Jump to content
Saint Thomas ST

[Top 14 - J3] Stade toulousain - Racigne (Dimanche 8 septembre à 21h - Ernest Wallon)

Recommended Posts

Raphaelle

Le Midol en fait ne sait pas grand chose : beaucoup de "ou", et match à 16h50 !

 

IIgfViEqFNK_Midol.jpg

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

Info Orange : jusqu'à dimanche, les chaînes Canal sont en clair sur la box orange.

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

Dans le Midol, intéressante interview d'Elstadt : je ne peux pas la copier facilement mais je retiens 2 choses :

- il est en pleine forme, et s'il y a une blessure dans l'équipe Sud Af, il peut être rappelé, il se tient prêt.

- il jouera surement dimanche.

 

Donc pas de vacances avant le mondial sans doute, et c'est logique, cela devrait être pareil pour Cros : Après une telle prépa, prendre 15 jours de vacances est vraiment dommage, et s'il y a une blessure de Lauret et Ollivon, Cros aura l'air malin s'il sort de 2 semaines de vacances.

Evidemment, on va me répondre qu'il peut se blesser en match.

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pardine
il y a 23 minutes, Raphaelle a dit :

Info Orange : jusqu'à dimanche, les chaînes Canal sont en clair sur la box orange.

 

 

Merci , idem sur les box SFR !

  • Thanks 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eppler
il y a 23 minutes, Raphaelle a dit :

Dans le Midol, intéressante interview d'Elstadt : je ne peux pas la copier facilement mais je retiens 2 choses :

- il est en pleine forme, et s'il y a une blessure dans l'équipe Sud Af, il peut être rappelé, il se tient prêt.

- il jouera surement dimanche.

 

Donc pas de vacances avant le mondial sans doute, et c'est logique, cela devrait être pareil pour Cros : Après une telle prépa, prendre 15 jours de vacances est vraiment dommage, et s'il y a une blessure de Lauret et Ollivon, Cros aura l'air malin s'il sort de 2 semaines de vacances.

Evidemment, on va me répondre qu'il peut se blesser en match.

 

bok en stock

rynhardt elstadt - troisième ligne toulouse capé pour la première fois avec l’afrique du sud cet été mais écarté au dernier moment pour le mondial, le flanker est de retour en club. sans amertume. Par Jérémy FADAT jeremy.fadat@midi-olympique.fr

 

Mardi, s’il était une attraction sur les terrains d’Ernest-Wallon, elle concernait le retour de Rynhardt Elstadt sous le regard des quelques supporters présents dont il est l’un des chouchous depuis deux ans à la grâce de tampons dévastateurs. écarté de la dernière heure dans la liste définitive des 31 Springboks pour le Mondial, chacun le pensait abattu. Mais c’est avec son légendaire enthousiasme et son habituel sourire que le flanker s’est présenté. Attitude de façade pour masquer le besoin d’évacuer la frustration ? Lui réfute : « Rien ne fut difficile à digérer, il n’y a absolument aucune déception. » Même quand Rassie Erasmus lui a annoncé qu’il ne serait pas de l’aventure nipponne ? « Cela faisait partie du plan initial. Les choses étaient claires depuis le début : le capitaine était blessé et, s’il n’avait pas été rétabli, je partais à la Coupe du monde. Il est revenu à temps et je suis heureux pour lui. » Touché au genou en mai, Siya Kolisi a instillé le doute chez le sélectionneur, lequel devait lui dénicher un suppléant de choix dans un profil similaire de plaqueurgratteur. Lors du Super Rugby 2011, alors qu’il était à la tête des Stormers, il avait offert quinze titularisations à un troisième ligne de 21 ans : Rynhardt Elstadt. Alors considéré comme un grand espoir du pays à son poste, ce dernier fut un homme de base de sa province mais n’a jamais connu les honneurs de la sélection jusqu’à son départ pour la France et le Stade toulousain en octobre 2017, où il s’est imposé comme un des meilleurs joueurs du Top 14. « J’ai espéré défendre le maillot de mon pays mais ça ne se réclame pas, nous confiait-il la saison passée. Je n’étais sûrement pas assez bon. » Mais, à l’instar de son pote Cheslin Kolbe, ses performances à 12 000 kilomètres de chez lui ne sont pas passées inaperçues aux yeux de son ancien mentor et Elstadt fut enfin appelé, à 29 ans, pour le dernier Rugby Championship. Quelques jours après avoir soulevé le Brennus, et alors que leurs partenaires fêtaient le titre à Barcelone, les deux compères étaient dans l’avion pour rejoindre l’Afrique du Sud. Titulaire, Elstadt célébrait sa première apparition le 20 juillet lors du succès contre l’Australie. « Le moment le plus émouvant fut la première fois que j’ai enfilé le maillot springbok. Sortir du tunnel avec cette tunique, face à notre public, sentir le soutien des fans… J’étais très fier. Ce match est passé tellement vite. à la mi-temps, j’avais du mal à comprendre qu’on avait joué quarante minutes. »

 

« Je suis le 32e homme du squad »

 

Un mois plus tard, le temps de s’offrir la compétition sudiste, il était de nouveau aligné face à l’Argentine pour une nouvelle victoire et un statut honorifique de meilleur plaqueur du match. Dix jours avant la sentence fatale. « Je suis le 32e homme du squad », sourit Elstadt. Lequel reconnaît : « Disputer le Mondial était un rêve, d’autant que j’ai joué la Coupe du monde junior il y a dix ans au Japon (en 2009). C’était un joli clin d’œil. » Pour autant, le « shérif » des Rouge et Noir se veut lucide et comblé, lui qui sait d’où il vient : « Ce fut une expérience invraisemblable. Représenter son pays et remporter le Rugby Championship neuf ans après le dernier titre, c’est incroyable. Vous imaginez qu’en moins de deux mois, j’ai gagné le championnat de France puis le Rugby Championship ? Cela me marquera à vie. » Même les adieux déchirants la semaine passée, particulièrement ceux avec Kolbe. « Il aurait aimé une autre issue pour moi mais on savait tous deux ce qui allait arriver. Vivre ça avec un de ses meilleurs amis, ça n’a pas de prix. On a traversé une saison exceptionnelle à Toulouse et on a eu la chance de partir ensemble en sélection. C’était un privilège mais on a travaillé dur pour en arriver là et j’espère qu’on pourra de nouveau le partager. » Comprenez qu’Elstadt ne reste pas bloqué à deux capes. « Même si mon histoire avec la sélection sud-africaine devait s’arrêter là, j’aurais profité de chaque minute passé sur le terrain, reprend-il. Et on se rappellera que je suis invaincu chez les Boks : deux capes, deux victoires ! » Même si une nouvelle page du roman internationale peut encore s’écrire au pays du soleil levant, en cas de forfait imprévu… « On ne sait pas ce qui peut arriver. Je ne le souhaite à personne mais, s’il y a une blessure, je me tiens prêt. »

 

Les retrouvailles avec Toulouse et… werner kok

 

En attendant, Elstadt a donc fait son retour dans la Ville rose, deux mois et demi après l’euphorie du Boulier. « Je suis content de retrouver ma famille du Stade toulousain. Je suis à la maison ici et on sent, en ville, que le Brennus a ravi les gens parce que, depuis 2012, cela devenait long pour eux. » Surtout, sa présence (même s’il faudra lui accorder des vacances obligatoires dans les semaines à venir) sera précieuse pour le staff en l’absence des nombreux autres internationaux. Pas de quoi l’inquiéter : « La situation est complexe avec deux défaites et une dizaine de joueurs qui manquent. Mais c’est une bonne opportunité pour les jeunes joueurs de montrer ce dont ils sont capables. » Ces talents précoces qu’il sera chargé d’accompagner : « Je n’ai aucun rôle précis à ce niveau, ou alors celui de leader par l’exemple. S’ils ont besoin de conseils, je suis disponible mais je ne leur donne pas d’ordre. S’ils font des erreurs, on doit les aider, pas les sermonner. » Un renfort de poids donc, qui a aussi croisé Werner Kok, le joker sud-africain élu meilleur joueur du monde à 7 en 2015, qu’il a côtoyé en Currie Cup avec la Western Province. « Nous avons évolué ensemble plusieurs saisons. C’est un super joueur et un homme adorable. Il espère gagner du temps de jeu pour prouver sa valeur. » De son côté, le troisième ligne, au mieux physiquement et donc mentalement, devrait être mis à contribution dès dimanche. Elstadt, l’évidence

  • Like 1
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eppler
Citation

Jacky Lorenzetti : « Les doublons ? Une bénédiction »

Racing 92 Gros pourvoyeur d’internationaux, le Racing 92 souffrira nécessairement au fil des huit doublons du Mondial japonais. Et pourtant...

Par Marc DUZAN marc.duzan@midi-olympique.fr

 

Qu’on le veuille ou non, ce Toulouse — Racing 92 est la plus grosse affiche d’une journée pourtant chargée en événements. D’abord, parce que ces deux formations présenteront malgré les circonstances des équipes de départ compétitives, pour ne pas dire impressionnantes en cette période de doublon. Ensuite, parce que les Franciliens entretiennent depuis quelques mois avec les Rouge et Noir une relation somme toute particulière. Jacky Lorenzetti, le président du club ciel et blanc, explique en préambule : « Toulouse nous a battus trois fois la saison dernière, deux fois en championnat et une fois en Coupe d’Europe. Ce match à Ernest-Wallon aura donc un sel particulier. Je crois que nous avons un effectif capable de chatouiller Toulouse et ce week-end, nous tenterons de coller au mieux à cet objectif. » Pour ce déplacement en Occitanie, les Franciliens seront donc amputés de leurs internationaux français (Camille Chat, Maxime Machenaud, Bernard Le Roux, Wenceslas Lauret et Virimi Vakatawa), Tonguien (Ben Tameifuna), Géorgien (Guram Gogichashvili), Fidjiens (Ben Volavola et Leone Nakarawa) et écossais (Finn Russell). Un contingent auquel il faut aujourd’hui ajouter les blessés François TrinhDuc et Eddy Ben Arous, visiblement indisponibles pour de très longues semaines. « Nous sommes comme tous les grands donateurs de la Coupe du monde, poursuit Lorenzetti. À Toulouse, il nous manquera dix internationaux, soit à peu près autant que notre adversaire du jour. Malgré tout, les champions de France en titre ont un avantage : à l’heure actuelle, ils sont certainement mieux en place que nous le sommes. » 

 

De fait, ce Racing septième du championnat est encore en rodage et devrait se contenter, jusqu’à la fin du Mondial japonais, de limiter la casse et ne pas décrocher du wagon des qualifiables. Concernant la situation sportive de son club, Jacky Lorenzetti reprend : « Nous avons reçu un avertissement sévère la semaine dernière contre Bayonne, une équipe qu’il faut évidemment féliciter. Face au Castres olympique, nous avons gagné plutôt facilement mais la deuxième mi-temps n’a pas été de bonne facture. Finalement, on démarre cette saison beaucoup plus difficilement que nous l’escomptions et sommes aujourd’hui dans une posture d’humilité totale. S’il y a un coup à faire à Toulouse, nous ne nous priverons pas de le faire mais pour l’instant, il faut avant tout que l’équipe trouve ses marques. »

 

Vingt-deux Jiff contre Bayonne !

 

Pour de nombreux présidents de Top 14, dont le Clermontois Eric De Cromières, les doublons équipe de France - Championnat sont une vraie plaie pour le rugby français. S’ils ont en effet de quoi dérouter le grand public, lequel du mal à comprendre qu’un championnat puisse se disputer sans ses meilleurs joueurs, Jacky Lorenzetti prend quant à lui le contre-pied de cet argumentaire et surgit là où ne l’attend pas : « Il faut arrêter de dévaloriser notre championnat. Ces doublons sont une bénédiction pour le rugby français. Déjà, ils permettent d’égaliser les chances entre les équipes, le gros coup de Bayonne à l’Arena en est un exemple parmi d’autres : avec nos dix internationaux, cela ne se serait peut-être pas passé de la même façon. » Il conclut : « Les doublons ont une autre vertu, celle de contraindre les clubs à faire jouer leurs jeunes joueurs français. Contre Bayonne, le Racing comptait ainsi vingt-deux Jiff (seul Juan Imhoff faisait exception à la règle, N.D.L.R.) et j’ai pu constater que Castres ou Toulouse avaient pris la même orientation. Ces huit doublons sont donc une formidable aubaine pour le rugby français. » C’est dit.

 

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
chomelaregle
il y a 3 minutes, Eppler a dit :

 

 

Quel bel homme ce Jacky. 😁 

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

c' est con qu'il n' y ai pas de doublons dans les équipes dirigeantes de certains clubs ! :a0:

Share this post


Link to post
Share on other sites
LE CIEL ET BLANC
il y a 27 minutes, tire-bouchon a dit :

c' est con qu'il n' y ai pas de doublons dans les équipes dirigeantes de certains clubs ! :a0:

Comment dit-on "doublon" en hong-kongais ? :a0:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pardine

Le retour d'Elstadt va densifier cette 3eme ligne ..Tolo et Kaino n'ont pas 80mn dans les jambes et devraient se partager le 8 Miquel-Elstadt et éventuellement Placines se partageant les postes de flanker ...en éspérant que l'on ai un 6+2 sur le banc a la différence des 2premiers matchs ..Fouyssac ou Belan + Tedder (s'il débute pas en 15 ) ça suffit largement !

  a voir ou en est Lebel qui semble être sortit blessé VS L'Union !

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon
il y a une heure, LE CIEL ET BLANC a dit :

Comment dit-on "doublon" en hong-kongais ? :a0:

Dou-blong

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Parigot_Paris

Ce qui me dérange chez Lorenzetti ce sont ses ongles... Lorenzetti ongulé. :sorcerer:

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

sa coiffure aussi est dérangeante...Lorenzetti ondulé. :ramon

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
will31
Il y a 1 heure, tire-bouchon a dit :

Dou-blong

En belge ça se dit D'houblon...

 

...hips...

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Saint Thomas ST
il y a 31 minutes, will31 a dit :

En belge ça se dit D'houblon...

 

...hips...

 

Et "doux blond" en chevallardien. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Parigot_Paris

Et il ne sait pas mettre de rondeur dans ses propos, toujours des angles. Lorenzetti angulé. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
gronounours

Il noue toujours son chandail autour du cou : Lorenzetti empullé !

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
stadeli

treeeeet !!! je décrète une suspension de 10mn de la partie pour propos homophobes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

Toujours enfermé dans une même réthorique...Lorenzetti englué.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papalou

Une vraie glu ce type. Lorenzetti encollé !

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Khaos

Toujours passif lors de ses rapports sexuels. Lorenzetti encuIé !

Edited by Khaos
gros mot
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

allez, la saison commence dimanche...ne pas se trouer surtout pour ne pas prendre trop de retard

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bertrand d'Aubais

Lrenzetti toujours a écouter du Claude François, Lorenzetti Empoulé !

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

Vous êtes lourds là. Un peu ça va mais trop c'est trop.

 

Pour revenir au match, qu'il faut gagner, à la conf de presse de Poitrenaud :

- Cros a un soucis au mollet, donc ménagé cette semaine, on verra la semaine prochaine

- Fouyssac en forme

- Elstadt dans le groupe

  • Thanks 6
  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
gegelerugbyman
il y a 17 minutes, Raphaelle a dit :

Vous êtes lourds là. Un peu ça va mais trop c'est trop.

 

Pour revenir au match, qu'il faut gagner, à la conf de presse de Poitrenaud :

- Cros a un soucis au mollet, donc ménagé cette semaine, on verra la semaine prochaine

- Fouyssac en forme

- Elstadt dans le groupe

 

Me tarde de voir jouer ce Fameux fouyssac, il joue tellement peu (et n'est pas passé en espoir) que je connais même pas sa tête.

 

Je vois des pronos de défaite du ST sur le topic dédié, c'est clair que le match va être serré et tendu des 2 côtés.

 

Les coachs ont prouvé qu'ils pouvaient entretenir un état d'esprit lors d'un cercle vertueux de victoires, on va voir comment va se gérer cette saison forcément plus compliquée sur le plan mental.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...