Jump to content
guigui toul

Des Nouvelles Des Blessés

Recommended Posts

tire-bouchon

tout est dit dans le commentaire en fin d' article.

Share this post


Link to post
Share on other sites
occitania
Il y a 15 heures, gael a dit :

http://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Chester-williams-est-mort-a-l-age-de-49-ans/1056536

 

et de 5! ça sera qui le suivant parmi les champions du monde 95?

 

Article de 2011 à relire...

 

https://www.lemonde.fr/sport/article/2011/10/06/afrique-du-sud-l-ombre-du-dopage_1583584_3242.html

 

Rugby : on achève bien les Springboks

Ils ont porté le maillot sud-africain. André Venter dit "l'Indestructible" est en fauteuil roulant, Ruben Kruger est mort et Joost van der Westhuizen n'a plus que quelques années à vivre. Enquête

A la force de ses bras, André Venter parvient à tenir debout. Face à une grande baie vitrée dans sa salle de gym particulière, l'ex-troisième ligne sud-africain va rester plus d'une demi-heure les poings serrés sur cette plate-forme vibrante qui lui stimule les muscles. Au pied de la machine, son fauteuil roulant. Celui que l'hebdomadaire anglais Sunday Times classa, en 2003, 5e meilleur joueur de rugby de tous les temps en le qualifiant d'"indestructible" ne l'est plus.

C'était en 2006, quatre ans après avoir raccroché les crampons et bloqué définitivement son compteur chez les Springboks à 66 sélections. C'était un dimanche. "Je n'ai plus senti l'une de mes jambes", se souvient-il. Le lendemain, la seconde l'abandonne également. Une dizaine de scanners plus tard, le diagnostic tombe : une myélite transverse. Cette inflammation de la moelle épinière est une maladie rare qui touche en moyenne une personne sur un million.

A 40 ans, ce croyant a pourtant gardé la foi. Cinq jours sur sept, de 6 h eures à 8 heures, il fait des exercices, avant de rejoindre à quelques kilomètres de là son bureau dans son entreprise de communications installée à Bloemfontein. "Qui sait, un jour, un miracle, un traitement ou des nouvelles cellules souches, je dois être prêt quand je remarcherai", confie-t-il dans sa salle des trophées.

Sur les murs qui l'entourent, des maillots encadrés, des posters accrochés, des médailles et, même, des accréditations aux matches posées en rangs serrés sur des étagères. Il montre une pile de classeurs. André Venter a minutieusement découpé et collé tous les articles de journaux le concernant. "1999" : sur une page, la photo de l'équipe d'Afrique du Sud qui a disputé la Coupe du monde au Royaume-Uni et en France.

Sur le cliché, à côté de son 1 m 96 et ses 106 kg, deux autres Springboks ont aussi vécu un sort funeste. Ruben Kruger est décédé en janvier 2010 d'un cancer du cerveau. Détectée dix ans plus tôt, la maladie l'a frappé alors qu'il n'avait que 30 ans, peu de temps après l'arrêt de sa carrière. Surnommé "l'assassin silencieux", c'est lui qui avait inscrit l'essai de la victoire, si controversé, contre le Quinze de France en demi-finale de la Coupe du monde 1995. Agé de 40 ans, Joost van der Westhuizen, lui, a 80 % de risques de mourir d'ici deux à cinq ans, selon sa neurologue. En mai, une douleur au bras alerte celui qui vient de se faire déposséder par Bryan Habana, pendant le Mondial néo-zélandais, de son record du nombre d'essais marqués avec les Springboks. En juillet, les Sud-Africains apprennent que l'ancien demi de mêlée souffre d'une sclérose latérale amyotrophique, communément appelée maladie de Charcot, qui paralyse progressivement les muscles.

Trois joueurs d'une même équipe. Trois maladies relativement rares, surtout à un âge aussi jeune. Le hasard ? La répétition des chocs ? L'ombre du dopage ? "C'est en effet statistiquement surprenant, explique Ross Tucker, spécialiste de médecine sportive à l'université du Cap. J'ai regardé dans la littérature médicale, mais je n'ai rien trouvé de probant en lien avec l'absorption de substances interdites. Les causes de ces maladies sont multiples, on ne peut donc que spéculer."

Les observateurs pointent toutefois du doigt une explosion de la musculature et de la violence dans le jeu sud-africain, après l'entrée dans le professionnalisme à la fin des années 1990. "Je n'ai jamais pris de stéroïdes, c'était plutôt steaks et pommes de terre", assure André Venter en buvant son cappuccino. "Il était plutôt du genre bosseur, à réclamer des séances d'entraînement supplémentaires", rappelle un de ses anciens équipiers. Contactés par Le Monde, Joost van der Westhuizen et la veuve de Ruben Kruger n'ont pas souhaité répondre à nos questions.

Cette génération des Springboks appartient à une décennie charnière pour le rugby sud-africain, celle des années 1990. Le régime de l'apartheid est tombé. Les joueurs retrouvent enfin les compétitions internationales. Mais il va falloir perdre les mauvaises habitudes. "La plupart des joueurs tendaient la main quand le médecin de l'équipe faisait circuler la boîte à pilules (de stimulants) avant les matches", écrira François Pienaar, dans son autobiographie, Rainbow Warrior ("le guerrier de l'arc-en-ciel"). Il décrit une situation d'avant 1992, date à laquelle la fédération sud-africaine de rugby met en place les premiers contrôles antidopage.

L'efficacité de ces tests est mise en doute. En 1993, sous un soleil de plomb, un joueur des Blue Bulls de Pretoria meurt en plein match, victime d'une crise cardiaque. La suspicion plane aussi sur la victoire des Boks, lors du Mondial de 1995. Le capitaine François Pienaar recevra des mains de Nelson Mandela un trophée qui a autant de valeur sportive que politique, à l'heure de la réconciliation d'une nation que l'on veut à tout prix "arc-en-ciel".

Mais les tricheurs ne sont plus à l'abri. Johan Ackermann est l'un d'entre d'eux. Opéré du genou en août 1996, il n'a toujours pas récupéré au bout des quatre mois normalement prévus à cet effet. Un médecin lui propose alors une injection de stéroïdes. "J'ai accepté, il m'a dit que la substance disparaîtrait de mon organisme d'ici janvier." Ce mois-là, le deuxième ligne est appelé par les Springboks pour un camp d'entraînement. Un contrôle antidopage, c'est positif, deux ans de suspension. "Le médecin en chef m'a appris que ce produit pouvait rester jusqu'à un an dans mon corps !"

Devenu entraîneur des avants du club des Lions de Johannesburg, il plaide pour l'accès encadré à trois types de stéroïdes afin de soigner des blessures et de mettre fin aux risques liés à la clandestinité : "A l'époque, je ne voulais pas améliorer mes performances, je voulais retrouver mon niveau", se justifie-t-il. Contrôlé positif à la même époque alors qu'il revenait également de blessure, Bennie Nortje n'est pas du même avis : "Je continue à me demander encore aujourd'hui si ces stéroïdes ne vont pas avoir à un moment ou à un autre un effet sur ma santé."

En 1998, le gouvernement a mis en place l'Institut pour un sport sans dopage. Depuis, les cas positifs se font plus rares. D'avril 2010 à mars 2011, seulement six rugbymen professionnels ont été déclarés positifs. "Au niveau professionnel, c'est très très propre", assure Clint Redhead, responsable médical de la fédération sud-africaine de rugby. Au sein de la grande famille du rugby, on confirme ces propos ou on esquive la question. Ceux qui sont tombés au champ du déshonneur préfèrent, quant à eux, garder le silence pour poursuivre leur carrière.

Les esprits critiques rappellent cependant que, dans ce système, mieux on joue, plus on gagne. L'entrée du rugby dans le XXIe siècle a également augmenté le temps de jeu par match et durci les contacts, multipliant ainsi les blessures. Les dirigeants évoquent le nombre important de tests réalisés chaque année. Le chercheur Ross Tucker fait le raisonnement inverse : "A chaque rencontre, un rugbyman professionnel a à peine 4 % de chances d'être contrôlé, croyez-vous qu'aucun d'entre eux n'a fait ce calcul ?"

"En déboursant près de 30 000 euros par an, un joueur peut avoir accès aux produits dopants les plus innovants, qui sont indétectables", poursuit Tim Noakes, directeur d'un centre de recherche sur la médecine du sport à l'université du Cap. En 2008, près de 70 % des joueurs évoluant en Afrique du Sud ne gagnaient toutefois pas plus que cette somme.

Il y a un an, l'Etat sud-africain a augmenté de près de 30 % le budget de l'Institut antidopage (1,2 million d'euros). Un test coûtant près de 300 euros, son patron, Khalid Galant, reconnaît la difficulté de la tâche : "Il est assez difficile, mais possible de tromper le système de contrôle. En 2010, on a donc mis en place chez les professionnels un passeport biologique qui permet, grâce à des prélèvements réguliers d'urine et de sang, de détecter des anomalies soudaines dans les organismes."

Entre 5 % et 10 %. C'est l'estimation du pourcentage de joueurs dopés dans le rugby professionnel sud-africain, selon des observateurs qui osent se jeter à l'eau. La proportion serait plus faible au niveau des Springboks, mais augmenterait au fur et à mesure que l'on descend dans les divisions, là où les contrôles sont moindres. La culture du dopage a ainsi fortement progressé dans les écoles sud-africaines. En début d'année, 16 % d'un échantillon d'élèves provenant des meilleurs lycées du pays ont été contrôlés positifs aux stéroïdes. Un chiffre sous-estimé, selon plusieurs spécialistes. En août, la dernière édition de Craven Week, le plus grand tournoi de rugby entre lycées du pays, a frappé les esprits. Quatre élèves ont été déclarés positifs aux stéroïdes. Une première.

Dans sa clinique de médecine du sport à Johannesburg, le docteur Jon Patricios est le témoin privilégié de cette évolution. Dans son cabinet, il reçoit des jeunes rugbymen avec des poussées d'acné ou des mamelons qui enflent, autant d'effets secondaires de la prise de stéroïdes. A ceux qui viennent lui demander conseil, il les décourage. Il y a aussi des parents inquiets qui ont trouvé des produits dans la chambre de leur fiston ou se demandent comment leur progéniture a pris 10 kg en six semaines.

"Les bras, les jambes, la poitrine des jeunes joueurs sont 10 % à 15 % plus gros qu'il y a cinq ans", constate le responsable de l'association de médecine du sport sud-africaine. Dans son milieu, on n'hésite plus à comparer les actuels gabarits de jeunes de 17 ou 18 ans avec ceux des Springboks de... 1995 ! "Quand je regarde un match de la Coupe du monde avec mon fils de 15 ans qui joue au rugby, il me dit toujours : "Regarde, papa, il faut que j'aie des biceps comme lui pour devenir pro"", raconte Johan Ackermann, qui a joué pour les Springboks jusqu'à l'âge de 37 ans, un record. L'ancien banni prodigue à sa descendance une recette à l'ancienne : "Manger trois steaks et quatre oeufs par jour."

Mais même à l'ère des programmes nutritionnels et des entraînements physiques personnalisés, la tentation de prendre un raccourci pour être plus costaud demeure forte. Parfois avec la complicité passive d'entraîneurs qui ont les yeux rivés sur les résultats. Surtout lorsque les clubs choisissent de détecter des joueurs de plus en plus jeunes. Les chances de devenir professionnel sont désormais infimes si les adolescents n'ont pas été repérés avant l'âge de 18 ans au tournoi de Craven Week.

"Un club n'a pas le droit de faire signer des joueurs qui n'ont pas encore atteint l'âge de la majorité, précise Piet Heymans, président du syndicat des joueurs de rugby sud-africains. Mais certains d'entre eux le font quand même en déguisant des précontrats en bourses d'études d'un montant de 800 à 1 000 euros par mois." Comment résister à la pression dans un pays où le rugby est une religion chez une grande partie de la minorité blanche ? "Certains parents poussent leurs enfants à être les meilleurs, même à n'importe quel prix, en leur donnant une centaine d'euros par mois pour qu'ils achètent des stéroïdes", se désole Shuaib Manjra de l'Institut antidopage.

A Bloemfontein, c'est une autre menace qui inquiète Dries van der Wal, responsable du rugby à Grey College, la célèbre école qui a accueilli sur ses bancs 37 Springboks : "Un de nos anciens élèves s'est fait contrôler positif il y a quelques mois, car il avait pris des compléments alimentaires dans lesquels il y avait des substances interdites." L'établissement dans lequel le ballon ovale va de main en main à l'heure de la récréation a pourtant un accord avec une entreprise chargée de lui fournir des compléments nutritionnels garantis sans traces de stéroïdes, hormones et autres stimulants. " Mais il s'est rendu dans un magasin à côté, le vendeur lui avait assuré qu'il n'y aurait aucun problème."

Ce dopage qualifié d'"accidentel" a aussi touché deux Springboks, positifs à un stimulant en novembre 2010, après un match en Irlande. La substance a été retrouvée dans un complément alimentaire fourni par l'équipe et en janvier, un comité judiciaire sud-africain a blanchi Bjorn Basson et Chiliboy Ralepelle. Ce dernier sera sans doute sur le banc, dimanche 9 octobre, pour le quart de finale de son équipe contre l'Australie. Dans son fauteuil roulant, André Venter sera, lui, devant la télé avec son fils âgé de 10 ans qui joue déjà au rugby. "Ça va être dur, mais on peut passer", juge celui qui craint tout de même de céder le trophée Webb Ellis aux ennemis néo-zélandais.

Sébastien Hervieu

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
tekilapaf

Ca devient si difficile, voire indécent de continuer à aimer notre sport favori.

 

Gueule de bois 😥

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Maleli

Gilian Galan souffre d'une aponévrosite plantaire depuis le dernire match amical contre Bézierts

 

Retour espéré contre Pau

 

Source : Mola en conférence de presse

  • Thanks 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

il a marché sur une coquille d' huître ??

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
stadeli

Non, il a shooté dans son slip après 3 mois de bons et loyaux services.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
gronounours
il y a une heure, stadeli a dit :

Non, il a shooté dans son slip après 3 mois de bons et loyaux services.

 

Et le slip est cassé aussi ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
kon-phi

Il faut se séparer de lui malheureusement. 

C’est devenu un remplaçant. Et il n’est disponible que pour le 1/3 de la saison.

il vaut mieux miser sur un jeune.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
estabousi
Il y a 6 heures, kon-phi a dit :

Il faut se séparer de lui malheureusement. 

C’est devenu un remplaçant. Et il n’est disponible que pour le 1/3 de la saison.

il vaut mieux miser sur un jeune.

Surtout qu'il ne doit pas avoir un petit salaire à mon avis...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tlsefred31
il y a 29 minutes, estabousi a dit :

Surtout qu'il ne doit pas avoir un petit salaire à mon avis...

 

Ben vu son budget bouffe, tu m'étonnes que le salaire doit suivre

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Popov

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif champion de France 2019.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
estabousi
Il y a 7 heures, Popov a dit :

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif champion de France 2019.

A son sujet, on a lu :

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2008.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2009.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2010.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2011.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2012.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2013.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2014.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2015.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2016.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2017

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2018.

J'espère qu'il va vite se remettre de ce pépin physique pour pouvoir rejouer en 8 et montrer à tous que c'est un super joueur qui mérite sa place dans l'effectif 2019.

 

Alors, sincèrement, moi aussi je souhaite qu'il fasse fermer nos bouches mais franchement, je n'y crois plus.

Il n'est pas sérieux. Dommage.

  • Haha 4
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

Galan est dans l équipe 1 depuis 2011..il n à jamais fait une saison pleine... C est malheureux à dire mais je pense qu il devrait partir pour voir si l herbe est plus verte ailleurs... A Castres par exemple..... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tlsefred31
il y a 6 minutes, Julien81 a dit :

Galan est dans l équipe 1 depuis 2011..il n à jamais fait une saison pleine... C est malheureux à dire mais je pense qu il devrait partir pour voir si l herbe est plus verte ailleurs... A Castres par exemple..... 

 

Absolument, et Yann David approuve ça

Share this post


Link to post
Share on other sites
LE CIEL ET BLANC
il y a 8 minutes, Julien81 a dit :

Galan est dans l équipe 1 depuis 2011..il n à jamais fait une saison pleine... C est malheureux à dire mais je pense qu il devrait partir pour voir si l herbe est plus verte ailleurs... A Castres par exemple..... 

Il devrait plutôt aller au Racing ou Oyonnax, la peinture est encore fraîche là-bas !

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
kon-phi
il y a une heure, Tlsefred31 a dit :

 

Absolument, et Yann David approuve ça

J’y pensais.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
GuyNess

Tous les clubs ont un joueur qui passe plus de temps à l'infirmerie que sur le terrain (Fall, Dumoulin, FTD, Meric, David, Paillaugue....)

c'est pas toujours du a l'hygiène de vie, ce serait trop simple

  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tlsefred31

Triste d'apprendre cette nouvelle

 

Gareth Thomas a annoncé samedi qu'il était atteint du virus VIH, dans un entretien accordé au Sunday Mirror. L'ancien capitaine du XV du pays de Galles (100 sélections internationales et quatre participations à la Coupe du monde), âgé aujourd'hui de 45 ans, est le premier sportif britannique à révéler qu'il est porteur du virus.

 

Thomas a confié que sa séropositivité avait été détectée il y a plusieurs années et qu'il avait gardé le secret à ce sujet. Mais il a choisi de briser le silence pour mettre fin à la stigmatisation liée au virus VIH. « J'ai eu honte de garder un si grand secret, a-t-il notamment déclaré. Cela a eu des conséquences néfastes. [...] J'avais peur que les gens me jugent et me traitent comme un lépreux, par manque de connaissances. J'étais dans un endroit sombre, me sentais suicidaire. J'ai pensé à aller en voiture jusqu'au sommet d'une falaise. »

« Nous devons vaincre la stigmatisation une fois pour toutes.Je parle parce que je veux aider les autres et faire une différence »

« Vouloir mourir était une pensée naturelle et semblait être la solution la plus facile, poursuit Gareth Thomas dans l'entretien. Mais vous devez faire face. Et avoir un soutien solide, une force personnelle et l'expérience de pouvoir surmonter ces émotions m'a permis de m'en sortir. [...] Beaucoup de gens vivent dans la peur et la honte d'être infectés par le VIH. Mais je refuse d'en faire partie maintenant. Nous devons vaincre la stigmatisation une fois pour toutes. [...] Je parle parce que je veux aider les autres et faire une différence. »

Gareth Thomas avait fait son coming out en décembre 2009, quelques mois avant la fin de sa carrière. Dans l'entretien au Sunday Mirror, il a précisé que son mari, rencontré après qu'il ait appris sa séropositivité, n'était, lui, pas porteur du virus. Thomas s'exprimera également dans un documentaire que la BBC diffusera mercredi prochain.

 

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Gareth-thomas-l-ancien-capitaine-du-xv-gallois-annonce-etre-seropositif/1059107

  • Sad 7

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

Allez Gareth, un petit cadrage-débordement sur ce naze de virus et à toi les beaux jours.

On est au soutien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
rebop75

Denton prend sa retraite à 29 ans suite à commotions...

son dernier match était d'octobre 18 avec leicester

il avait 42 sélections en équipe d'écosse...

  • Sad 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pardine
il y a une heure, rebop75 a dit :

Denton prend sa retraite à 29 ans ...

 

 

 

C'est bien Luc son prénom ?? 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
LE CIEL ET BLANC
il y a 30 minutes, Pardine a dit :

 

 

C'est bien Luc son prénom ?? 

:a0: Je ne sais pas mais c'est sûr que sa sœur s'appelle Cunégonde !

Edited by LE CIEL ET BLANC
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tropico
Il y a 1 heure, Pardine a dit :

 

 

C'est bien Luc son prénom ?? 

Quentin d'ou ses initiales : Denton Q

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
stadeli

Cros opéré d'une varice au mollet, sera indisponible 15 jours (midol).

  • Thanks 3
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
il y a 30 minutes, stadeli a dit :

Cros opéré d'une varice au mollet, sera indisponible 15 jours (midol).

A son âge ? Et avec son métier ? C'est plutôt un pb de vieux ou de personnes qui sont debout sans trop bouger toute la journée.

Ou les bienfaits de la prépa Giroud ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...