Jump to content
Raphaelle

[Champions'Cup - 1/2 finale] Leinster - Stade toulousain (Dimanche 21 avril à 16h15 Aviva Stadium / France 2)

Recommended Posts

Colza Nostra
Just now, LeinsterMan said:

Allez les bleu!

 

Tu pourrais faire l’effort d’accorder les pluriels.

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
LeinsterMan
1 minute ago, Colza Nostra said:

 

You could make the effort to grant plurals.

haha!
allez les Bleus!

  • Haha 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pardine

Vu que nous serons encore en HCup la saison prochaine ….es ce que être 1/2 finaliste cette saison nous assure une place de tête de série de poule ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Colza Nostra
Just now, LeinsterMan said:

haha!
allez les Bleus!

 

Au nom de Raphaëlle et de ses fans je te remercie.

 

:noexpression:

  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tlsefred31
il y a 7 minutes, LeinsterMan a dit :



 


Woaw! Tu es très confiant. 
Vous avez peut-être raison, mais nous ferons de notre mieux et rejoindrons ensuite les 
fans de Toulouse pour une bière à Dublin.

Les deux équipes ont 4 victoires européennes. Le meilleur d'Europe.

Allez les bleu!

 

He talked about his wife, don't worry

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
LeinsterMan
3 minutes ago, Pardine said:

Seeing that we will be in HCup again next season ... .is what being 1/2 finalist this season assures us a top seed position? 

 

non. seule la position domestique décide de semer dans le HCup (no. only domestic standing decides seeding in the HCup)  2018/2019 pool stages and rules

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Parigot_Paris
3 minutes ago, LeinsterMan said:

haha!
allez les Bleus!

Oi, mon ami ! Failte ! Do not trust the Toulousains ! They have a phoney accent ! A strange vocabulary ! They call an innocent Pain au Chocolat chocolatine and they piss the whole world off with their so called superiority.

BUT the Toulousains are wearing a match shirt with a embroidery of our lovely and beloved and scarred Notre Dame so they are excused for all their evil doings.

 

Go raibh mile maith agat, Toulousains,

 

Slon go foil Leinster Man, may the ref be fair and the best one win.

Share this post


Link to post
Share on other sites
LeinsterMan
9 minutes ago, Colza Nostra said:

 

Au nom de Raphaëlle et de ses fans je te remercie.

 

:noexpression:

Au nom d'Artur Guinness, vous êtes les bienvenus!
  • Like 2
  • Thanks 4
  • Haha 3
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tlsefred31
il y a 2 minutes, LeinsterMan a dit :

Au nom d'Artur Guinness, vous êtes les bienvenus!

 

 

In order of peaky blinders, thank you

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivier11

Les compos sortent demain non?

 

Bon ça va être très très compliqué, tout le monde s'en doute

Première ligne pas trop de surprise je pense Baille Mauvaka Faumuina (Castets Marchand Van Dyk)

en deuxième je tenterais bien Gray tekori, Arnold m'a semblé très nerveux dimanche dernier et Gray revient très très fort

en troisième je mettrais bien Kaino et Tolo j'hésite entre Elstadt et Cos, notre sud af est moins souverain ces derniers temps

en charnière avec le doute sur Holmes ça sera Bezy Dupont je pense

Par contre si Dupont joue en 10 il faut NTK en 12 pour le soulager un peu sur le jeu au pied, avec Guitoune évidemment (Ahki sur le banc)

le triangle arrière je mets Médard (pour le pied gauche mais en espérant qu'il défende un peu), Kolbe et Ramos (pour le pied droit mais en espérant qu'il défende un peu) Tauzin sur le banc, j'ai pas trouvé Huget énorme dimanche et en impact player je me dis Tauzin pour quoi pas

 

Bon j'espère qu'on aura un beau match, serré surtout ça serait bon signe

Edited by olivier11
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bertrand d'Aubais

Paroles de... Guy NOVÈS
─────────────

❝ Je sens que le Stade Toulousain, s’il reste dans cet esprit, peut croire en son étoile. ❞

… « Oui je les sens capable de battre le Leinster. On a vu cette capacité de réaction, les joueurs sont confiants dans leur jeu. Je sens que le Stade Toulousain, s’il reste dans cet esprit, peut croire en son étoile. Une demi-finale face au Leinster c’est magnifique, énorme, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Il faut laisser les joueurs se concentrer, récupérer et ne pas avoir un sentiment d’infériorité par rapport à ce Leinster qui est toujours très impressionnant. »

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
erilac
il y a 2 minutes, olivier11 a dit :

Les compos sortent demain non?

 

Bon ça va être très très compliqué, tout le monde s'en doute

Première ligne pas trop de surprise je pense Baille Mauvaka Faumuina

en deuxième je tenterais bien Gray tekori, Arnold m'a semblé très nerveux dimanche dernier

en troisième je mettrais bien Kaino et Tolo j'hésite entre Elstadt et Cos, notre sud af est moins souverain ces derniers temps

en charnière avec le doute sur Holmes ça sera Bezy Dupont je pense

Par contre si Dupont joue en 10 il f

aut NTK en 12

 

c'est ça la fin ? :biggrin:

Edited by erilac

Share this post


Link to post
Share on other sites
LeinsterMan
19 minutes ago, Parigot_Paris said:

Oi, mon ami ! Failte ! Do not trust the Toulousains ! They have a phoney accent ! A strange vocabulary ! They call an innocent Pain au Chocolat chocolatine and they piss the whole world off with their so called superiority.

BUT the Toulousains are wearing a match shirt with a embroidery of our lovely and beloved and scarred Notre Dame so they are excused for all their evil doings.

 

Go raibh mile maith agat, Toulousains,

 

Slon go foil Leinster Man, may the ref be fair and the best one win.

Merci Beaucoup!

We are very nervous. Dupont, huget, Kolbe, Guitone, Bezy, Richie Gray, Ntamack.....so many good players. Many see us as favourites but I am not so sure. The weather will be sunny. No rain in Dublin. A hard pitch suits your backline. 

Wayne Barnes is the referee. I am not a fan of his but it could be worse.  Johnny Sexton is hopefully back on Sunday (maybe). We need him. 

I think it will be a great, close game. I just hope there are no stupid referee decisions that determines the outcome. May the best team win.

 

 

  • Like 2
  • Upvote 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivier11
il y a 2 minutes, erilac a dit :

aut NTK en 12

 

c'est ça la fin ? :biggrin:

enfoiré j'ai même pas eu le temps d'éditer:P

 

Edited by olivier11
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
erilac
il y a 1 minute, olivier11 a dit :

enfoiré j'ai même pas eu le temps d'éditer

 

j'ai pas résisté :biggrin:

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Colza Nostra
2 minutes ago, Bertrand d'Aubais said:

Paroles de... Guy NOVÈS
─────────────

❝ Je sens que le Stade Toulousain, s’il reste dans cet esprit, peut croire en son étoile. ❞

… « Oui je les sens capable de battre le Leinster. On a vu cette capacité de réaction, les joueurs sont confiants dans leur jeu. Je sens que le Stade Toulousain, s’il reste dans cet esprit, peut croire en son étoile. Une demi-finale face au Leinster c’est magnifique, énorme, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Il faut laisser les joueurs se concentrer, récupérer et ne pas avoir un sentiment d’infériorité par rapport à ce Leinster qui est toujours très impressionnant. »

 

 

Il va falloir mettre les ingrédients, respecter l’adversaire et ne pas jouer le match avant le coup d’envoi.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bertrand d'Aubais
il y a 2 minutes, Colza Nostra a dit :

 

Il va falloir mettre les ingrédients, respecter l’adversaire et ne pas jouer le match avant le coup d’envoi.

et se parler
se mettre au travail
prendre le match dans l'ordre

Share this post


Link to post
Share on other sites
Colza Nostra
Just now, Bertrand d'Aubais said:

et se parler
se mettre au travail
prendre le match dans l'ordre

 

Ne pas se mettre à la faute, et prendre les points lorsque l’occasion se présente.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bertrand d'Aubais
à l’instant, Colza Nostra a dit :

 

Ne pas se mettre à la faute, et prendre les points lorsque l’occasion se présente.

ben voila, avec Colza on va faire un binôme pour prendre en main l'EDF, on a toutes les clés

🙂

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Colza Nostra
1 minute ago, Bertrand d'Aubais said:

ben voila, avec Colza on va faire un binôme pour prendre en main l'EDF, on a toutes les clés

🙂

 

Pour le sponsoring j’ai ce qu’il faut en plus.

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
le corse

Les rucks étant clairement l'une des clés du match, on doit adapter la compo et mettre un max de gratteurs.

De fait, en alignant la même compo qu'au Racing (Arnold - Gray ; Cros - Kaino - Elstadt) il manque clairement un profil de ce genre.

De même qu'il manque un perforateur en mettant ces 5 là.

 

Du coup, Tekori et/ou Tolofua au départ, Faasalele sur le banc. 

Au détriment de Arnold ou Elstadt.

 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivier11

Interview de Servat dans l'équipe

 

Pour L'Équipe, l'actuel entraîneur des avants toulousains (41 ans) explique sa méthode de travail, mêlée d'expérience et d'empathie, revient sur les difficultés qu'il a rencontrées au début de sa nouvelle carrière de coach et livre quelques clés sur les raisons sportives qui ont propulsé les jeunes pousses du club garonnais en haut de l'affiche cette saison, alors que le Stade Toulousain disputera une place pour une finale de Coupe d'Europe dimanche sur la pelouse du tenant du titre, Leinster (16h15).

« Le Stade Toulousain avait réalisé une belle saison l'an dernier, mais il est carrément transfiguré aujourd'hui. Quel a été le facteur déclencheur selon vous ?
On avait une idée forte du rugby que l'on voulait jouer mais tout n'était pas complètement en place pour y parvenir. On finit troisième (de la saison régulière) alors qu'on aurait pu faire second (défaite à domicile contre Lyon, 20-27, le 11 mars). Derrière, on perd en barrages, à domicile, contre Castres (11-23) avec un contexte compliqué. Le départ de joueurs ayant porté notre maillot de nombreuses années (Maestri), un autre encore en contrat chez nous (Fickou) et l'arrêt de carrière de Florian (Fritz). On se fait sortir sur ce match, mais la saison est très bonne. Et celle en cours est carrément exceptionnelle (admiratif). Un mec comme Alex Marco a bouleversé le club. C'est notre préparateur physique. Il peut paraître fou, mais c'est le meilleur (rires) ! Notre rugby est validé par la compétence physique qu'il a offerte à nos joueurs.

Le début de saison ne laissait pas présager du scénario que vous déroulez en Championnat, en Coupe d'Europe...
En début de saison, quand on part (fin juillet) en Andorre pour le stage et qu'il n'y a que des jeunes : Lucas Tauzin (20 ans), Arthur Bonneval (23 ans), Guillaume Marchand (20 ans)... En comparaison avec les saisons passées, tu as l'impression d'être avec les Espoirs. Personne n'en parle, mais quand même...

Il y a surtout la défaite à Montpellier qui laissait craindre le pire et notamment le manque de profondeur de votre banc...
Justement, ce match est caractéristique de notre saison. On a mis les jeunes ce jour-là, et on est passés à côté (défaite 66-15, le 23 septembre). Mais il ne faut pas oublier que Piula Faasalele, capitaine des Samoa et régulièrement chez nous, prend un carton rouge à la 17e minute. Alors, derrière, on a sombré. C'est vrai. Sauf que ce jour-là, on a mis Lucas Tauzin, Guillaume Marchand, Selevasio Tolofua (21 ans)... Il y avait 80 % de l'équipe qui allait battre le Leinster, à Ernest-Wallon (28-27, le 21 octobre, en phase de groupes de Coupe d'Europe). Pour donner de la confiance aux jeunes, il faut leur en accorder et donc leur donner la chance de disputer des matches qui comptent. Certes, à Montpellier, on s'est trompés, mais on pensait sincèrement qu'on allait exister. Ce n'était pas ce que les gens ont pu qualifier d'impasse. D'ailleurs, je n'avais pas apprécié que l'on puisse dire qu'on avait envoyé des gamins à l'abattoir.

Tauzin, Marchand, Ntamack, Mauvaka... Ce sont des supra pro « éprouvette ». Est-ce qu'ils sont naturellement comme cela ou est-ce que vous les avez élevés pour endurer cette pression ?
Ce qui est agréable chez eux, c'est leur capacité à se transcender, notamment sur les moments importants. Il y a des mecs que la pression inhibe et d'autres qu'elle rend meilleurs. Ç'a été le cas sur certains matches récemment. J'espère que cela continuera. Après, Romain (Ntamack) a toujours été élevé dans ce cadre-là. Il a été considéré à dix-sept ans comme un futur international. Il n'avait pas fait un match en équipe première ici qu'il était déjà sur la liste supplémentaire du quinze de France. C'était peut-être un coup marketing, mais j'avais trouvé ça un peu trop rapide. Prenez Christopher Tolofua (talonneur au Stade entre 2011 et 2017). On lui a mis trop de pression, trop tôt pour un gamin de dix-huit ans. Mais vous verrez que lorsqu'il va revenir à Toulon cet été, vu son évolution, il ne sera pas très loin du top niveau.

Qu'est-ce qui fait que vos jeunes sont prêts si tôt ?
C'est difficile à dire. Nous sommes tous très présents autour d'eux au club. C'est un plaisir d'être à leur contact et d'essayer de leur enseigner des choses. Je n'ai pas l'impression de travailler. Et si je prends le cas des premières lignes, la mêlée est quelque chose que j'affectionne particulièrement. Honnêtement, hormis Didier Sanchez (ancien talonneur) qui m'a donné de vrais conseils sur la mêlée, je n'en ai jamais réellement reçu. Je me suis fait mon expérience, avec mes coéquipiers, même si tout n'a pas été facile tous les jours. Donc, j'essaie aujourd'hui de leur transmettre tout ce qui m'a enrichi au fil de ma carrière. J'ai mis plus de douze ans à appréhender la mêlée, notamment parce que j'ai démarré tard au talon. Si je peux leur faire gagner quelques années en leur livrant un condensé de ce que j'ai compris, moi, en très peu de temps, ce serait déjà une réussite.

Les jeunes joueurs de rugby ont-ils beaucoup changé ?
Il y a une maturité plus importante plus tôt. Et puis, les mecs sont prédestinés à être pros. On est un club qui donne la possibilité de faire des études en parallèle. On a beaucoup de mecs en équipe première (Antoine Dupont, Thomas Ramos) qui ont un double projet afin d'obtenir un diplôme. Et honnêtement, on ne veut pas laisser tomber cela parce qu'on pense que pour avoir des bons joueurs, il faut des mecs qui comprennent. Je ne fais pas un lien entre l'intelligence et le niveau d'études, mais cela offre d'autres dispositions mentales et une force de travail. Trevor Brennan (ancien deuxième-ligne irlandais entre 2002 et 2007) venait des quartiers populaires de Dublin et c'est un mec brillant. Thierry Dusautoir ou Yannick Jauzion étaient ingénieurs...

« Pour être bon, il faut être heureux. C'est essentiel d'aller boire un verre ensemble. Même s'il ne faut pas y aller tous les soirs (rires) ! »

 

Le club a compris qu'il fallait former des hommes autant que des athlètes ?
Mais il n'a jamais lâché ça. On prend soin des familles, on fait attention à ce que le cadre de vie soit agréable. Et là, on dépasse le cadre des jeunes. Parce que pour être bon, il faut être heureux. C'est essentiel d'aller boire un verre ensemble. Même s'il ne faut pas y aller tous les soirs (rires) ! C'est bateau ce que je dis, mais tellement vrai. C'est important de créer ces moments de vie. Qu'ils partagent des choses. Aujourd'hui, nos mecs prolongent le plaisir du terrain en dehors et inversement.

Et vous, en tant qu'entraîneur, vous êtes attentif à cela ?
Selon moi, c'est capital. J'ai connu des groupes avec des mecs qui ne s'appréciaient pas forcément mais qui arrivaient à faire abstraction sur le terrain et à jouer ensemble. Bon, moi je n'y arrive pas trop (rires)... Si je vois deux mecs en conflit, j'essaie d'organiser une rencontre pour régler le truc et simplement échanger. Parce que le jour où ça marche un peu moins bien, quand vous avez de bonnes relations, cela vous permet de vous resserrer pour repartir.

Au départ, vous étiez entraîneur de la mêlée, mais vos prérogatives ont largement évolué...
J'étais entraîneur de la mêlée, des rucks et des attitudes au contact. Au départ, chacun a occupé la place qui était prédéfinie dans cette nouvelle organisation, avec un fonctionnement de staff à six entre les espoirs et les pros. Petit à petit, Régis (Sonnes, coentraîneur avec Ugo Mola), très pris par la touche et les ballons portés, a arrêté la défense (après la défaite contre Castres). J'ai repris ce secteur avec Laurent Thuery, qui faisait partie du trio du staff des espoirs qui interviennent quotidiennement avec la première. C'est un entraîneur structuré, très bon pour synthétiser les données. Et depuis ce jour-là, on fait la défense ensemble. Franchement, ça se passe très bien, sachant qu'aujourd'hui, je m'occupe aussi du jeu des avants.

Depuis le début de la renaissance toulousaine, on loue à juste titre les performances offensives des trois-quarts, mais ce qui a marqué à La Rochelle, par exemple, et encore plus à quatorze contre quinze en quarts de finale de Coupe d'Europe contre le Racing (21-22, le 31 mars), c'est la qualité de la défense et du jeu d'avants.
À tous les titres du Stade Toulousain, on a parlé du "jeu de mains, jeu de Toulousains", mais souvenez-vous de Claude Portolan (pilier des années 1980) qui emportait tout sur son passage. C'est notre héritage. On a eu ce débat mille fois avec Clément Poitrenaud (rires). On a un jeu de mouvement fantastique, il fait partie de notre ADN, on s'y retrouve tous parce que l'on a porté ce maillot. Mais, sans conquête, vous ne pouvez pas exister. Le Stade Toulousain a toujours performé avec de grands piliers droits. Avant de jouer, il faut avoir des ballons. C'est o-bli-gé (il insiste). Ajoutez une bonne défense et vous pouvez commencer à penser gagner des matches. De notre côté, on essaie d'y adjoindre ce supplément d'âme, cette volonté de se faire des passes.

Mais cela ne frustre jamais les avants du Stade que l'on parle si peu d'eux ?
Je crois qu'on se fout. Le principal, c'est que l'équipe tourne. Le collectif supplante l'individu, même s'il ne faut pas se mentir, nous avons des joueurs au milieu avec des qualités extraordinaires.

Après plusieurs saisons difficiles, comment vivez-vous ce qui se passe aujourd'hui, votre évolution personnelle ?
Mon début de carrière d'entraîneur n'a pas été évident, même si je me suis rendu compte, aussi, qu'au départ, je n'étais pas au niveau. J'ai mis du temps à m'y mettre parce que ce n'est pas facile quand vous démarrez. Je n'étais pas forcément prêt à être entraîneur. Maintenant, ça va vraiment mieux et depuis un petit moment.

Pourquoi ?
Le plus dur a été d'entraîner les mecs avec lesquels j'avais joué. J'ai organisé les soirées pendant dix ans. J'étais un épicurien. Et du jour au lendemain, j'ai dû couper les relations. Je l'ai fait de manière trop brutale. Je n'ai pas été adroit. J'ai voulu suivre des exemples qui ne ressemblaient pas à ma personnalité. Aujourd'hui, je me rends compte que je coache comme je suis. Et si j'ai envie d'aller prendre un verre avec les gars, eh bien, je ne me retiens plus.

Avez-vous appréhendé de nouvelles formes de sacrifices qui ne sont évidemment pas les mêmes que ceux des joueurs ?
Oui, notamment dans notre vie de famille. Le soir, vous regardez un peu la télé avec votre femme, mais vous êtes en fait sur l'ordinateur pendant trois heures à regarder des vidéos. Et c'est toute la semaine. Toute cette partie du job, je ne l'avais pas anticipée. Même si très vite, je m'y suis mis. J'arrivais très tôt le matin pour couper avec ce truc de joueur. Et puis, le fait de ne plus avoir le resto, même si c'est ma femme qui le gérait pour l'essentiel, et de me consacrer à cent pour cent dans le rugby, ça a changé pas mal de choses pour moi.

Est-ce que vous vous êtes posé la question de savoir si ce métier vous plaisait ?
Le problème d'avoir joué avec les mecs, c'est qu'ils ont pu croire, certaines fois, que j'avais pris des décisions qui n'avaient pas de lien avec le sportif. J'ai pu me planter. Mais ma volonté n'a jamais été d'aller contre une personne. Or ce n'est pas facile à intégrer des deux côtés. Surtout quand on a eu des relations "personnelles" avant.

Vous allez disputer une demi-finale de Coupe d'Europe dimanche chez le champion en titre, Leinster, sans aucune pression.
C'est une équipe qui perd très rarement et aller gagner chez eux serait un immense exploit. Ils nous ont battus là-bas alors qu'il leur manquait du monde (29-13, le 12 janvier, en phase de groupes). Et là, ils nous reçoivent dans leur grand stade, ça va encore être d'une intensité supplémentaire. J'espère que l'on saura répondre présent.

N'est-ce pas le type de rugby le plus à même de vous mettre en difficulté, avec leur faculté à cacher le ballon pendant trente et un temps de jeu sans jamais s'exposer ?
C'est sûr. Et puis, c'est l'équipe d'Irlande. Ou presque. »

  • Like 4
  • Thanks 9
  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
tropézien
il y a une heure, Pardine a dit :

Vu que nous serons encore en HCup la saison prochaine ….es ce que être 1/2 finaliste cette saison nous assure une place de tête de série de poule ? 

 

La tête de série sera le champion de France, soit Castres. Peut-être le finaliste mais les résultats CE ne rentrent pas en compte. 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pit
Il y a 2 heures, PabloBaresco a dit :

C'est bon ça !!! Bien joué à Tekori d'avoir demandé à avancer la date de comparution !

C’est cool, Tekori va désormais pouvoir se concentrer sur Sexton.🤪 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×