Aller au contenu
Mahatma

Laporte Président de la FFR

Messages recommandés

tire-bouchon

Laporte ne joue pas.

Il fait plein de conneries et d' arnaques mais sérieusement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
GuyNess

Chaque jour il a une nouvelle casserole, j'ai pas encore lu un seul article positif le concernant

bon j'écoute pas RMC non plus🤩

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gronounours
Il y a 6 heures, GuyNess a dit :

Chaque jour il a une nouvelle casserole, j'ai pas encore lu un seul article positif le concernant

bon j'écoute pas RMC non plus🤩

 

Faut que tu t’abonnes à ´Mordu Sports’ ...

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Raphaelle
GuyNess

Il est plus à une contradiction près 

Laporte demande aux médias de ne plus mettre en avant les actions des joueurs démolisseurs !!

c'est bien lui qui comprenait pas que Guytou prenne pas Bastaraud ou qui a oublié comment jouait Toulon quand il etait l'entraîneur 

  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gabi

Au Moscato Show, il a que des potes (Moscato, Charvet) donc il a bien raison de se marrer : il sait qu'aucun ne va le secouer. Bien au contraire, c'est tapis rouge.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BOURRIN

Moi le Moscato il me fait rire mais je peux pas le voir .

Comme quoi le proverbe " femme qui rie à moitié dans ton lit " est faux .

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
manpat31

Folle ambiance à Marcoussis ou B.L. remonte le moral de son staff avant le déplacement sur Twickenham.

Bernie, ce grand comique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zuzu31
il y a une heure, manpat31 a dit :

Folle ambiance à Marcoussis ou B.L. remonte le moral de son staff avant le déplacement sur Twickenham.

Bernie, ce grand comique.

 

Il a même pas besoin de faire ça.

En faisant une compil' de toutes ses interviews, y'a vraiment moyen de se poiler !

Un vrai one-man show !

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gronounours
il y a 10 minutes, Zuzu31 a dit :

 

Il a même pas besoin de faire ça.

En faisant une compil' de toutes ses interviews, y'a vraiment moyen de se poiler !

Un vrai one-man show chauve !

 

:P

  • Like 1
  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
manpat31
Il y a 7 heures, Zuzu31 a dit :

 

Il a même pas besoin de faire ça.

En faisant une compil' de toutes ses interviews, y'a vraiment moyen de se poiler !

Un vrai one-man show !

Quel moqueur tu fais !

  • Haha 1
  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gegelerugbyman

ITW de Novès pour Le monde, il a l'air d'être sacrément impatient. Je sens que les ITW post-verdict vont être croustillantes.

 

https://www.lemonde.fr/sport/article/2019/02/08/guy-noves-pret-pour-le-combat-de-sa-vie-contre-la-federation-francaise-de-rugby_5420849_3242.html

 

si quelqu'un est abonné pour Copier/Coller l'article ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PiR

Guy Novès, prêt pour « le combat de [sa] vie » contre la Fédération française de rugby


L’ex-sélectionneur de l’équipe de France de rugby demande réparation aux prud’hommes après son licenciement fin 2017.

Par Adrien Pécout Publié hier à 09h09, mis à jour hier à 15h39

 

Revient toujours cette question, cette pause dans le discours, comme pour s’assurer que ses interlocuteurs saisissent bien : « Tu comprends ? » Et de reprendre : « Ce n’est pas une anecdote que je vis là, l’une de mes filles a même le sentiment que c’est le combat de ma vie. » Déjà plus d’un an que Guy Novès attend cette audience du jeudi 14 février, aux prud’hommes de Toulouse, face à la Fédération française de rugby (FFR). Déjà quatorze mois que l’ancien sélectionneur du XV de France rassemble les pièces pour prouver le caractère abusif de son licenciement et demander réparation. Quatorze mois qu’il accumule les éléments contre Bernard Laporte et Serge Simon, président et vice-président de la FFR. « Ils m’ont pris pour un idiot, estime-t-il, sans nommer qui que ce soit. Je ne peux pas m’enfoncer, ce n’est pas dans ma nature. lls m’ont fait mal, et il va falloir qu’ils s’expliquent. »

 

Il y a un an, Guy Novès avait reçu Le Monde dès le début du contentieux. A l’époque, rendez-vous chez son avocat, Me Laurent Nougarolis. Aujourd’hui, l’homme blessé s’impatiente dans sa maison de Pibrac (Haute-Garonne), cette maison qu’il a construite de ses mains. « Toute ma vie, j’ai attendu des résultats de matchs. Chaque semaine. Là, c’est démultiplié : ça fait un petit peu plus d’un an qu’on prépare ce match-là. » Regards marqués : « J’ai envie de crier très fort à l’injustice tout en voulant préserver le déroulement normal d’une procédure qui, en France, peut être très longue. »

 

Quelle « faute grave » ?

 

Novès, 65 ans, a une vie de travail derrière lui. Professeur d’éducation physique et sportive au collège, d’abord. Entraîneur du Stade toulousain puis du XV de France, ensuite. « Je n’ai jamais regardé dans les rétros ; aujourd’hui, je le fais parce que je me demande pourquoi, depuis quatorze mois, je me retrouve à la maison. J’ai eu des résultats que personne de ma génération n’aura jamais, et, du jour au lendemain, on me met une bâche sur la tête, je ne fais plus partie du truc… » Parole d’entraîneur le plus titré du pays, à l’époque de Toulouse : dix championnats de France et quatre Coupes d’Europe.

 

Une vie de travail, donc, jusqu’à ce licenciement du 27 décembre 2017, à deux ans du terme de son contrat. Une première dans l’histoire du rugby français. Ce jour-là, la « fédé » invoquait une « faute grave ». Laquelle ? Bernard Laporte a eu grand peine à l’expliquer, en mars 2018, sur RMC : « C’était la seule formule, le seul principe qui faisait qu’on pouvait aller vite », a-t-il justifié, s’appuyant tantôt sur l’argument des contre-performances du XV de France, tantôt sur celui de l’ambiance présumée dans l’équipe..

 

Novès a maintenant une cible, et une seule : une victoire aux prud’hommes pour rétablir son honneur de père de famille – trois enfants, quatre petits-enfants. « J’ai fait l’ouverture de la chasse, j’ai le permis, mais je n’arrive pas à me concentrer. Je ne peux pas faire cinquante choses à la fois. J’ai quand même ça en permanence dans la tête. » La chose l’affecte au point de devoir mettre toute autre perspective en suspens. « Pas par fainéantise. Mais parce que des gens m’ont attaché les mains dans le dos. J’ai une priorité de mes priorités : que la vérité éclate. »

 

Problème : celle-ci tarde et prolonge d’autant l’expectative. « Je le vis très mal. Je crois que c’est ce que les gens vivent quand ils prennent leur retraite. C’est une petite mort. Cette petite mort, on me l’a imposée du jour au lendemain. Moi, je l’avais plutôt imaginée pour plus tard… » Soit à l’issue de la Coupe du monde 2019, que l’équipe de France disputera dans moins de huit mois au Japon.

 

Une vie pour le rugby


Entre-temps, le Toulousain a déjà décliné plusieurs approches de clubs : celle du Stade français, à Paris, peu après son licenciement. Puis celle de Brive. A Albi, il a aussi rencontré les dirigeants de la Fédération française d’athlétisme, en marge des championnats de France estivaux. « C’était une prise de contact, je n’ai pas donné suite. » L’ancien recordman national du 1 200 mètres (en cadet) aurait eu quelques arguments pour un poste de conseiller auprès de jeunes athlètes. En l’état, cependant, impossible d’avoir « la liberté intellectuelle de s’investir ».

Depuis peu, l’ex-sélectionneur a tout de même repris le chemin du Stade de France. Il a suivi de près, à Saint-Denis, et en toute discrétion, les trois récents matchs qu’y a joués l’équipe nationale de rugby. Belle opération pour la société d’événementiel qui l’a invité dans l’enceinte pour des interventions auprès de spectateurs privilégiés, dans un salon avec vue sur le terrain. « Un de mes gendres m’a dit : “Guy, il faut ressortir.” Cela a été très, très dur. Dur d’aller à l’aéroport, d’y croiser les regards. Je ne veux pas que les gens se disent, en me voyant : “Mais qu’est-ce qu’il a fait comme faute grave ?”… Je ne veux pas de ce point d’interrogation, ni de ces points de suspension… »

 

Difficile de livrer son point de vue sur les trois matchs en question. Des défaites contre l’Afrique du Sud et les Fidji (échec inédit), en novembre 2018 ; puis contre les Gallois en ouverture du Tournoi des six nations, début février. « Quand je retourne au Stade de France pour la première fois, je suis froid comme un mort, j’appréhende de croiser des personnes que je connais. A mon arrivée dans le salon où je dois intervenir, les gens se lèvent et m’applaudissent. Cet accueil m’a fait plaisir. »

 

Un soir de décembre 2018, le « stadiste » a également fait une apparition en tribune pour un match de Toulouse à domicile. Cette fois-ci, sous les acclamations du public, dès lors que les caméras ont projeté son visage sur l’écran géant du Stadium. « Ma femme ne comprend pas comment je continue à m’intéresser au rugby. Le mec qui aime le théâtre va au théâtre. Moi, c’est le rugby. »

 

L’époux suit encore les matchs télévisés de championnat « chaque week-end ». Il sait très bien aussi une chose. Son bilan comptable avec le XV de France, certes, apparaît négatif : vingt et un matchs, dont treize défaites et un match nul, entre 2016 et 2017. Mais moins que celui de son successeur : déjà neuf défaites en douze matchs pour Jacques Brunel, ancien adjoint de Bernard Laporte lorsque ce dernier entraînait les Bleus. Série en cours avant un prochain déplacement risqué en Angleterre, pour la deuxième journée de ce Tournoi des six nations, dimanche 10 février.

 

Un dossier lourd


Le licenciement abrupt de Guy Novès risque de coûter cher à la Fédération française de rugby : jusqu’à près de 2,7 millions d’euros d’indemnités, d’après nos estimations, en cas de défaite aux prud’hommes. Les réclamations incluent l’intégralité des mois de salaire restants. Elles recouvrent aussi la notion d’atteinte à la notoriété, de préjudice moral, ou encore le décompte d’heures supplémentaires impayées.

 

Ce montant total dépasserait donc les provisions que la « fédé » dit avoir faites pour régler, le cas échéant, le dossier de Guy Novès. Sur Europe 1, le 3 février, Bernard Laporte précisait qu’une somme de 2,5 millions d’euros avait été « provisionnée pour le staff » licencié. Une tentative de conciliation a déjà eu lieu le 22 mai 2018 à Toulouse pour tenter de régler à l’amiable le contentieux. Sans succès.

  • Thanks 8
  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tire-bouchon
il y a 12 minutes, PiR a dit :

Je le vis très mal. Je crois que c’est ce que les gens vivent quand ils prennent leur retraite. C’est une petite mort. Cette petite mort, on me l’a imposée du jour au lendemain. Moi, je l’avais plutôt imaginée pour plus tard…

Du coup j' ai repris de l' Armagnac.

Aprés le dicton à la con: "Dans la vie on a que ce qu'on mérite" tiens tiens...

Les conclusions à la con.

Parle pour toi Guytou, si t' avais vraiment bossé et si tu avais eu une vie sociale, la retraite ne serait pas la fin, mais le début ou sinon la continuité de plein de belles choses.

Et puis si tu t'emmerdes, je te conseille de jouer les éducateurs (quoique je doute) à l' Ecole de Rugby d' à côté, au lieu d' astiquer ton fusil.

  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tropézien

Novès, je l'aime bien mais faut qu'il arrête un peu de chialer. Il a passé sa vie à chialer. Il devrait mettre un gilet jaune et aller sur un rond-point. 

  • Haha 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vil & Preux

Adishatz les amis,

 

On parle de plus de 2.5 M€, pas d'un sac de 20 kg de croquettes ! Le combat de sa vie, pardi ! Il va pas s’asseoir dessus le bougre.

 

En attendant, je retourne bosser. La gamelle du chat ne va pas se remplir par l’opération du saint esprit

 

Pierre V

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gronounours

J'ai beau ne pas avoir gardé un souvenir impérissable de ses dernières années au ST ou de son passage à la tête de l'EdF, Novès a bien raison : qu'il foute la Fédé et ses raclures, Laporte et Simon, sur la paille !!!

  • Like 1
  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tire-bouchon

Ce sont les Présidents des petits clubs qui vont raquer. Bande de collabos. B)

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gronounours
il y a 2 minutes, tire-bouchon a dit :

Ce sont les Présidents des petits clubs qui vont raquer. Bande de collabos. B)

 

 

Ceux qui ont voté Laporte et Simon pour avoir l'abonnement C+, le grand écran et le ballon ? Bien fait pour leurs gueules ...

  • Like 1
  • Upvote 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BOURRIN

Surtout que l'abonnement canal plus si ton petit club etait deja abonné ben t'es baisé sa marche pas ( c'est le cas de mon petit club )

 

Sinon pour Noves avec 2,5 millions , il va virer Lacroix et racheter le ST .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tire-bouchon

Ton petit club, c' est quand même pas l' ASM ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tropézien
Il y a 9 heures, gronounours a dit :

J'ai beau ne pas avoir gardé un souvenir impérissable de ses dernières années au ST ou de son passage à la tête de l'EdF, Novès a bien raison : qu'il foute la Fédé et ses raclures, Laporte et Simon, sur la paille !!!

 

Tu n'es pas sérieux ? La fédé ne sera jamais sur la paille, au besoin l'état français viendra à la rescousse. Moi, son attitude de pleureuse m'énerve. J'ai l'impression que c'est un sans-couilles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gronounours

Pourquoi la FFR ne pourrait-elle pas être déclarée en faillite ?

Pour l’attitude de Novès, je la trouve en effet peu glorieuse mais, tout à fait justifiée face au traitement que lui ont infligé les 2 pourritures !

Les 2 se sont crus tout permis malgré les lois qui existent : qu’ils le payent, maintenant ... et le prix fort !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×