C@pitouls


    • Points

      6,401

    • Content Count

      15,002


  4. Saint Thomas ST

    Saint Thomas ST

    B@rbarians


    • Points

      6,000

    • Content Count

      6,676



Popular Content

Showing content with the highest reputation since 01/04/2013 in all areas

  1. 31 points
    Tendance - Jérôme KAINO On en aurait encore eu, des choses à dire, à l’instant d’entamer cette dernière chronique de la saison. Gloser sur l’inutilité crasse des protocoles commotion qui n’ont généré que frustration lors de ces phases finales, et s’amuser de la jurisprudence involontairement créée par le cas de Marc Andreu, blanchi par la commission de discipline après avoir couvert de quelques noms d’oiseaux le médecin indépendant. On aurait pu, encore, vitupérer sur la pesanteur du cirque présidentiel précédant la finale, et se demander à quoi bon s’échauffer pendant une demi-heure si c’est pour in fine attendre le coup d’envoi pendant un quart d’heure, sans bouger. Ou alors se moquer des fausses notes du public du Stade de France au moment d’entonner la Marseillaise, et suggérer que les oreilles des mélomanes soient au moins épargnées les jours de finale… Oui, j’aurais pu divaguer sur tout ça. Mais à l’heure de boucler la saison, vous me permettrez de revenir sur une anecdote personnelle, et d’utiliser une fois n’est pas coutume la première personne du singulier. L’affaire remonte à la 2e journée du championnat, du côté de Grenoble, et se tenait sur le parvis du stade Lesdiguières, où les joueurs toulousains étaient venus effectuer leur traditionnel galop de décrassage. J’étais venu ce jour-là saluer quelques connaissances en compagnie de mon père, et ce que je pus observer ce jour-là me conféra une certitude, qui ne devait plus me quitter… Car mon père, faut-il préciser, se meut en fauteuil roulant. Et alors que les premiers joueurs venaient de pénétrer sur la pelouse, adressant qui un salut de loin, qui un regard étonné, Jerome Kaino se présenta à la sortie du bus. Après avoir balayé l’espace des yeux, le All Black aux 81 sélections effectua alors sans hésiter un détour d’une vingtaine de mètres pour serrer la main du paternel, qu’il n’avait évidemment jamais rencontré de sa vie. Geste aussi respectueux que gratuit, qu’aucun photographe, caméra ou média (du moins le croyait-il) n’aurait jamais capté. Mais l’extraordinaire, le vrai, se produisit dans la foulée. Car tous (et je dis bien TOUS) les joueurs du Stade toulousain qui sortirent derrière le double champion du monde effectuèrent exactement le même détour, transformant la visite de l’ancien en défilé de poignées de pognes presque aussi long que celui du président Macron, la demande de naturalisation de Maks Van Dyk en moins. On appelle ça un leader, non ? Pour le moins un Monsieur, en tout cas. Celui qui manquait à Toulouse depuis quelques saisons pour aller chercher quelque chose ? Le fait de le voir, neuf mois plus tard, laisser Julien Marchand et Maxime Médard soulever le Bouclier à sa place me le confirma sans aucune surprise. On a les fiertés que l’on peut… ■ P Source - Midol
  2. 30 points
    Bon, le match n'était pas d'une grande qualité mais c'était une finale. Il fallait la gagner, vous l'avez gagnée. Propre. Vous méritez et je suis vraiment content pour les jeunes. Quand on voit l'itw de Ramos, on se dit que ceux qui forment sont dans le vrai. La meilleure nouvelle pour le ST a été le départ de Bouscatel et Novès. Quel apport de Lacroix. Il m'impressionne le type. Lui, il a pas de chéquier. Vous me faîtes vivre mon rêve par procuration. Je rêve que mon RCT soit champion avec des gars du cru comme en 1992. Félicitations les potos, je suis vraiment content pour vous Courage aux jaunards du forum. Vous faîtes un très beau vice-champion même si je me doute que vous vous en foutez. PS : après toutes ces amabilités, je vais aller un peu me lâcher dans le topic de la haine.
  3. 23 points
    Bonjour à tous et félicitations pour ce bouclier, il est mérité pour ce match et ceux de la saison régulière. mon match d’hier au stade de france en quelques mots : + une marseillaise magnifique qui me donne des frissons - sentiments rapidement envolés après qu’ un troupeau de cons sifflent le président de la république. Ce n’est ni le lieu, ni le moment. +- le match ben,Iturria se blesse et nous enlève des solutions en touche, on a un jeu au pieds de merde, les passes au cordeau sont sifflées, les stats du match sont du 50/50 mais on fait trop de fautes stupides et d’en avant. - la pseudo supportrice de Toulouse a côté de moi qui se retourne au coup de sifflet final et me dit que c’était écrit, qu’elle savait que vous alliez gagner. Pauvre pomme à la 74eme minute, t’etais blanche comme un linge et tu te rongeais les ongles. ——— les larmes de mes fils + le supporter de Toulouse qui a posé sa main sur mon petit pour le réconforter. - la sortie du stade avec un putain de supporter Toulousain, une bière à la main et une dizaine dans le ventre qui nous narguait en parlant de nos défaites. Pauvre con,savoure ta victoire, fait la fête, mais quel est le plaisir à casser les couilles au perdant. +++ le cadeau a l’hôtel pour la fête des pères de mes enfants. profitez de cette belle journée, les capitouls.
  4. 21 points
    Autant je comprends la frustration des supporters d'autres clubs dont l'histoire est émaillée de multiples déceptions et désillusions. Autant, il faut vraiment être tordu pour arriver à être un supporter frustré quand on supporte le ST. C'est "juste" le plus grand club d'Europe, le plus populaire, le plus gros palmarès, la meilleure formation, le plus beau jeu, la plus grande institution, etc, etc... Et ça fait plus de 30 ans que ça dure (car oui, la véritable prouesse en sport n'est pas d'être temporairement en haut de l'affiche mais de s'y maintenir pendant des décennies). La seule difficulté est de lutter contre la jalousie maladive (mais ô combien normale) des supporters adverses. Mais c'est plus facile à vivre quand on réalise que c'est humain, tout à fait compréhensible et qu'on serait peut-être pareil à leur place. Non, en fait, le seul danger d'être supporter du ST est d'attraper la melonite, de devenir prétentieux. Mais de ce côté là, je crois qu'on en est loin. Malgré nos innombrables succès et qualités, on arrive quand même à rester modeste et à garder les pieds sur terre. Et c'est tout à notre honneur.
  5. 20 points
    Sérieux, vous êtes Hors-jeu et un peu lourds sur BigFlo et Oli. Vous avez bien évidemment le droit de pas aimer ce qu'ils font, leur style de zik, les trouver agaçant... Mais arrêtez de les faire passer pour des arrivistes qui sont là pour leur promo. Ils en ont pas besoin, ils ont plus de public que le ST. Moi non plus je suis pas un fan, je ne suis pas le coeur de cible. Mais ce sont des toulousains qui réussissent dans ce qu'ils font comme peu de toulousains avant eux et qui revendiquent le fait d'être Toulousain à peu près dans tout ce qu'ils font. Et depuis toujours. Et dire "ouais c'est de la meeeeerde".....OK...tout est de la merde aujourd'hui, c'est l'air du temps....mais je préfère que les jeunes écoutent cette "merde" là que toutes les autres merdes avec putes, drogue et flingue. Et le caractère sacré du brennus.....Ntamack fait du surf dessus, les castrais l'ont utilisé comme assiette à viandes et frites, les parisiens ont du baiser dessus dans les boites underground de la capitale.....alors que les joueurs y foutent bigflo dessus pour le faire valser en l'air 5 secondes....ça va, je pense qu'il s'en remettra. Et comme vous l'avez dit si c'est le choix des joueurs, on est qui pour le discuter? C'est leur bouclier et ils font ce qu'ils veulent avec. Leur délire avec la chanson qui a semble-t-il animé toute la semaine précédant la finale a probablement participé à la prépa mentale des joueurs et à faire retomber la pression. Donc ils sont pas à mes yeux "illégitimes". Loin de là même. Pour ceux qui connaissent vraiment pas, ils ont pas découvert le Stade hier et comme tout vrai toulousain ont grandi avec. A 1mn15: https://www.youtube.com/watch?v=pDv-7JKm3pM A 55secondes: https://www.youtube.com/watch?v=SbVexNebuLI
  6. 19 points
    Par contre les gars, ce soir et dans la semaine, par pitié laissons les cybervulcans où ils sont, profitons de la victoire et ayons une pensée pour nos potes clermontois Néo, Brayaud, Dje, Stico, etc... qui ont toujours été superclasses et constructifs. Ils ne méritent certainement pas de prendre pour quelques abrutis sur un autre forum, d'autant plus que l'asm fait une grande saison aussi.
  7. 18 points
    Scène de liesse à Montpellier, ou les supporters se sont rendus sur la Comédie pour fêter le titre de leur équipe nationale. Et mention spéciale pour le capitaine Ouedraokolisi, qui aura mené l’équipe au titre.
  8. 18 points
    Je pensais que Kok allait filer aux Wasps... Ben oui quoi... Kok au Ricoh, ça aurait eu de la gueule !
  9. 18 points
    On s'en fout surtout parce que Toulouse était plus fort, beaucoup plus dans le coup de la finale, au bon moment. Quand tu te fais étouffer comme ça, bouffer dans tous les compartiments, y a pas grand chose a dire. Le score est même très flatteur pour nous, gagner sur les derniers ballons bizarrement rendus aurait été un hold up scandaleux. Pas la peine de prétexter les blessés précoces dans le match, l'arbitrage moyen etc... Toulouse avait le mental de winner, nous pas trop. Ma seule frustration perso: je préférais perdre avec Brock James. J'ai beaucoup défendu Lopez, mais là c'est pas possible de gagner une finale avec un coup de pied si faiblard. Ma joie: les yeux plein d'étoiles de mon fils, sa première finale, même perdant il ne demande qu'à revenir dans cette ambiance magique. Finalement ca vaut plus qu'une victoire, et ca te remet les idées en place vite fait.
  10. 17 points
  11. 17 points
    Déjà 27 pages.... Y a pas a dire, ça sent la montée de pression des deux cotés. SPOILER C@pitouls : Normalement, on va continuer a s’échanger quelques amabilités jusqu'a 17h30 Samedi. Ensuite viendra le temps de se dire au revoir, se séparer en deux groupes : ceux qui vont voir le match en live, au café, place Jaude/Capitole, chez des potes ou devant sa télé. ceux qui vont rester connectés sur le forum Viendra le traditionnel post "bon match a tous !" , 20h59, derniere minute de lucidité amicale, avant de sombrer dans la mauvaise foi, les insultes, le degoupillage contre le staff, l arbitre, les joueurs... Le supporter vainqueur aura droit a gueuler sa joie d’être "CHAMPIONS", le vaincu aura droit de féliciter l'"autre" (23h) Et on débattra sur les faits de jeu...jusqu'a 1heure du mat Les noctambules positifs a l alcool vont aller et venir mettre un petit commentaire, (4h du mat) c'est open bar ! Le sujet sera clôturé en milieu de semaine par un modo exténué, aux yeux rougis, au doigt tremblant. Le Hellfest a coté, c'est des petits joueurs...
  12. 16 points
    Concernant nos jeunes ... bien que très prometteurs aucun ne me semble capable d’intégrer L’équipe 1 ... HAMONOU (2000) et PAGE RELO pas loin... seul RENDA devrait faire des apparitions cette année ... Danielli (2001) trop tendre encore ... Épée (2001) très fort mais a subi plusieurs KO cette saison, Brennan encore très jeune (le plus jeune des 2001) faut pas le cramer ... ensuite les 2001 dans l’ensemble sont prometteurs une ou deux année pour les former au haut niveau et ça devrait le faire le pilier REYES (1), BRENNAN (4), DANIELLI (8), FERRER (7), IDJELLIDAINE (9), MENOT(10), RIGUET (12) Concernant le « petit » NTK ... un peu trop sur côté et hyper protège par le padre le petit Coularis (2002) est haut dessus, très fort potentiel ...
  13. 16 points
    Je vous conseille la nouvelle coupe de cheveux de Sonnes https://twitter.com/StadeToulousain/status/1140217614008033280
  14. 15 points
    ça fait longtemps que Labit lorgne sur le poste d'entraîneur au Stade... https://www.rugby365.fr/christian-labit-dans-le-staff-de-toulouse-en-cas-de-depart-de-yannick-bru-1243451.html La vérité est que Didier Lacroix s'y est opposé car il jugeait le trio peu bandant...# Labit molas-sonne
  15. 15 points
    Salut les filles! Bravo a vous les Toulousaing! Perso j'ai toujours pas vu le match... et je pense que je vais éviter... Mais d'après ce que j'ai entendu ya pas eu photo.. Je suis un peu étonné de cet écart lors d'une finale... Le ST est impressionnant cette année. Ya pas grand chose a rajouter... Il a éteint l'ASM, qui elle même devait déjà être hors de son match avant de commencer (fraicheur physique en défaut?) Dommage d'assurer toute une saison pour faire de la merde sur la dernière marche... Il est difficilement acceptable de voir un ouvreur comme Lopez être en dedans lors de la demie et de la finale. Visiblement Ramos lui s'est troué en demie mais pas en finale. Je pensais, j'espérais que le ST ait une mauvaise gestion mentale de ce RV... et au contraire ils ont été grave solide, franchement chapeau. Du coup contrairement a d'autres finales perdues, j'ai digéré assez rapidement cette défaite, car on est tombé sur tout simplement plus fort! La logique a été respectée, j'ai des regrets mais pas d'aigreur. @ bientot pour la prochaine rencontre, et bonnes vacances à tous (un p'tit peu en avance ;))
  16. 15 points
    https://www.le-pays.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/un-homme-surpris-en-pleine-seance-de-masturbation-au-milieu-des-supporters-de-l-asm-a-clermont-ferrand_13584764/ Un peu de compassion pour ce brave Clermontois qui vient de se convertir au Stade
  17. 14 points
    2 petites infos glanées lors d'une soirée de présentation du bouclier et dont la source est Cazalbou himself: -Marchand, très en avance sur sa rééducation, devrait reprendre pendant la coupe du monde. -Kaino devrait intégrer le staff à la fin de son contrat. Sinon, Cazalbou a confirmé que le départ de Faasalele était dû à la règle des Jiff et que c'est un déchirement.
  18. 14 points
    Moi pareil apres 4 ans de mariage ma femme m’a decu je me suis tiré sans un mot et je lui ai fait un mail qu’elle lira aux gosses je suis comme ca je suis entier
  19. 14 points
    Pareil. Je suis l'équipe depuis 30 ans. Je vais à Ernest Wallon depuis 1995, j'ai connu comme vous tous des équipes magnifiques. Mais là, cette saison, y a tout : 1 joueur sur 2 formés au club à chaque match, régalade tous les WE, seulement 3 défaites sur 28 matchs, un état d'esprit magnifique, un effectif dont quasi-personne n'a vu le brennus de sa vie, les adieux de Servat, tout ca dans une période de crise, avec une masse salariale en forte baisse, un club proche de la relégation administrative il y a 2 ans. Quel boulot de Lacroix, Castaignede, Cazalbou, NTamack, Mola, Servat, Sonnes, Poitrenaud, Bouilhou et j'en oublie. Merci tous les anciens. Et merci tous les joueurs bien sûr. Le pire c'est que c'est peut-être que le début quand on voit la moyenne d'âge et le potentiel monstrueux de cet effectif. Faut être fou pour quitter ce groupe pour prendre un chèque.
  20. 14 points
    Gigashvili!!!!???? Non mais les géorgiens sont totalement dans la surenchère, ce sera quoi le prochain, Térashvili?
  21. 13 points
    Bon les amis ! J'ai pas encore lu les messages depuis mon dernier post de vendredi soir, mais je passais juste pour changer ma signature ( ) et dire un immense MERCI au ST pour cette saison absolument gigantesque ! Je pourrais dire que j'y étais pour le dénouement et ce 20è Bouclard ! Au cœur du virage rouge et noir pour cette finale, je ne me souviens pas d'une aussi grosse ambiance les fois précédentes ! Pour moi, ça restera gravé, c'est certain ! Pour le match, vous avez sûrement tout dit, en bons experts que vous êtes ! Et finalement, ce que je retiendrais c'est qu'ils ont joué cette finale comme toute la saison, en ne se reniant pas. C'est ce que je souhaitais avant le match, et c'est magnifique d'avoir pu le faire ! Même sur ce dernier ballon où je me souviens avoir hurlé que c'étaient "vraiment des grands malades !" Les 1600 bornes en bagnole faites dans le Week-end me semblent finalement peu de chose au regard des émotions vécues ! Et finalement, après avoir vécu la saison d'il y a 2 ans, on savoure encore plus ce titre. Qu'il est bon de supporter cette équipe ! Le staff, les joueurs et le président ont créé un groupe incroyable, c'est ça leur plus grande réussite.
  22. 13 points
    Ils sont gentils Magne et Garba de donner leur avis mais tout le monde sait que ce sont des pipes, perso j’attend l’avis des vrais spécialistes de ce jeu, Urios, Seigne, Ellisalde...
  23. 13 points
    Olivier Magne : « Vive le travers ! » L'ancien troisième-ligne international (89 sélections entre 1997 et 2007), consultant l'Équipe, livre dans sa chronique son analyse de la victoire toulousaine face à Clermont, samedi, en finale du Top 14 (24-18). Le deuxième essai de Yoann Huget (A. Mounic/L'Équipe « Qui a dit qu'il ne fallait pas courir en travers sur un terrain de rugby ? 55e minute, hier au Stade de France. À une dizaine de mètres de la ligne de Clermont, un ballon ni vraiment bon ni vraiment mauvais sort d'un ruck toulousain. Ne cherchez pas de décalage sur les extérieurs, il n'y en a pas. Pis, quatre trois-quarts toulousains se tiennent sur dix mètres de largeur, à l'intérieur du premier poteau d'en-but, le gauche. Marquez en bout de ligne sur ce coup ? N'y pensez pas dans cette situation. Et pourtant... Cette saison, les arrières du Stade Toulousain ont ressuscité une certaine idée du jeu de ligne, où il est question de jeu en lecture, de temps de départ, d'anticipation, d'improvisation, de prises d'initiatives, d'angles de course, et même de courses en travers. lire aussi Les notes de la finale du Top 14 Et là, dans cet instant de forte tension, alors que le score n'est que de 14-12, tout ou presque va ressortir en quelques secondes. Entre Kaino, premier attaquant, et Ramos, la transmission n'est pas bonne, le ballon roule au sol. Mais la qualité technique de l'ouvreur toulousain va accélérer le jeu d'un coup : au moment où ce dernier relève le ballon d'une claquette, tous les trois-quarts toulousains réagissent de la même manière, en adoptant une course vers l'extérieur, en travers. Ce réflexe correspond à une qualité que l'on a un peu oublié : savoir se démarquer, prendre un espace pour qu'une situation a priori verrouillée se transforme en action gagnante. À cet instant, avec leurs courses en travers dont on dit souvent qu'elles ne sont pas efficaces, les trois-quarts toulousains fuient la pression de la défense clermontoise et se donnent du temps pour accélérer, lire la situation et faire les bons choix. En face, les Clermontois ne comprennent pas ce qui se passe sous leurs yeux, et défendent comme si les trois-quarts toulousains étaient encore serrés. Une passe de Médard, une autre de Guitoune très en profondeur pour donner du confort à Ahki, Kolbe qui ralentit, se déporte dans l'espace libre et sert Huget, qui marque. Magnifique action ! Dans le rugby, il y a tellement de situations possibles que toutes les solutions sont à envisager, y compris celles de courses qui ne seraient pas rectilignes. Cet essai de Toulouse en est la preuve et, même si je ne sais pas comment s'entraîne cette équipe, je mets ma main au feu qu'il est la résultante d'un grand travail sur le mouvement collectif, avec des séances en opposition, du jeu à toucher. Je suis content que le Stade Toulousain ait gagné parce que cela permettra peut-être au Top 14 de se transformer et d'aller vers un jeu tourné vers l'offensive, avec plus de prises d'initiatives. »
  24. 13 points
    Moi qui crachait sur guitoune, bezy et akhi en debut de saison je suis vraiment un gros con
  25. 13 points
    Salut tout le monde! Vous ne me connaissez pas mais moi je vous connais bien, et depuis quelques années maintenant... En fait je décide de m'inscrire au bout de 3 ans de consultations rythmées par les confrontations ST/ASM car je finissais par avoir une sale impression de voyeuriste . Je suis Clermontois et évidemment je viens prendre la température, en tout bien tout honneur cela va sans dire. D'ailleurs je ne suis pas passé par la case Présentation si chère aux admin des forum... vous ne vous embarrassez pas avec ce genre de futilités? perso ça me va... Le cas échéant si quelqu'un veut bien m'indiquer le chemin? Pour terminer je suis Toulousain d'adoption depuis 20 ans, mais bien sur mon club de cœur restera toujours et à jamais l'ASM, car comme vous le savez vous aussi, il n'y a pas d'équivalent sur la planète Rugby... Allez, en attendant, je vais terminer le 4eme roulot de PQ en 2 jours... Et pourtant je n'ai jamais été aussi confiant que cette année... je vous laisse imaginer les précédentes finales... PS: j'ai été de la partie à Paris en 94, 99 et 2001, 2001 étant l'année de trop j'ai préféré y envoyer mes potes en 2008... je suis donc un "traumatisé du Rugby"... (ceci dit je ne pense pas qu'il existe de supporter Jaunard non traumatisé...) Voili! @ + tard
  26. 12 points
    Et c'est reparti pour la régalade!!! Le film des champions Qu'est ce que c'est dur pour Faasalele quand même
  27. 12 points
    Sinon super photo qui illustre bien ce qu'est aussi cette équipe Tolo et Mauvaka en 2019 et 2011 (faites défiler)
  28. 12 points
    Adiu les Amis . Ça valait le coup de faire 20h de bus pour assister à ce match . Ambiance géniale depuis le départ de Toulouse ( un grand MERCI aux responsables du HUIT notamment du bus 14), une fan zone où on a retourné ce quartier de bobo parisiens.. Puis ce match.. Des frissons, de la pression et au coup de sifflet final, tout simplement des larmes de joie et de bonheur . On a tout donné en tribune et ils ont tout donné sur le terrain pour le rendre au peuple rouge et noir . Merci aux joueurs, au staff, aux dirigeants et aussi à tout les supporters et spectateurs de soutenir une équipe aussi géniale
  29. 12 points
    https://mobile.twitter.com/bleuoccitanie/status/1140017626153988097
  30. 12 points
    Bravo au ST, vainqueur logique au terme d'un championnat bien tenu. Je n'ai pas vu la maîtrise habituelle chez nos joueurs, que j'ai trouvé empruntés et moins concernés. Pas grave, la saison fut tout de même belle.
  31. 12 points
    Je supporte ce club depuis bientôt 30 ans, j'ai vu des titres à la pelle et je n'ai jamais pris un pied pareil sur une saison. Quel bonheur bordel cette année... Et immense respect à l'asm qui est vraiment une très grosse équipe, même si la finale n'était pas terrible franchement.. Ramos aussi, a assuré Ils ont tous assuré Bordel je les aime, j'aime ce club, j'aime même ma belle mère ce soir...
  32. 12 points
    Tu peux pas mettre Fickou et Mama dans le même panier. Fickou est jeune et à l'avenir devant lui, il a fait une belle connerie de partir au SF. De plus, il était sous contrat. Mama était en fin de contrat, n'a jamais triché avec le ST et a participé à 3 titres du ST.
  33. 12 points
    Il s'est passé quoi avec Beheregaray ?
  34. 11 points
    Je suis pas trop d'accord avec cette idée de faire la promotion du rugby ... Déja la promotion de quoi ? Du jeu d'arrière ? Ok mais y'a aussi des gens que ça emmerde de voir des passes peut etre ... Y'a peut être des gens qui aiment l'affrontement , le brutal et qui peuvent se reconnaitre dans cette forme de rugby ... Encore une fois , une coupe du monde c'est condensé sur 1 mois . Faut etre pragmatique . La force d'un entraineur ,c'est de tirer le max de ses joueurs et de pas les faire jouer un jeu qu'ils ne peuvent pas jouer. Erasmus a fait du super taff ... Et soyons lucides: Les Boks c'est les Boks: Ils jouaient comme ça y'a 30 ans et ils joueront toujours comme ça dans 30 ans . Qu'on aime ou pas, c'est leur ADN et c'est même à ça qu'on les reconnait : Moi justement ce qui me plait dans le rugby , c'est le contraste . Y'a les blacks pour le jeu , y'a les boks pour la force, y'a les celtes et les anglais pour le rugby 2.0, y'a les argentins pour la moelle , les iliens pour le coté fantasque-jejouecommejevis, les Français pour le coté french-flair ... Moi tout ça ça me plait de pouvoir voir plusieurs rugby dans le rugby , Mais ça veut pas dire que le rugby de demain sera celui des boks ni qu'il est le meilleur . Il est juste le meilleur à l'instant T . Ce qui serait chiant c'est si tout le monde pratiquait le meme rugby ,quel qu'il soit ...
  35. 11 points
    En fait c'est parce que Gatlhié et Moustache ne connaissent pas vraiment le nom des jeunes joueurs. Du coup y'en a un qui a dit à l'autre en parlant de Lambey - Bon en deuxième ligne, on prend.. ha merde comment il s'appelle déjà.. - euhh - mais si tu sais bien - non je vois pas... - ha mais si ça me ma revenir.. tu sais... le roux - ok, je note Le Roux.
  36. 11 points
    Des nouvelles fraîches de Kolbe
  37. 11 points
    UNE MAIN DANS LE DOS Quel sport peut s’asseoir à la table du Top 14 et lui dire : « Je suis plus aberrant que toi ? » Aucun. C’est sûr, bien qu’on vous avoue ne pas avoir étudié tous les championnats de tous les sports, et que le calendrier du championnat russe de fléchettes puisse recéler à son tour quelques incongruités qui nous auraient échappé. Mais le rugby, donc, et plus particulièrement notre Top 14, place la barre très haut. Imaginez : Usain Bolt est champion du monde du 100 m, en toute logique, après avoir foudroyé la concurrence en 45 foulées. Alors, pour le championnat suivant, on le contraint à se préparer à moitié, en un mois quand les autres profitent du double. On lui attache une main dans le dos et, tout au long de son couloir, on lui pose des haies à enjamber. Imbécile, n’est-ce pas ? C’est pourtant ce que notre rugby fait. Le Stade toulousain s’y frotte cet été, comme Clermont, Castres, le Racing et Paris avant lui. Pour sa reprise, Ugo Mola constate son groupe professionnel amputé d’une dizaine de ses meilleurs éléments. Le Stade toulousain aurait-il été champion sans Kolbe, Dupont ou Elstadt ? Pas sûr. C’est un euphémisme. C’est pourtant sans ces hommes de base qu’il devra justifier son statut de dominant pendant deux mois, en début de saison, attendu sur chaque terrain de France où son scalp de champion comptera triple. Le problème n’est pas nouveau et, tous les quatre ans, il remet sur le devant de la scène les problèmes structurels de notre sport. Des solutions existent, pourtant, pour s’éviter une telle situation. Les Sudistes y parviennent, dans un format de championnat condensé qui répond aux exigences du haut niveau. Les Anglais aussi, pour prendre l’exemple le plus semblable à notre modèle, qui ne commenceront leur championnat que fin octobre. Mais nos chers ennemis ont depuis longtemps condensé leur championnat à douze clubs et, du côté des joueurs, on réclame une nouvelle réduction du format. En France, on regarde tout cela sans s’en émouvoir. En septembre, on verra donc les espoirs de Toulouse se tirer la bourre avec les remplaçants du Racing, les jokers de Clermont s’en prendre aux secondes lames de Toulon. Question sex-appeal, on a vu mieux. Mais si le produit est dévalué, pensez bien que les places au stade, elles, ne se sont pas effritées d’un centime. Faut bien vivre, ma pauvre dame. Midol
  38. 11 points
    Ah zut, il est pas conservé Pointud
  39. 11 points
    c’est pas les joueurs le soucis ils sont en pleine euphorie et deglingués c’est de pas avoir la decence et l’intelligence de trouver ca deplacé et de dire ben non les gars fetez votre truc et on se voit apres j’ai l’image de l’autre sur le brennus porté en triomphe qui fait le tour d’honneur du sdf, qui brandit le brennus sur le bus et ca me salit le truc j’ai en parallele les images de noves, mola, lacroix qui restent a l’ecart et noves qui repete c’est eux qui ont gagné pas moi je les laisse savourer c’est leur victoire et je dois etre con mais un des comportement me parait classe, l’autre déplacé , un brennus ca se respecte je ne comprend pas comment on peut s’incruster comme ca dans ces moments intimes sans comprendre que c’est pas bien meme mourad ou ses propres joueurs se foutaient de sa gueule parce qu’il brandissait la hcup comme si c’etait lui qui avait gagné avait une legitimité pour le faire, pourtant l’image avait fait debat la, les mes sont supporters depuis 11 jours et la victoire en demie, ils ont aucun rapport avec le club, si j’etais encore dirigeant a regarder ca des tribunes alors que je donne 2 jours de ma vie au club toutes les semaines depuis 25 ans je me dirait que je merite ptet un peu plus de brandir le bouclier pour avoir entrainé les jeunes que pour avoir sorti 3 rimes c’est deplacé sur la musique chacun son avis tout le monde a le droit d’avoir mauvais gout
  40. 11 points
    Adishatz les amis Victoire amplement méritée sur l'ensemble de la saison, et méritée sur la finale. L'ASM aurait pu jouer toute la nuit, qu'ils n'auraient pas pris en défaut la défense toulousaine.... Lopez loupe sa finale; Ramos réussit la sienne. Hier, il est le symbole de cette équipe et un seul mot résume son match et la saison des toulousains: CONFIANCE. Bravo, ce n’était pas évident après être passé à coté en 1/2. Ceux qui voulaient voir ce qu'il a dans le ventre, savent à présent. Le chat maman et moi félicitons Huget pour sa finale. Nous avions des doutes sur sa capacité à défendre, il a sorti son meilleur match de la saison au meilleur moment. Avec lui, citons Akhi et Dupont (les deux grands artisans de la victoire hier soirn selon nous), Elstadt et Cros. Un grand bravo au staff et à tous les joueurs pour l'année qu'ils nous ont offert. Vivement l'année prochaine. Je vous laisse les amis, je vais fumer mon clope avec le chat Pierre V
  41. 11 points
    Petite anecdote: Je rentre du travail hier soir et je trouve mon fils dans le salon avec un tee shirt nike tout simple, tout simple certes mais jaune.... Il est puni de tout jusqu'à noël
  42. 11 points
  43. 11 points
    C'est dingue. En fait votre bouclier de cette année il doit vraiment être rapatrié à Brive. Entre votre entraîneur formé à Brive, et votre meilleur joueur qui a atteint ce niveau grâce au plus grand musicien correzien, le Stade toulousain nous doit tout.
  44. 11 points
    Guy Novès « CE QUE CETTE ÉQUIPE A EN PLUS, C’EST QU’ELLE N’A JAMAIS RIEN GAGNE » L’ancien coach du Stade Toulousain garde un œil attentif sur cette équipe qui va retrouver le Stade de France sept ans après sa dernière finale de Top 14. Et lui trouve une soif de victoires qui peut l’amener loin. L’ancien manager des Rouge et Noir, dix Brennus et quatre Coupes d’Europe au pal-marès, reconnaît qu’il est séduit par le jeu proposé par l’équipe actuelle. Impressionné par le phénomène Cheslin Kolbe, Guy Novès souligne également l’importance capitale du pack toulousain. L’ancien sélectionneur des Bleus (2015 à 2017) évoque aussi la qua-lité du staff et le travail des formateurs. Guy Novès, qui sera au Stade France, imagine enfin une finale très ouverte face à Clermont. Quant à son avenir, il ne ferme aucune porte et réaffirme sa volonté de soutenir ceux qui se présenteront face à Bernard Laporte pour la présidence de la Fédération en 2020. « Revoir le Stade Toulousain en finale du Top 14 vous procure-t-il une émotion particulière ? Oui, oui, oui, mais l’émotion est surtout liée au fait que le club mérite d’être en finale. La logique est respectée. Jusqu’ici, il a dominé la saison en cours. J’ai aussi de l’émotion par rapport au jeu qui a été mis en place ces derniers mois. Face à La Rochelle en demi-finale (20-6), une équipe avec des qualités, on a vu qu’il y avait un niveau d’écart. Avez-vous le sentiment que le Stade Toulousain a retrouvé son identité ? En regardant certains matches cette saison, parfois, je me suis demandé si à mon époque, l’équipe avait atteint ce niveau-là. Quand le Stade est mené de je ne sais combien de points à Bordeaux (29 points) et est capable, en une mi-temps, de faire son retard et de gagner le match, honnêtement, je ne suis pas sûr que le Stade de l’époque aurait été capable de ça. Ce qui ne nous a pas empêchés d’être quatre fois champions d’Europe… Cette équipe a-t-elle quelque chose en plus ? Ce qu’elle a en plus, c’est qu’elle n’a jamais rien gagné. Elle a une soif de résultats très importante. Les joueurs ont une envie folle de réussir, servis par un rugby ambitieux. On a l’impression d’un rugby insouciant, qui ne l’est pas forcément. J’ai vu des matches avec des passes aveugles, des soutiens permanents. Régis Sonnes disait que ce rugby, le Stade l’avait dans les gènes, c’est ce qu’on lui avait appris. C’est ce rugby qui a ramené les partenaires et les supporters cette année au Stade Toulousain et qui nous régale tous les week-ends en plus de nous faire gagner ! Mais je le répète, parfois, je me demande si on jouait à ce niveau. Peut-être que oui, mais je suis admiratif de ce que je vois. Avec des joueurs qui sont en train de naître, des joueurs expérimentés et un recrutement ciblé et accompagné d’un excellent staff, le rugby que je vois tous les week-ends me séduit. On parle beaucoup des trois-quarts de cette équipe… (Il coupe.) Ce qui fait la différence aujourd’hui, c’est le gros travail des avants et une défense très efficace. Il y a également la profondeur du banc. Remplacer Tekori par Richie Gray, ça parle. Vous ne pouvez pas réussir sans avoir une équipe équilibrée avec des avants dominateurs. Quand je vois le travail de Faumuina, qui renverse la mêlée de La Rochelle, ça me rappelle le travail de Claude Portolan et les générations suivantes. Avec une bonne mêlée, une bonne touche et une bonne défense, il suffit de deux ou trois garçons qui sont capables de faire des étincelles derrière pour avoir une équipe qui peut se diriger vers un titre en fin de saison. Mais sans un gros paquet d’avants, vous pouvez avoir des trois-quarts de folie, vous avez un point faible. Cette équipe est également composée de nombreux joueurs formés au club… (Il coupe.) Ça a toujours été le cas, mais ils sont plus mis en valeur cette saison. Ils sont aussi très bien encadrés par des joueurs de très très haut niveau, Faumuina, Kaino… Kolbe est exceptionnel. Huget, Médard qui ont de l’expérience, Guitoune qui revient à son meilleur niveau. Les Ntamack, Baille, Cros, Marchand, on les suivait déjà. L’éclosion des Castets ou Mauvaka, que je ne connaissais pas, c’est le fruit du travail de Michel Marfaing et Valérie Vichy qui sont des monstres de la formation. Vous évoquez Kolbe. Est-ce le joueur qui vous impressionne le plus ? Il impressionne tout le monde. Quand vous le voyez passer entre trois joueurs… Il marque des essais que lui seul peut marquer. Si on ne lui coupe pas les jambes, il est presque inarrêtable. Il vous fait gagner les matches. Il ouvre des brèches, c’est un danger ! Ses crochets sont fulgurants. C’est un garçon qui fait la différence. C’est un plus dans une équipe. Quand vous lui donnez un ballon, il se passe toujours quelque chose. Un petit mot sur Sébastien Bézy qui retrouve son meilleur niveau et a fait basculer le match face à La Rochelle quand il est entré en jeu… L’arrivée d’Antoine Dupont lui a fait du bien. Il a la maturité et l’expérience en plus. C’est un garçon posé et équilibré. Ce n’est pas le mec qui fait la tronche parce que vous ne le prenez plus ou qu’il est remplaçant. Il revient à son meilleur niveau et j’ai l’impression qu’il est à maturité. Ugo Mola, Régis Sonnes ou Clément Poitrenaud avaient-ils, quand ils étaient joueurs sous vos ordres, déjà des dispositions pour être entraîneur ? Ugo, je ne suis pas surpris de sa progression dans son métier. Je sentais qu’avec le travail qu’il avait fait, même s’il n’avait pas eu beaucoup de résultats (descente avec Brive notamment), il avait toutes les qualités d’analyse, d’intelligence pour pouvoir diriger ce genre de club. Il était né au club (joueur de 1990 à 1996), il connaissait le système et il a amené sa propre personnalité. Ugo a toujours eu ça en lui. Et vous avez beau être un bon entraîneur, vous avez les résultats qui correspondent à la qualité des joueurs que vous avez. Quant à Régis et Clément, ils sont nés là-dedans. Ils ont gagné des matches et des titres en pratiquant ce jeu et ce rugby. Ils y croient et ça fait la différence. Je tiens d’ailleurs à souligner que Régis fait un travail dont on parle moins, mais qui a une efficacité redoutable. William Servat, que vous aviez lancé comme entraîneur, va rejoindre l’équipe de France. Qu’en pensez-vous ? Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, ça ne me regarde plus. William est quelqu’un qui a toujours eu une rigueur et un comportement exemplaires. C’est un peu le successeur de Yannick Bru qui lui a beaucoup apporté. Il a cette qualité de croire aux très jeunes joueurs. Il a raison. Pourquoi Toulouse a-t-il mis sept ans à revenir en finale au Stade de France ?Pourquoi Castres a été champion de France l’an dernier et ne s’est pas qualifié cette année ? Est-ce que Christophe Urios, annoncé comme le phénomène des entraîneurs, est devenu idiot cette année ? Les gens oublient que chaque année, c’est très dur. Et ils ont été trop bien habitués et ça devient normal que le Stade Toulousain soit en finale. Certains ont laissé entendre que si Toulouse est de retour au sommet, c’est que l’héritage Novès en termes d’effectif, avec les prolongations des plusieurs anciens comme Dusautoir, Clerc, Albacete, Fritz, Johnston, a été soldé. Que répondez-vous à ça ?Oui, j’ai lu les déclarations de Richard Dourthe qui pense que j’ai fait un mauvais travail. C’est dommage qu’il ne soit pas venu observer nos entraînements au Stade Toulousain. Vu ses compétences et ce qu’il a réalisé quand il a été entraîneur (Bayonne et Dax), il a dû faire un travail admirable pour être en mesure d’expliquer pourquoi Toulouse avait de moins bons résultats. À chaque fois que j’ai prolongé un joueur, je considérais que c’était mérité. Et je rappelle qu’on s’est toujours qualifiés. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a des adversaires qui veulent la même chose que vous. Soyons sérieux. Richard me faisait sourire quand il était joueur car il était dangereux pour les autres mais aussi pour son équipe. Aujourd’hui, l’entendre parler, ça me fait rire. Et il anticipe un peu l’avenir. Réussir une année, c’est dur. Réussir sur la continuité, c’est exceptionnel !Justement, voyez-vous le Stade Toulousain d’aujourd’hui régner comme le Stade Toulousain des années 1990 à 2000 ? La base de travail, le jeu pratiqué et le réservoir de jeunes joueurs actuels peuvent leur permettre de voir loin. Mais est-ce que des clubs comme Toulon, Montpellier ou Castres ne vont pas réagir ? Attention. Ce dont je suis certain, je l’affirme, c’est que le Stade Toulousain a les armes pour gagner. Mais on a vu en Coupe d’Europe qu’il y a un palier à franchir. Vous prenez deux fois trente points au Leinster qui est renversé en finale face aux Saracens. Si le Stade est champion, ce que je leur souhaite, il faudra aussi être champion d’Europe. Mais je suis persuadé que le club est embarqué sur le bon chemin et qu’un travail fabuleux est effectué. Comment imaginez-vous cette finale entre Toulouse et Clermont ? Toulouse a été impressionnant à Clermont (20-20) en Championnat avec un réservoir extraordinaire (sept titulaires étaient formés au club). C’est déjà une façon de marquer l’adversaire. J’ai vu au Stadium un match retour très ouvert (47-44 pour Toulouse). Je vois donc une finale ouverte, avec des systèmes de jeu qui se rapprochent un peu. Le paquet d’avants du Stade Toulousain me semble mieux armé que celui de Clermont. Peut-être qu’ils me feront mentir. J’ai aussi l’impression qu’à Clermont, certains joueurs peuvent sortir du système comme Raka en demi-finale qui sort de la ligne et l’ASM prend un essai en suivant. À Toulouse, même s’il y a beaucoup d’autonomie, ils ne sortent pas du système collectif. Donc je donnerais un petit ascendant au Stade Toulousain. N’y a-t-il pas un risque que cette finale soit fermée, en termes de jeu, comme c’est souvent le cas ? Non. À l’époque, je disais : “Ne pas jouer, c’est prendre des risques. “D’un côté comme de l’autre, j’ai le sentiment que les deux équipes ne savent pas faire autre chose que de jouer. S’ils ne jouent plus, ils ne savent plus quoi faire. On devrait se régaler ! Avec un score aussi élevé que lors du dernier match au Stadium ? Non, car les défenses seront plus attentives de chaque côté. Mais les deux équipes sont capables de créer des brèches et des situations spectaculaires. Marquer des essais, c’est la finalité, mais créer des mouvements pour y croire, même si ça ne va pas au bout, c’est donner une image du jeu extraordinaire. Côté clermontois, quel joueur vous plaît ? Damian Penaud. Offensivement, c’est un garçon exceptionnel. Il commence à gagner en maturité. Attention à lui ! Il a une forme de liberté, il vient bien travailler dans la ligne, il est impressionnant dans les airs, il va très vite. C’est un joueur capable de briser une défense. En revanche, défensivement, je reste un peu sur ma faim. Vous serez à Paris samedi ? Oui, et j’en suis ravi. Quels sont vos rapports avec le Stade Toulousain aujourd’hui ? Très bons ! J’ai de bons rapports avec Didier (Lacroix) et Ugo (Mola). Même si je regarde tous les matches, je suis un peu moins proche du club. Il vit son aventure. Je ne dis pas que toutes les histoires ont une fin, mais l’apprentissage passe par la liberté. Je considère que ça ne sert à rien de polluer par ma présence certains événements. Est-ce à dire que votre histoire avec le Stade Toulousain est terminée ?Dans la configuration dans laquelle j’ai travaillé pour ce club, oui, bien sûr. J’ai passé le témoin à Ugo qui a autour de lui un staff exceptionnel. Si un club vous appelle, vous replongez ? Je dis oui et non. J’étudierai le projet. J’observe aussi d’une manière très importante ce qui va se passer à différents niveaux du rugby français. Soutenir des personnes qui vont se présenter contre les gens en place à la Fédération actuellement, c’est une certitude. Je n’oublierai jamais ce que j’ai vécu. À ma façon, humblement, et peut-être qu’il y aura des surprises, je vais accompagner les personnes qui ont envie de faire du rugby un sport de valeurs. »
  45. 11 points
  46. 11 points
    La difference est surtout que Lee est clermontois, non ? Le jeu de Lee est de marquer l'adversaire à chaque placage. Sa carrière est jonchée de gestes limites ou interdits. On peut tous citer une multitude de gestes sales de sa part. Et il a a occasionné des traumatismes à ces adversaires. Rien que de mémoire, il n'y a pas si longtemps, il a par exemple coupé les ailes de Galan qui était enfin en train de s'imposer. C'est comme ça, c'est le principe de ce sport. Mais arrêtons d'en faire un martyr quand, pour une fois, c'est lui qui ramasse sur un placage. C'est ridicule. Car son bilan est laaaarrrgeeement en sa défaveur. Au moins, les supporters biarrots ne venaient pas pleurer quand Couzinet prenait enfin une mandalle.
  47. 10 points
    Pas tous, merci ☺ C'est justement à cause de ces loustics que je ne vais plus au Michelin. On a perdu parce qu'on a chié notre match et que vous, vous avez fait ce qu'il fallait faire. Point.
  48. 10 points
    Même avis que Mahatma et Haoshin31 concernant Bigflo & Oli : suis pas trop fan de leur genre musical mais, pour ce que j’ai vu d’eux à chaque interview, ça a vraiment l’air d’être des mecs biens ! Il est incontestable qu’ils aiment sincèrement Toulouse (et le ST) depuis toujours ... et les paroles de leurs chansons me ‘parlent’ souvent ! Après, comme d’autres, j’aurais aimé qu’ils s'éclipsent un peu après avoir touché le Bout De Bois pour que les joueurs se le réapproprient, mais ce n’était vraiment pas de l’opportunisme de leur part ! Par contre, je n’ai vraiment pas aimé leur sortie sur La Rochelle après la 1/2 finale ... mais bon, c’est probablement une maladresse de jeunesse !
  49. 10 points
    Cherche pas y a des spécialiste qui te disent qu'ils ne connaisse le rugby que depuis 3 jours... Le coté sacré du brenus c'était aussi michalak et Poitrenaud qui lui mettait des coups de pied/poings dans la boite select a coté de wilson à l'époque. Je pense que Lacroix et autre ont largement fait des conneries avec le Brennus. Concernant le débat bigflo et Oli ils ont plus de public en france que le ST désolé de vous le dire les gars. Ils ont une carrière énorme en ce moment. Le ST il y a que les gens de Toulouse et qui suivent le rugby qui les connaisse, si vous avez regardé stade 2 c'est 10min qui leur est accordé pour leur titre pas plus. De plus pour ceux qui critiquent sans connaitre ces deux rappeurs, faite preuve un peu de lucidité et allez écouter leurs texte sur l'avortement, la prostitution, la violence sociétale que vivent certains jeunes des quartiers défavorisé. Ils sont a des milliers de kilomètres des rappeurs débile qui disent fuck la police et fuck la france. Ils sont tout le contraire. Mais si vous vous arretez au fait qu'ils soient rappeur pour porter un jugement c'est compliqué...
  50. 10 points
    Xavier Garbajosa : «Toulouse a dégoûté Clermont» en finale du Top 14 Xavier Garbajosa souligne l'importance de la défense étouffante des Rouge et Noir, et notamment la prestation du troisième-ligne François Cros, après la vicoire de Toulouse contre Clermont (24-18) en finale du Top 14. La défense toulousaine, à l'image du deuxième-ligne Richie Arnold et du n°8 Jerome Kaino, a constamment mis sous pression les Clermontois, que ce soit sur le jeu au pied ou dans la bataille dans les rucks. (F. Faugère/L'Equipe) «Quelle est votre première impression à l'issue de cette finale ? La logique a été respectée. Toulouse a occupé le terrain de Clermont tout le match, c'était comme un siège. Les Clermontois ont toujours été sous pression. Après, sur l'ensemble de la saison, c'est également logique. Toulouse a été surprenant. On a senti une vraie dynamique qui a duré onze mois. Même si les Toulousains ont été un peu moins dominants sur cette finale, ils marquent deux essais. Il n'y a rien à dire. Chapeau. Toulouse est un beau champion. lire aussi Le film de Toulouse-Clermont Qu'est-ce qui a fait la différence dans cette finale ? On parle souvent des trois-quarts qui sont fabuleux, mais les avants toulousains ont été monstrueux en défense. Avec les Elstadt, Kaino, Cros, il y a une sacrée débauche d'énergie. Idem en deuxième-ligne, même si Arnold a fait quelques en-avant. Ils ont un p... de pack ! Ça fait vite tomber les mecs, ça conteste, ça récupère les ballons. Sur chaque impact, Clermont a été obligé de quasiment tout reconstruire. Les Auvergnats ont réussi deux ou trois bonnes actions, ils ont su prendre les points pour recoller au score. Mais ils n'ont jamais su repasser devant. Ils n'ont jamais fait douter les Toulousains. Quand tu cours après le Stade Toulousain, c'est compliqué. En plus, en voulant jouer au contact, Clermont a fait beaucoup de fautes de main. J'ai l'impression que Toulouse a dégoûté son adversaire. Sur un plan physique également ? Oui. Mais c'est comme ça depuis le début de saison. Ils n'ont jamais baissé de pied, aucun mec n'a flanché. Le travail physique effectué a été énorme. Il faut aussi le souligner. En regardant cette équipe, on se dit aussi que le travail paie. On a le sentiment que le jeu au pied des Clermontois n'a pas été efficace. Est-ce aussi votre sentiment ? Le problème, c'est que les Clermontois ont été acculés. À chaque fois qu'ils n'ont pas été précis, ils se sont mis le feu. Tu te cristallises, puis petit à petit tu te fissures et ça se termine par un mauvais jeu au pied de Lopez. Sur la relance, Toulouse marque par Huget et prend le large (55e). «C'est une génération qui peut s'installer, qui peut marquer l'histoire» Les Clermontois ont-ils été trop frileux ? Ils ont essayé de développer un peu de jeu avec les Moala, Raka ou Penaud. Mais Penaud, par exemple, n'a touché son premier bon ballon qu'à la trentième minute. Ça prouve que cette finale était tendue. Ils n'ont pas su développer leur jeu et ils ont fait des fautes peu habituelles. On a aussi l'impression que Toulouse a resserré le jeu en seconde période... Quand tu as été dominateur toute la saison, c'est normal de tenter des choses, comme ce coup de pied en début de match de Ramos sur l'aile opposée alors que la logique aurait été de prendre les trois points face aux poteaux (6e). Mais ils tentent tellement de choses, qu'ils mettent constamment leurs adversaires sous pression. C'est la clé. Ils les surprennent à chaque fois. Et au final, le moindre petit moment d'égarement, tu le paies cash. Mais les Toulousains ne sont pas fous non plus. Quand Clermont revient à six points en seconde période, ils savent que le Brennus peut leur échapper. Ils ont donc resserré les lignes, ils ont fait un peu moins de passes, ils ont pris moins de risques. Quels joueurs avez-vous envie de ressortir ? C'est compliqué sur une finale de sortir un joueur ou d'en accabler un. Je retiens que les buteurs ont réussi un quasi sans faute. C'est important dans une finale. Quand Jerome Kaino est sorti, j'ai bien aimé l'attitude de François Cros, qui a repris le leadership. C'est le symbole de la succession toulousaine, de la formation toulousaine, de l'ADN de ce club. Ressentez-vous un héritage dans ce vingtième bouclier de Brennus ? Oui, complètement ! Quand vous voyez le nombre de gamins qui sont sur le terrain et qui ont été formés à la mamelle toulousaine... Je note surtout qu'il s'agit d'un groupe jeune qui va continuer à évoluer. Ce Stade Toulousain peut-il régner sur le Top 14 ? Oui ! Ce groupe a enfin connu le goût de la victoire. À la reprise, ils vont comprendre pourquoi ils s'entraînent. Ce goût de Brennus ne va plus jamais les lâcher. Ce groupe a l'avenir devant lui. Un peu à l'image de l'équipe qui a enchaîné les succès au début des années 90. C'est une génération qui peut s'installer, qui peut marquer l'histoire.» I like this !
×
×
  • Create New...