Jump to content
Ludo

Effectif du Stade Toulousain 2019/2020

Recommended Posts

ToulouDingue974

Pour moi c'est le duo Bézy/Dupont qui est le meilleur 9 que la france ait eu, ils sont tellement complémentaires, on peut les fusionner?

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papalou
il y a 14 minutes, ToulouDingue974 a dit :

Pour moi c'est le duo Bézy/Dupont qui est le meilleur 9 que la france ait eu, ils sont tellement complémentaires, on peut les fusionner?

 

Au chevalard, on peut.

Share this post


Link to post
Share on other sites
tropézien
Il y a 2 heures, kon-phi a dit :

???

ce ne sera jamais un grand 9

???

 

Pour moi c’est le plus grand 9 que la France ait eu.

Laissons le prendre de l’expérience et gommer ses défauts.

 

 

Et Gallion ?

Edited by tropézien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabi
Il y a 4 heures, kon-phi a dit :

Pour moi c’est le plus grand 9 que la France ait eu

Derrière Struxiano quand même. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
loupblanc
il y a 28 minutes, Gabi a dit :

Derrière Struxiano quand même. 

 

Mais il ne jouait pas au même sport.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
RMP
Il y a 5 heures, kon-phi a dit :

???

ce ne sera jamais un grand 9

???

 

Pour moi c’est le plus grand 9 que la France ait eu.

Laissons le prendre de l’expérience et gommer ses défauts.

 

 

Pour moi il n’a pas les qualités de gestion et de meneur d’homme que demandent ce poste. Alors il va certainement progresser mais cela ne semble pas être dans sa nature. 

Par contre c’est un super puncher avec de grosses qualités rugbystique c’est indéniable. 

Si on pouvait mettre un rappel sur ce forum pour dans 10 ans on pourrait en reparler, je serais prêt à faire mon mea culpa si je me trompe. 

  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
tropézien

Ce sera un forum russe ici dans 10 ans.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
Il y a 9 heures, RMP a dit :

 

Pour moi il n’a pas les qualités de gestion et de meneur d’homme que demandent ce poste. Alors il va certainement progresser mais cela ne semble pas être dans sa nature. 

Par contre c’est un super puncher avec de grosses qualités rugbystique c’est indéniable. 

Si on pouvait mettre un rappel sur ce forum pour dans 10 ans on pourrait en reparler, je serais prêt à faire mon mea culpa si je me trompe. 

Dupont est jeune, certains sont en effet déjà des patrons chez les jeunes, comme Cros, Verhaeghe qui étaient capitaines dans les équipes de jeunes, ou Marchand qui a bien assumé, mais Dupont non. Mais il peut le devenir avec l'âge et l'expérience.

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon
Il y a 9 heures, tropézien a dit :

Ce sera un forum russe ici dans 10 ans.

Ha bon ?

 

Cyril n' a pas déja vendu aux oligarques.

Share this post


Link to post
Share on other sites
gronounours
Il y a 12 heures, tropézien a dit :

Ce sera un forum russe ici dans 10 ans.

 

Avec des hôtesses à la place des modos ? :wub:

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

et Seynois comme Admin.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pacino31
Il y a 18 heures, tropézien a dit :

 

Et Gallion ?

Et Doussain c’est de la merde peut être ? :yes:

Share this post


Link to post
Share on other sites
tropézien
il y a une heure, Pacino31 a dit :

Et Doussain c’est de la merde peut être ? :yes:

 

Parler de Gallion et de Doussain pour le même poste ? Je demande un ban de 120 ans !

  • Haha 3
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
CocoDie

Stade Toulousain : qui est AB Zondagh, nouveau membre du staff rouge et noir ?

 

AB Zondagh, entraîneur sud-africain de 33 ans, a rejoint le staff toulousain cet été. Ugo Mola nous fait les présentations à dix jours maintenant de la reprise du Top 14. 

 

 

Le staff du Stade Toulousain a vu arriver deux étrangers à l'intersaison : l'Irlandais Allan Ryan (ex-Bath) comme préparateur physique et Alan-Basson (AB) Zondagh qui aura des prérogatives plus larges à l'échelle du club. Présentation de ce dernier, qui entraînait les Natal Sharks, par Ugo Mola. 

 

Un accident de surf l'a privé de rugby très tôt

Son parcours atypique. "AB Zondagh, c'est un vrai parcours de coach. Souvent, ce sont des métiers de circonstance pour beaucoup, qui après l'arrêt de leur carrière se demandent comment ils vont pouvoir gagner un peu d'argent. Ce n'est pas le cas de AB. Il s'est préparé, formé, très jeune. Il a développé une forme d'entraînement assez particulière sur le développement des habilités techniques. C'est quelqu'un qui m'avait interpellé il y a quelques temps, je connaissais bien son papa. On va l'intégrer dans l'ensemble du club, pas seulement l'équipe première, pour qu'il puisse prendre la mesure et surtout nous développer cette prise de décision à pleine vitesse." 

L'accident"Il a eu un accident de surf très jeune, l'empêchant de pouvoir continuer à jouer au rugby. Je trouve géniale la possibilité de pouvoir entraîner sans avoir été joueur de très haut niveau. Ce serait trop simple. Ce qui est important, ce sont les parcours de vie. La manière dont on se forme, dont on est en quête permanente de ce qui peut se faire de novateur. AB a cette démarche là. Le Stade Toulousain a toujours eu cette volonté d'échanger sur les sujets malgré parfois la consanguinité qu'on nous reproche." 

Son papa, le Pierre Villepreux d'Afrique du Sud

Ugo Mola et la famille Zondagh"J'ai rencontré son papa (Alan Zondagh, directeur du rugby chez les Bulls en Afrique du Sud) quand j'ai commencé à entraîner. Toute proportion gardée, c'est un peu le Pierre Villepreux de l'Afrique du Sud, avec des notions de rugby de mouvement. Avec une philosophie vraiment ancrée autour de ce rugby de prise de décision. Ensuite, Clément Poitrenaud et Frédéric Michalak ont eu l'occasion d'être entraînés par AB aux Sharks. Les échos étant positifs, il a passé un mois avec nous l'an dernier. Nous on devait renouveler notre staff, les planètes étaient alignées. 

 

Poitrenaud et Thuéry ont pris du galon 

De manière plus globale, "l'idée c'était de "dépersonnifier" le mode de fonctionnement", précise Ugo Mola. "Le boulot qu'ont effectué Clément Poitrenaud et Laurent Thuéry, un peu plus dans l'ombre, a été remarquable. Ils montent donc en grade. Avec toujours des prérogatives sur l'équipe Espoirs. Virgile Lacombe va gérer la partie conquête et notamment la mêlée, avec aussi une gestion des Espoirs."

  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

Et qui pour le jeu au pied ? Beaucoup d'équipe ont un spécialiste pour ça, à la fois les buts mais le reste, dégagements, remises en jeu, passes au pied.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hugogo
Il y a 15 heures, Raphaelle a dit :

Et qui pour le jeu au pied ? Beaucoup d'équipe ont un spécialiste pour ça, à la fois les buts mais le reste, dégagements, remises en jeu, passes au pied.

Le même que l’annee dernière , je vais pas te le répéter  à chaque fois 

Edited by Hugogo
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
ToulouDingue974

MacAllister? :noexpression:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tropico

Cet article sur zondag, vu comment il se fait sucer j’espere qu’il sortait de la douche

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
No troll

Alors ce nouveau talonneur ... il est là 

 

allez jv..😂

Share this post


Link to post
Share on other sites
CocoDie

Source : lerugbynistère

Richie Gray va-t-il finalement disputer la Coupe du monde 2019 ? 

 
 

Il n'y a pas qu'en France que le poste de 2e ligne pose problème. Pour rappel, Paul Gabrillagues a écopé de... six semaines de suspension pour un déblayage illicite face à l'Ecosse, lors du premier test estival. Et si la FFR a décidé de faire appel, le Parisien manquerait pour le moment trois rencontres de la Coupe du monde, étant seulement qualifié pour le dernier match de poule, contre l'Angleterre.

 

 

Mais une autre nation se retrouve un peu démunie : l'Ecosse ! Pour la revanche face aux Bleus du côté de Murrayfield, Sam Skinner a été touché à l'ischio-jambiers. Rien d'officiel pour le moment, mais le joueur d'Exeter pourrait être sur le flanc six semaines environ. Préjudiciable. En 2e ligne, le sélectionneur Gregor Townsend peut tout de même compter sur quatre autres joueurs : Grant Glichrist, Ben ToolisScott Cummings, mais aussi Jonny Gray. Le frère du Toulousain Richie, dont l'absence du groupe élargi avait étonné dans les Highlands, pourrait être relancé.

 

 

Champion de France et de retour à un bon niveau en fin de saison dernière, Gray n'a certes plus porté le maillot du XV du Chardon depuis mars 2018, et une rencontre du 6 Nations face à l'Italie. Mais il compte 66 sélections sur la scène internationale, dont une avec les Lions... Si The Scotsman parle d'un éventuel retour du Toulousain, c'est parce que Jonny Gray souffre lui aussi des ischios : le joueur de Glasgow n'a d'ailleurs joué aucun des matchs contre le XV de France.

 

 

Le week-end prochain, l'Ecosse se déplace en Géorgie. Sans Richie Gray, qui pourrait tout de même faire un retour surprise mardi prochain, lors de l'annonce officielle du groupe amené à s'envoler pour le Japon. Les dirigeants stadistes doivent croiser les doigts pour que personne ne se blesse du côté de Tbilissi...

 
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
RMP

La faute de Baille si Gray va à la coupe du monde. 

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
estabousi

C'est officiel pour Cheslin, on récupère Elstadt par contre. Déçu pour lui quand même. 

Eurosport : Le squad de l'Afrique du Sud avec Kolbe et sans Elstadt - https://www.rugbyrama.fr/rugby/coupe-du-monde/2019/coupe-du-monde-2019-le-squad-de-l-afrique-du-sud-avec-kolbe-et-sans-elstadt_sto7422830/story.shtml

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vonia

Stade Toulousain : l'apprentissage en accéléré de Virgile Lacombe

ABONNÉS
  •   Virgile Lacombe échange avec Régis Sonnes./ Photo DDM L.R.
Virgile Lacombe échange avec Régis Sonnes./ Photo DDM L.R.
Publié le 29/08/2019 à 08:35 , mis à jour à 10:49
'essentiel

L'ancien talonneur est revenu au Stade Toulousain pour occuper le poste d'assistant entraîneur des avants. Son premier poste d'entraîneur à ce niveau.

Huit ans plus tard, il a retrouvé le chemin d'Ernest-Wallon, la maison rouge-et-noire dans laquelle il avait fait ses premiers pas en 1999. Virgile Lacombe arrivait de Nimes et était alors cadet. La suite ? Certainement ses meilleures années de rugby même s'il quitta le club en 2011 : «Je ne suis pas parti fâché. Ma volonté, c'était de m'imposer dans un autre club. Je n'étais pas satisfait de ma situation à l'instant T. Mais Toulouse, c'est mon club de cœur.»

 

La pression de compétiteur

En arrivant dans un effectif champion de France en titre, il retrouve donc beaucoup de similitudes avec son passé toulousain : «Les structures et l'effectif ont changé. C'est tout. Car j'arrive à une période où il y a une dynamique de victoires, je retrouve le côté jovial de l'entraînement que je connaissais et où on ressentait davantage une pression de compétiteur pour gagner sa place qu'une pression générale pour un maintien en Top 14.»

 

 

Ce retour au club n'avait pas été ainsi envisagé au départ par Didier Lacroix. Explications du talonneur de Lyon : «J'étais en contact en tant que joueur. Dans l'optique de faire une année supplémentaire. Mais j'ai refusé de venir en tant que joueur car je voulais arrêter et j'avais un projet sur l'entraînement avec Lyon. Et en fait, ce projet s'est finalement conclu avec Toulouse. Quand j'ai eu le premier contact avec Didier Lacroix et Ugo Mola, j'ai revu tous les plans car venir au Stade est une super opportunité.»

Ce petit glissement vers une carrière d'entraîneur a commencé à s'opérer quand il évoluait au Racing. Et qu'en compagnie de Yannick Nyanga et Rémi Tales, ils se sont mis au défi de passer le diplôme d'entraîneur. Il a ainsi pu se faire la main en entraînant les Crabos et en dirigeant des ateliers de lancer pour les différentes équipes de l'association. Et petit à petit, ce rôle a pris de l'épaisseur. Un diplôme d'entraîneur validé dès la première année à Lyon, le développement d'un protocole sur le geste du lancer, du travail avec les moins de 16 et les moins de 18 jusqu'à l'entraînement des Espoirs la saison dernière en parallèle de son statut de joueur au LOU. Un planning bien chargé avant le grand saut dans le grand bain rouge et noir à la suite du départ de William Servat en équipe de France. Un homme avec qui il a partagé énormément de choses au Stade et avec qui il partage maintenant la même passion pour l'entraînement : «Quand j'ai eu le contact avec Didier et Ugo, j'ai hésité à appeler William car cela allait dépendre de sa décision par rapport à l'équipe de France et finalement, c'est lui qui m'a appelé. Avec William, on échange facilement mais d'un autre côté, cela met une grosse pression aujourd'hui car il a une grosse image au club. Ce n'est pas facile de remplacer quelqu'un qui a eu autant de succès quel que soit son rôle de joueur ou d'entraîneur au sein du club.»

Aujourd'hui, l'ancien talonneur revient donc au Stade Toulousain. Aux côtés de joueurs qu'il a simplement côtoyés en tant qu'adversaires. Un avantage : «Cela m'a beaucoup rassuré d'arriver dans un club où je n'ai pas joué avec des joueurs. C'est plus simple d'avoir des échanges, d'entraîner. Il y a un peu plus de distance car il y a une hiérarchie.»

Les clins d'œil du calendrier

Et le calendrier a fait rapidement ses clins d'œil habituels à ses anciens clubs. Lyon dimanche et le Racing le week-end suivant. Il sourit, conscient de la difficulté de la tâche : «Déjà Lyon : je ne sais pas si c'est une bonne chose. C'est l'équipe la plus en place en ce début de championnat. De plus, elle est revancharde car j'étais là quand on en a pris cinquante la saison dernière à Ernest-Wallon. Ensuite, c'est le Racing qui a fait un faux départ à domicile et qui reste sur un match de phase finale de Coupe d'Europe perdu à domicile contre le Stade…»

Si on y rajoute les aléas actuels au poste de talonneur, Virgile Lacombe doit vraiment vivre sa période d'apprentissage à vitesse accélérée. Cela ne lui fait pas peur : «On sait aussi à quel point c'est difficile de repartir fort après un titre. Je mets vraiment toute mon énergie pour apporter au groupe.»      

 
  • Thanks 3
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
cKei
Citation

«Cela m'a beaucoup rassuré d'arriver dans un club où je n'ai pas joué avec des joueurs. C'est plus simple d'avoir des échanges, d'entraîner. Il y a un peu plus de distance car il y a une hiérarchie.»

Il reste quand même Medard et Mermoz, de l'époque où ils étaient coéquipiers 😅

Bon ok ce ne sont pas des avants donc il ne va pas directement les entrainer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...