Jump to content

Federer : Saison 2009


Recommended Posts

Et 3 jeux à rien pour Nole.

Que de fautes du suisse :rolleyes::original:

Vu ce que les 2 joueurs proposent, ce sera sans doute le vainqueur du match Murray-Del Potro qui remportera le tournoi.

Link to post
Share on other sites

C'est au tour du serbe de faire quelques cadeaux et Federer remporte son premier jeu de service, il est mené 3 jeux à 1.

Au niveau du placement, le suisse n'y est pas du tout par moment !

Link to post
Share on other sites

Djokovic perd son engagement, Federer revient à 3 jeux à 2. Le suisse tient un peu mieux l'échange. Merci à Nole pour sa double-faute !

Qu'est-ce qu'on est loin du niveau des 2 hommes quand ils s'étaient rencontrés en finale de l'US Open en 2007 !!!

Link to post
Share on other sites

Et break de Djoko qui mène 4 jeux à 2. Je ne pensais pas dire ça un jour mais Federer devient MEDIOCRE (par rapport à ce qu'il a pu être) :

- au filet de moins en moins ou en chaussette quand il y va

- service en panne

- coup droit moins dévastateur

- psychologiquement en dessous

- fautes directes sur des coups qui ne sont pas des prises de risque

- petit jeu de jambe hasardeux

- coups en bout de course qui auparavant le faisaient passer d'une position de défense à une position d'attaque et qui maintenant se résument à des fautes

- presque plus de services qui décalent l'adversaire pour frapper côté opposé

- revers à plat inoffensif

- manque de clairvoyance en jouant près de l'adversaire quand il a le temps de le mettre à 3 mètres de la balle

- passing dans le filet ou dans le couloirs

- un slice de revers où la balle ne s'écrase plus et ne gène pas l'adversaire

- et désormais des fautes directes sur des coups faciles où la balle va mourir à 2 ou 3 mètres des lignes

Link to post
Share on other sites

Et 5 jeux à 2 pour Djokovic dans le second set. Je crois qu'on peut dire "par ici la sortie" (définitive ?) pour Roger !

Link to post
Share on other sites

Et à nouveau un break pour Djokovic (le troisième du set) qui remporte le set 6-2.

Un Federer presque ridicule...

Link to post
Share on other sites

Break pour Djokovic (encore) et le serbe mène deux jeux à zéro dans le dernier set.

Djokovic a juste à renvoyer la balle et attendre la faute du suisse.

5 jeux d'affilée pour le serbe

Link to post
Share on other sites

Federer qui remporte le jeu sur le service du serbe, bien aidé par deux double-fautes.

Il revient à 1 jeu à 4

Link to post
Share on other sites

Federer qui revient à 2 jeux à 4, Djoko au service. C'est le moment ou jamais pour le suisse de faire sonner la révolte

Link to post
Share on other sites

Défaite de Federer 6-3, 2-6, 3-6.

Il y a eu un Federer pre mononucléose, un Federer post mononculéose et maintenant un Federer d'après Miami 2009.

Je pense sincèrement à un début de déclin :rolleyes:

Link to post
Share on other sites

Article Sport24 :

Roger Federer a disputé l’un des pires matches de sa carrière en demi-finales à Miami contre Novak Djokovic (3/6 6/2 6/3). La question d’un coach est de plus en plus d’actualité pour le Suisse, qui multiplie les contre-performances.

par Florian Egly, le 04-04-2009

Miami 2004, finale. Mené deux sets à zéro par Rafael Nadal, Roger Federer jette sa raquette au sol. Effet libérateur puisqu’il finit par s’imposer en cinq manches. Depuis ce jour-là, rien. Pas un acte d’énervement, pas un excès de colère. Alors quand le joueur le plus fair-play du circuit a fracassé sa raquette façon Marat Safin vendredi, le public de Key Biscayne, encore lui, a été pris par surprise. Jamais en cinq ans, on avait vu le plus placide des tennismen extérioriser sa frustration de la sorte. Sauf que cette fois-ci, son geste à 0-2 dans le troisième set face à Novak Djokovic n’a pas engendré de réaction positive. Délivrant une cargaison de fautes directes (47), Federer a lui-même offert son trophée au Serbe en demi-finales (3/6 6/2 6/3). «Il a tellement mal joué dans le premier set que j’ai dû faire un gros effort pour faire encore pire. De ce point de vue, c’était pas mal», concédait le Suisse en conférence de presse, dépité par sa propre performance.

A quand un entraîneur ?

Le problème, c’est que ce n’est pas la première fois qu’il s’effondre totalement au cours d’un match cette année. A Doha, Melbourne ou encore Indian Wells, Federer s’était écroulé de la même façon. Et pas dans la demi-mesure : 6/7 6/2 6/2 face à Murray en demi-finales à Doha, 7/5 3/6 7/6 3/6 6/2 contre Nadal en finale de l’Open d’Australie, et 6/3 4/6 6/1 devant Murray une nouvelle fois, en demi-finales en Californie. A chaque fois, le sentiment gênant d’abandon, la perte de l’envie de se battre. Au-delà d’un jeu en perdition (catastrophique coup droit contre Djokovic), c’est cette attitude d’abattement qui fait soulever la même question parmi tous les observateurs du tennis : quand Federer va-t-il prendre un coach ? «Roger a besoin d’aide. De quelqu’un qui fasse évoluer son attitude et son sens tactique. Aujourd’hui, ses solutions sont toujours un peu les mêmes, alors qu’il est le joueur qui possède le plus grand éventail de possibilités», observe Thierry Champion, l’ancien entraîneur de Gaël Monfils, dans Le Figaro. La question n’a pas manqué d’être posée après sa défaite à Miami. Ce à quoi le Suisse a répondu sèchement : «j’ai eu quelque chose comme cinq entraîneurs en deux ans». Sous-entendu, cela n’a rien changé.

Les exemples Agassi et Sampras

C’est vrai, Federer a été numéro 1 mondial sans entraîneur attitré, entre les périodes Peter Lundgren-Tony Roche, puis a tenté des collaborations épisodiques (l’exemple Higueras) qui ont toutes échoué. La dernière en date, au mois de mars, avec l’Australien Darren Cahill, a duré à peine un mois. Il n’est pas non plus totalement seul. Depuis un an et demi, il suit les conseils de Severin Lüthi, le capitaine de l’équipe suisse de Coupe Davis. Mais le manque de confiance qui habite celui qui a ébloui la planète tennis durant quatre ans appelle le besoin d’un changement, pour ne pas transformer sa lente régression en déclin à long terme. «Roger Federer a été numéro un mondial sans entraîneur. Il doit se dire qu’il est capable de le redevenir dans les mêmes conditions. Mais les joueurs ont évolué, ceux qui étaient derrière ont progressé. Et à l’heure actuelle, il devrait se faire aider, ne serait-ce que sur le plan tactique ou celui de l’évolution du jeu», appuie Eric Deblicker, alors que se profile la saison sur terre battue (il n’est engagé qu’à Rome et Madrid avant Roland-Garros). D’autres grands champions, tels Andre Agassi et Pete Sampras, ont accepté par le passé, lors de périodes moins souriantes, de se remettre en question pour revenir encore plus forts. A 27 ans, Federer saura-t-il lui aussi écouter un nouveau discours ?

Link to post
Share on other sites

Tennis - ATP - Miami - Murray infranchissable

Sous un soleil de plomb dimanche à Miami, Andy Murray est venu à bout de Novak Djokovic (6-2, 7-5 en 1h42), s'offrant ainsi le troisième titre de sa carrière en Masters 1000. Mené 5-2 dans la deuxième manche après avoir dominé la première de la tête et des épaules, le Britannique a su sauver deux balles de sets à 5-4 avant de sceller son troisième succés d'affilée sur le n°3 mondial.

Commence à être pas mal, le jeune Scot. Il toque à la porte du club des grands... :original:

Link to post
Share on other sites

Roger Federer a finalement changé d'avis : il participera bien au tournoi de Monte-Carlo, du 11 au 19 avril prochain. Bien décidé à remporter le Masters 1000, où il a perdu lors des trois dernières années en finale face à Rafael Nadal, le n°2 mondial, qui avait décidé de faire l'impasse sur l'épreuve de terre battue, s'est inscrit à la dernière minute auprès des organisateurs. «Nous n'avions jamais perdu l'espoir qu'il soit présent», a déclaré jeudi dans un communiqué le directeur du tournoi, Zejlko Franulovic. Le Suisse bénéficiera d'une wild card. (Avec AFP)

Source : L'équipe

Link to post
Share on other sites

A Monaco, après avoir passé l'obstacle Seppi (6-4, 6-4), Federer s'est incliné face à son compatriote Wawrinka en deux sets 6-4, 7-5 en huitième de finale.

Un service en panne, fautes en coup droit à la pelle et mauvais placements.

Tournoi à oublier (encore un) pour le suisse

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

A Master Serie de Rome, Federer a réussi son entrée : il a sorti Karlovic 6-4, 6-4 (merci Sport+ pour nous mettre du vélo à la place du tennis...)

Link to post
Share on other sites

Roger Federer n'a pas manqué ses retrouvailles avec Radek Stepanek, qui l'avait éliminé à ce stade du tournoi l'an dernier. Le n°2 mondial l'a emporté en deux manches (6-4, 6-1). Le Tchèque, qui avait disputé deux rencontres mercredi, n'a jamais paru avoir les moyens de bousculer un Suisse très serein et convaincant.

Source : L'Equipe

Link to post
Share on other sites

Victoire de Federer sur Zverev en quarts de finale (7-6, 6-4).

Bon match du jeune allemand (21 ans) seulement 76ème à l'ATP : services volées, attaques au filet, jeu très offensif et qui tenait bien le fond du cour. J'espère qu'on le reverra à RG.

Link to post
Share on other sites

Défaite de Federer face à Djokovic en demi-finale 4-6, 6-3, 6-3.

Le suisse a une n-ième fois fait n'importe nawak.

Au cinquième jeu du second set : 5 jeux d'affilé dans la musette.

Il s'est réveillé au début du dernier set et puis circulez y'a rien à voir, je balance dans le filet, je boise, je joue à l'envers, je laisse jouer celui d'en face.

Federer, en ce début d'année, devient décevant dès qu'un joueur lui oppose une petite résistance. Et quand c'est Djokovic, Murray et Nadal, il abdique carrément, il attend de serrer la main de son adversaire pour repartir.

Roger, ou un immense talent qui devient un membre lambda du Top 5.

Le déclin du suisse semble inéluctable au fil des tournois et des adversaires :whist:

Link to post
Share on other sites

Déclarations de Roger après le match :

Roger Federer, défait par Novak Djokovic : «Mon niveau de jeu (sur terre) s'améliore. Je suis content de ma semaine après des matches contre des adversaires difficiles. Aujourd'hui, ça n'a pas trop mal marché. C'est seulement dommage de perdre après avoir eu des balles de break dans les 2e et 3e sets. D'habitude, dans ce genre de situation, je ne laisse pas filer. C'est vrai qu'il (Djokovic) est revenu avec plus d'énergie après l'interruption. A la fin, c'est toujours décevant de perdre. J'avais l'habitude de gagner des tournois, alors partir juste après avoir perdu, cela laisse bien évidemment un goût amer. Je ne mets pas longtemps à m'en remettre, mais sur le moment ce n'est pas drôle parce que c'est le genre de match que j'aurais pu gagner.» (AFP)

Faut pas être difficile, avoir un tel talent et être content d'une telle semaine, franchement, va falloir qu'il regarde la vérité en face, il est à 20% de son potentiel et psychologiquement très en-dessous :whist:

Il n'aurait jamais laissé filé un match comme ça il y a deux ans.

Et pendant ce temps-là, bourriquitot Nadal reste numéro un et le fade Murray va probablement grimper à la seconde place en début de semaine prochaine.

A croire que le talent et la prise de risque (cf Federer et Djokovic) ne peuvent rien faire contre la survitamine et le jeu basé sur la défense (cf Nadal et Murray).

Pauvre tennis :whist:

J'espère que demain Djokovic fera un bon match contre la pharmacopée Nadal.

Link to post
Share on other sites

C'est vraiment la saison des pluies pour Roger Federer. Après les larmes de Miami contre Novak Djokovic, le Suisse voit l'orage effacer tous ses espoirs en demi-finales du Masters 1000 de Rome avec une quatrième défaite (4-6, 6-3, 6-3) contre le Serbe en onze confrontations. Le tenant du titre pourra donc défendre son bien contre Rafael Nadal, tombeur (6-3, 6-3) de Fernando Gonzalez (en savoir plus). Au-delà de l'impact de l'interruption d'une heure à 6-4, 2-1 service à suivre en raison de la pluie, la manière interpelle encore et toujours.

L'immense champion ne sait plus "tuer" un match. Son manque de confiance pèse de plus en plus lourd et à l'heure des braves lors des derniers sets, il craque. Le "fameux" langage du corps ne trompe pas en fin de rencontre. Quand Novak Djokovic brandit le poing ou se tape sur le coeur, ce n'est pas factice. Quand Roger Federer baisse la tête, ce n'est pas factice. Si fort lors des points importants à l'apogée de sa carrière, il tremble à l'instant crucial et joue faux. Comme tous les joueurs en panne de confiance, il n'ose pas et laisse son adversaire prendre possession du terrain. Cette demi-finale en deux temps montre le double visage de Roger Federer, serein pendant un set et demi et fébrile lors du "money time".

Un problème mental

Comment ne pas penser à ses deux occasions de double break au deuxième set pour mener 3-0 puis 4-1 ? Comment ne pas se remémorer ce break d'avance 3-1 dans la troisième manche ? Le plus grave ne se situe plus dans le résultat, mais bien dans la manière. L'ancien numéro 1 mondial semble abdiquer dans les dernières manches à l'image de sa finale à l'Open d'Australie ou de son match à Miami. Les exégètes ne vont plus se prendre la tête ou la plume pour gloser sur la mauvaise tactique du Suisse sur terre battue.

Cette nouvelle défaite n'est ni technique ni tactique, elle est bien mentale. Lui qui déteste par-dessus tout la défaite à l'instar de ses larmes après ses échecs à Melbourne ou à Miami, il paraît presque l'accepter sur le court. Il n'arrive plus à passer au-dessus de sa frustration et ses adversaires savent aujourd'hui qu'ils peuvent revenir à tout moment. L'emprise mentale a changé de côté. Le Suisse qui aime tout contrôler oublie peut-être qu'un secteur est difficilement maîtrisable : l'aspect psychologique. Parfois, une aide extérieure comme un coach vous ouvre les yeux... S. D.

Source : L'Equipe

Link to post
Share on other sites

Malheureusement pour Djokovic, il s'est incliné face à Bourriquitot Nadal en finale de Rome.

Il va perdre sa troisième place au profit de Murray. C'est donc ce dernier qui sera aux talons de Federer pour la place de numéro 2 mondial.

Quelle tristesse pour le tennis de voir Nadal remporter ce tournoi. On se retrouve avec un joueur qui nous démontre que la technique, la tactique et le talent ne permettent plus d'être numéro un mondial. Il suffit de bons médicaments, d'un bon pharmacien, d'une bonne équipe médicale, de savoir remettre des passing croisés/décroisés en bout de course et un mental imperméable à tout impondérable. Au grand désarroi des amateurs de tennis :rolleyes:

Link to post
Share on other sites

Information L'Equipe : Des traces de cocaïne ont été retrouvées dans l'échantillon A des urines de Richard Gasquet, contrôlé à Miami alors qu'il venait de déclarer forfait pour le tournoi. Ces traces, de l'ordre de 1,46 microgramme (soit supérieures au seuil de sensibilité de 0,5 demandé à tous les laboratoires accrédités), pourraient valoir au tennisman français une suspension de deux ans si la contre-expertise corroborait la prime analyse.

En effet, la cocaïne figure parmi les stimulants majeurs interdits en compétition. Le joueur français, qui nie toute prise volontaire, n'a pas souhaité réagir à l'information, mais devrait très vite effectuer des analyses capillaires afin de démontrer qu'il n'est pas consommateur régulier. Enfin, le TEAM Lagardère devrait communiquer très vite à ce sujet, probablement dimanche en milieu d'après-midi. - Damien RESSIOT

Source : L'EQUIPE

Quant à Nadal, on me dit à mon oreillette que ... à beh non sa batterie d'avocats a étouffé l'affaire :sorcerer:

Link to post
Share on other sites

Pour le Master Serie de Madrid (qui va remplacer celui d'Hambourg), le tirage au sort a donné un quart de tableau relativement dégagé à Federer avec :

Andreev

Söderling

Benneteau

Roddick

Blake

Davydenko (le plus sérieux sur terre battue)

Quant à Bourriquitot, il devrait trouver Ferrer ou Verdasco sur sa route en quarts.

Link to post
Share on other sites

Pour son premier match au second tour de Madrid, Federer sera opposé à Soderling qui a sorti l'espagnol Navarro-Pasto 6-4 6-2

Link to post
Share on other sites

Roger Federer, tête de série numéro 2, a parfaitement réussi son entrée en lice à Madrid en dominant mardi au 2e tour le Suédois Robin Söderling (6-1, 7-5). Le Suisse retrouvera en huitièmes de finale le vainqueur du duel opposant James Blake à Ivo Karlovic.

Source : L'Equipe

Link to post
Share on other sites

Ils s'arbitrent, s'envoient les balles pour donner un coup de main à des ramasseuses plus mannequins que ramasseuses et disputent un match étrange. Pour leur première confrontation sur terre battue en dix matches, Roger Federer et James Blake produisent ce jeudi un tennis... de surface rapide. A ce jeu, le Suisse n'a pas connu de temps pour s'imposer (6-2, 6-4 en 1h01') contre un Américain, très généreux en fautes directes et toujours englué dans sa stratégie de retours bloqués et de risques maximum.

Finaliste à Estoril la semaine dernière, James Blake passe à côté de son match et Roger Federer gère simplement malgré un départ en douceur. Après un festival d'erreurs, le Suisse trouve la cadence et négocie très bien les points importants à l'image de ses deux breaks au premier set sur un retour de revers gagnant et sur un revers décroisé gagnant. Dans la deuxième manche, le numéro 2 mondial profite d'un break offert d'entrée avec deux doubles fautes et une erreur en coup droit par son adversaire pour décliner par la suite sa solidité au service. Sans plus. Sur un cinquième ace, il termine un match sans faveur et attend désormais Andy Roddick, qui a bénéficié du forfait de Nikolay Davydenko. Un autre Américain pour un autre match de dur et pour une 20e confrontation ! Mais une première sur terre battue.

Source : L'Equipe

Link to post
Share on other sites

Federer a vaincu sans convaincre Andy Roddick en quart, il va retrouver aujourd'hui en demi Del Potro qui a sorti Andy Murray.

Link to post
Share on other sites

Quelques bons coups de raquette ont permis à Federer de sortir Del Potro et d'accéder à la finale du Master de Madrid.

Il sera opposé à la pharmacie sur pattes qui s'est débarrassée d'un très bon Djokovic en 1/2 à qui il a manqué un peu de physique pour assommer l'espagnol au second set.

Link to post
Share on other sites

Premier break pour Federer dans cette finale.

Il mène 5-4 et va servir pour le set.

Un Federer très offensif avec un bon service :sorcerer:

Link to post
Share on other sites

VICTOIRE DE FEDERER SUR NADAL 6-4 6-4 en finale de Madrid. :sorcerer::shaun::whist:

Roger n'a pas eu à forcer son talent pour gagner : un bon service, un jeu offensif et de la présence au filet.

Les 2 hommes n'étaient pas à leur meilleur niveau mais ça n'enlève rien à cette victoire du suisse.

Le gain psychologique va être encore plus avantageux que le titre en lui-même avant RG.

Link to post
Share on other sites

Vainqueur de son premier tournoi de la saison le week-end dernier à Madrid, qui plus est au détriment de sa bête noire Rafael Nadal, Roger Federer aborde Roland Garros avec confiance.

par Nicolas Cerbelle, le 22-05-2009

A Roland Garros

Roger, votre victoire à Madrid contre Rafael Nadal a rassuré tous vos fans. Comment va votre moral ?

Roger Federer : Je me sens très bien. Je suis de bonne humeur. Mon jeu va bien. J'ai l'impression de m’être bien entraîné cette semaine. Je n'ai eu aucun problème pour m'adapter aux conditions qui sont différentes ici par rapport à Madrid. Mentalement et physiquement, je me sens frais. Il est important, bien sûr, de bien jouer au premier tour pour pouvoir aller loin dans ce tournoi. Le tournoi de Madrid m'a vraiment boosté.

Vous avez joué un tennis très offensif à Madrid. Pensez-vous faire la même chose à Roland Garros, même si les conditions sont différentes ?

Roger Federer : J'ai l'impression de toujours jouer offensivement. Je ne suis pas le genre de joueur à attendre l'erreur de l'adversaire. Mais c’est vrai que lors de la finale contre Nadal, j'avais décidé d’être un peu plus offensif que d'habitude. Cela a été une bonne chose. Pendant les tours précédents, j'avais simplement joué mon jeu et cela avait marché. J'étais content de ma manière de jouer.

Quand vous arrivez à Wimbledon ou l’US Open, où vous avez connu beaucoup de succès par le passé, arrivez-vous avec un état d'esprit différent que dans un tournoi comme ici, où vous ne vous êtes jamais imposé ?

Roger Federer : Un peu, je pense. En arrivant à Wimbledon ou à l'US Open où j'ai gagné 4 et 5 fois d'affilée, seule la victoire est envisageable. En même temps, il faut toujours prendre les matches les uns après les autres, quel que soit le tournoi. On ne veut pas trop s'enflammer parce que la route est longue jusqu'à la victoire. Comme cela fait longtemps que je suis sur le circuit maintenant, je prends chaque tournoi très sérieusement. Je suis très professionnel, je ne sous-estime aucun adversaire.

Le fait que Novak Djokovic accroche Nadal en demi-finales à Madrid et que vous le battiez en finale, fait certainement du bien psychologiquement. Vous dites-vous : c'est possible, il est battable ?

Roger Federer : L'important pour moi est que je batte Nadal, pas que Djokovic l’accroche. Cela ne me sert à rien. Mais c’est vrai que lorsque quelqu'un domine une surface comme le fait Rafael sur terre battue, c’est toujours bien de voir qu'il a failli perdre contre Djokovic. Si on le joue de bonne façon, c'est faisable.

Le fait d’avoir battu Nadal vous rend-il plus optimiste?

Roger Federer : Si je joue Rafael en finale, peut-être. Mais nous n'en sommes pas là. Il faudra voir comment cela se passe.

Après Madrid, vous avez dit que vous étiez content du résultat parce que le travail fourni à l’entraînement avait payé. Qu'avez-vous travaillé en particulier avant Madrid ?

Roger Federer : J'ai travaillé le service, la régularité, le jeu de jambes. Je trouvais que j’étais encore un peu lent au niveau du jeu de jambes. J'ai beaucoup travaillé et ça a payé à Madrid. J'ai été surpris que cela marche aussitôt. Mon jeu s’est amélioré très rapidement. Maintenant, tout est en place pour entamer ces deux grands tournois que sont Roland Garros et Wimbledon.

Considérez-vous avoir plus de chances de remporter Roland Garros cette année ?

Roger Federer : Pas vraiment. Les années précédentes, j'ai toujours été l’un des grands favoris pour le tournoi. Non, je n'ai pas plus ou moins de chances d’y arriver. C'est plus ou moins toujours la même chose.

Un mot sur votre premier tour contre Alberto Martin… Un Espagnol sur terre battue, est-ce déjà un premier piège ?

Roger Federer : On verra bien. Si je joue bien, je devrais passer ce premier tour. On ne se connaît pas très bien. Ce que je sais, c’est qu’il est sur le circuit depuis longtemps, comme moi. Je ne l’ai joué qu'une fois. Je l'avais battu 6/0 6/1. C'était le premier match de la saison de terre pour moi (Ndlr : à Monte-Carlo en 2006). J'espère répéter la même performance contre lui ici.

Avez-vous déjà pensez à un plan de retraite ?

Roger Federer : Non. Je veux au moins jouer jusqu'aux Jeux Olympiques de Londres. J’aimerais également bien que mon enfant me voit jouer. Et comme il n'est pas prêt d’avoir cinq ans, ça me laisse encore un peu de temps...

Source : sport24

Link to post
Share on other sites

Pour la partie de tableau de Federer à RG, il aura donc au menu :

L'espagnol Alberto Martn au premier tour (96ème mondial)

Probablement l'argentin Acasuso (46ème mondial) au second tour

Sûrement Paul Henri Matthieu (ou Ginepri) au troisième tour

Blake, Berdych ou Chardy (j'espère) en huitième

Roddick et Montfils sont les têtes de série dans cette septième huitième partie de tableau, ils ne seront probablement pas en quart donc ça fera une formalité pour son quart de finale

Gros match en demi-finale très certainement contre Djokovic (à moins qu'il se fasse surprendre par Del Potro, Ljubicic ou Tsonga).

Et s'il passe la demi (ce qu'il fera à coup sûr), il aura droit à Bourriquitot pour une finale qui ne sera pas comme celle de l'an passé j'espère !

Link to post
Share on other sites

Premier tour sans encombre pour Federer face à Alberto Martin 6-4, 6-3, 6-2

Quelques beaux coups du suisse, un match sérieux.

Bourriquitot quant à lui a peiné face au 98ème mondial en 2h30 se faisant breaker plusieurs fois, peut-être avait-il oublié sa pharmacie à la maison...

Link to post
Share on other sites
Gros match en demi-finale très certainement contre Djokovic (à moins qu'il se fasse surprendre par Del Potro, Ljubicic ou Tsonga).

Ce que je ne comprends pas est que Djokovic est 4e mondiale mais 3e tête de série alors que Murray est 3e mondiale mais 4e tête de série.

Même si c'est logique (Djokovic est meilleur sur terre que Murray), il est dommage que l'ordre n'est pas été respecté. Car sinon, Nadal aurait dû se taper Djokovic en demi puis Federer en finale.

Et à Madrid, on a vu que c'était pas évident, même pour Nadal, d'enchainer deux énormes matchs.

Alors que là, c'est Federer qui va devoir enchainer si il veut gagner RG... Dur, dur...

Même si il élimine Djokovic, au terme d'un match épuisant, le suisse ne sera-t'il pas à ramasser à la petite cuillère par Nadal en finale ?

On verra...

Edited by Gabi
Link to post
Share on other sites
Gros match en demi-finale très certainement contre Djokovic (à moins qu'il se fasse surprendre par Del Potro, Ljubicic ou Tsonga).

Ce que je ne comprends pas est que Djokovic est 4e mondiale mais 3e tête de série alors que Murray est 3e mondiale mais 4e tête de série.

Même si c'est logique (Djokovic est meilleur sur terre que Murray), il est dommage que l'ordre n'est pas été respecté. Car sinon, Nadal aurait dû se taper Djokovic en demi puis Federer en finale.

Et à Madrid, on a vu que c'était pas évident, même pour Nadal, d'enchainer deux énormes matchs.

Alors que là, c'est Federer qui va devoir enchainer si il veut gagner RG... Dur, dur...

Même si il élimine Djokovic, au terme d'un match épuisant, le suisse ne sera-t'il pas à ramasser à la petite cuillère par Nadal en finale ?

On verra...

En fait, Murray est numéro trois mondial et il est tête de série numéro trois.

Djokovic lui est numéro quatre mondial et tête de série numéro quatre.

Mais même si Djoko était numéro trois et Murray numéro quatre, ça ne changerait rien.

Les deux premières tête de série héritent de la première et deuxième partie de tableau.

Il y a ensuite un tirage au sort à savoir avec qui les têtes de série numéro trois et quatre seront opposées. On a donc un tableau divisé en 4 sous-tableaux.

On prend ensuite les têtes de série numéro 5 à 8 et on tire au sort avec qui ils se retrouveront parmi les têtes de série numéro 1 à 4.

Ainsi de suite avec les têtes de série numéro 9 à 16 et 17 à 32. C'est ainsi que sont subdivisées les parties de tableau pour éviter que les cadors se retrouvent trop tôt.

Nadal a eu Murray dans sa moitié de tableau mais aurait très bien pu avoir Djokovic.

Federer a Roddick (tête de série numéro 6) dans son quart de tableau mais aurait pu avoir la tête de série numéro 5 ou 7 ou 8.

Federer a Blake (tête de série numéro 15) dans son huitième de tableau mais aurait pu avoir la tête de série 9, 10, 11, 12, ... ou 16

etc etc

Quant à Djokovic qui est dans la moitié de tableau de Federer, ça ne me déplaît pas trop. Ca fera un bon match de demi-finale avant de se peler Nadal. Et puis gagner (s'il y arrive) face à un Djokovic en demi-finale, c'est bon pour le moral !

Nadal aura un obstacle sérieux en quart (Verdasco ou Davydenko probablement) mais rien de bien sérieux en demi (partie de tableau de Murray), ce qui lui évitera de trop se régler face à un très bon sur terre battue avant la finale.

Link to post
Share on other sites
Gros match en demi-finale très certainement contre Djokovic (à moins qu'il se fasse surprendre par Del Potro, Ljubicic ou Tsonga).

Ce que je ne comprends pas est que Djokovic est 4e mondiale mais 3e tête de série alors que Murray est 3e mondiale mais 4e tête de série.

Même si c'est logique (Djokovic est meilleur sur terre que Murray), il est dommage que l'ordre n'est pas été respecté. Car sinon, Nadal aurait dû se taper Djokovic en demi puis Federer en finale.

Et à Madrid, on a vu que c'était pas évident, même pour Nadal, d'enchainer deux énormes matchs.

Alors que là, c'est Federer qui va devoir enchainer si il veut gagner RG... Dur, dur...

Même si il élimine Djokovic, au terme d'un match épuisant, le suisse ne sera-t'il pas à ramasser à la petite cuillère par Nadal en finale ?

On verra...

En fait, Murray est numéro trois mondial et il est tête de série numéro trois.

Djokovic lui est numéro quatre mondial et tête de série numéro quatre.

Mais même si Djoko était numéro trois et Murray numéro quatre, ça ne changerait rien.

Les deux premières tête de série héritent de la première et deuxième partie de tableau.

Il y a ensuite un tirage au sort à savoir avec qui les têtes de série numéro trois et quatre seront opposées. On a donc un tableau divisé en 4 sous-tableaux.

On prend ensuite les têtes de série numéro 5 à 8 et on tire au sort avec qui ils se retrouveront parmi les têtes de série numéro 1 à 4.

Ainsi de suite avec les têtes de série numéro 9 à 16 et 17 à 32. C'est ainsi que sont subdivisées les parties de tableau pour éviter que les cadors se retrouvent trop tôt.

Nadal a eu Murray dans sa moitié de tableau mais aurait très bien pu avoir Djokovic.

Federer a Roddick (tête de série numéro 6) dans son quart de tableau mais aurait pu avoir la tête de série numéro 5 ou 7 ou 8.

Federer a Blake (tête de série numéro 15) dans son huitième de tableau mais aurait pu avoir la tête de série 9, 10, 11, 12, ... ou 16

etc etc

Quant à Djokovic qui est dans la moitié de tableau de Federer, ça ne me déplaît pas trop. Ca fera un bon match de demi-finale avant de se peler Nadal. Et puis gagner (s'il y arrive) face à un Djokovic en demi-finale, c'est bon pour le moral !

Nadal aura un obstacle sérieux en quart (Verdasco ou Davydenko probablement) mais rien de bien sérieux en demi (partie de tableau de Murray), ce qui lui évitera de trop se régler face à un très bon sur terre battue avant la finale.

Merci Amateur pour ces précisions. :sleeping:

J'étais persuadé que les tirages au sort ne commencaient qu'à partir du no 5 et que le 4e était toujours dans la moitié de tableau du 1er et le 3e dans celui du 2nd.

C'est pour cela que je ne m'étais expliqué la présence de Djoko dans le tableau de Federer et Murray dans celui de Nadal que par un éventuel bouleversement des têtes de série par rapport au classement.

Donc merci de m'avoir appris qu'on attribuait le tableau des 3e et 4e également par tirage au sort.

Bon alors le sort est mal fait... :sorcerer:

Je pense toujours qu'il est préférable d'aborder une finale frais (ce qui sera le cas de Nadal car je vois pas trop Murray l'embêter) plutôt que d'avoir bataillé 4h et être rincé deux jours avant à cause d'une demi éprouvante.

C'est ce qui explique en partie la défaite de Nadal à Madrid.

Bon, la différence à RG, c'est qu'il y a 48h entre la demi et la finale contrairement à Madrid...

Link to post
Share on other sites

Au second tour, Federer a sorti non sans mal l'argentin Acasuso 7-6(8), 5-7, 7-6(2), 6-2.

Un suisse apparemment en courant alternatif qui a été mené 5-1 au troisième set avec deux breaks de retard pour finalement le remporter au tie-break.

Il aura au prochain tour le français PH Mathieu.

Link to post
Share on other sites

Hier, j'étais à Suzanne Lenglen (bon ca, c'est juste pour me la peter) et en voyant jouer Tsonga, je me suis dit que Federer avait vraiment gaché pas mal d'occasions contre Nadal.

Je m'explique : Tsonga jouait contre un bon joueur de terre battue (Monaco). Le Francais n'a pas gagné en tenant l'échange du fond de court et en jouant des bras de fer interminables. Non, il a gagné grâce à son service, à des amortis à gogo et à des variations de jeu (en montant souvent à la volée par exemple). Bref un jeu atypique pour la terre battue.

Or, ces qualités (service, amorti, volée, variation de jeu), Federer les a et il excelle.

Cependant, il a toujours affronté Nadal comme un joueur de terre battue en essayant de le battre sur son point fort (bourrinos, défense de fer, échanges interminables, couverture du terrain exceptionnelle, lift monstrueux et parpaings du fond du court). Or Nadal est imbattable à ce jeu là.

La seule fois qu'il a fait différement, c'est recemment à Madrid (et il a gagné).

Alors je dis pas que Federer va battre Nadal mais perdu pour perdu, autant jouer le tout pour le tout et d'un, multiplier les amortis (mais pourquoi le suisse en fait-il si peu sur terre contre Nadal alors qu'il excelle dans ce geste) et jouer contre-nature sur terre (mais naturel pour Federer) en étant trés offensif.

Vu que si il joue comme ces dernières années, on sait qu'il perdra (avec des fessés de plus en plus fortes et des scores de plus en plus ridicules).

Evidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Le probleme est que Nadal a vraiment progressé par rapport à ces premiers Roland-Garros.

Si Federer avait joué son jeu offensif en 2004, 2005 ou 2006 et enquillait les services gagnants, les volées, les amorties, il aurait peut-être le seul titre qu'il manque à son palmarès.

Là, ca va vraiment être chaud tellement le niveau de Nadal est impressionnant.

Edited by Gabi
Link to post
Share on other sites

Federer a certes gâché des munitions contre Nadal (notamment il y a deux ans après sa victoire à Hambourg) mais le suisse a comme tu dis largement les armes pour battre l'espagnol.

Il s'est montré offensif face à l'espagnol à Madrid et n'est pas rentré dans filière Nadalienne, ce qui l'a permis de gagner.

Une victoire face à Nadal passe par :

- Absolument un très bon service comme à Madrid et pas un pourcentage de 40 à 50% comme on a pu le voir cette saison. Varier le service en kick, en lift, sur l'homme et surtout user de son service extérieur pour monter au filet et mettre tranquillement la balle côté ouvert. Si son service tient, il pourra se concentrer sur les mises en jeu de Nadal et ça c'est un gros gros plus.

- Sur le service de Nadal et notamment sur les deuxième balles, il ne faut pas qu'il hésite à se décaler sur son coup droit et mettre une bonne mine pour déposer l'espagnol, quitte à faire des fautes.

- Dans le jeu, il doit utiliser ses amorties mais pas à outrance car Nadal a une bonne couverture sur le long du court, son amortie doit lui être utile pour éviter les longs échanges et les faire quand Nadal est loin de sa ligne et qu'il ne s'y attend pas. Utiliser aussi quelques amorties pour amener Nadal au filet et lui tirer un passing ou un lob après. Il lui faudra monter au filet quitte à se prendre des passings car Nadal est excellent dans ce domaine. Il ne devra pas utiliser à outrance son slice qui n'a aucun effet sur terre mais le faire vraiment qu'en cas de position de défense. Et quand Nadal dominera l'échange, il lui faudra essayer de faire le maximum de demi-volées sur sa ligne comme il sait si bien le faire pour ne pas reculer et se faire pilonner. Quand l'espagnol lui mettra quelques balles assez hautes sur son revers, il ne devra pas hésiter à se décaler sur son coup droit et trouver les bons angles car sinon il recevra une praline côté ouvert.

- Ne pas laisser filer des points comme il fait couramment quand il considère que le jeu est perdu.

Nadal, on le connaît face à Federer : coups très liftés sur le revers du suisse qui avec son revers à une main a énormément de mal à la remettre. Et pour éviter cela, il faut soit éviter le long échange, soit le dicter.

Il faudra voir les conditions mentales dans lesquelles Roger entrera sur le terrain. Si ses mises en jeu se passent sans trop d'accroc, il peut largement faire quelque-chose.

Wait and see.

Link to post
Share on other sites

Je lisais une interview de Federer et je crois que pour les amortis il a compris que ça marchait face a Nadal...heureusement qu'il a gagné a Madrid ça le rebooste dans la tête...

Sinon Amateur, tu vois qui comme concurrent sérieux a Nadal excepté Federer?

Link to post
Share on other sites

Pour battre Nadal sur terre battue et en cinq sets, hormis Federer, il m'en vient trois :

- Del Potro

- Verdasco

- et surtout Djokovic

Les deux premiers ont un sacré coup des deux côtés, manque un peu de déplacement au premier et le mental au second (cf Madrid). Ils sont tous deux capables de réaccélerer les balles de l'espagnol mais il faut le faire sur chaque point, chose que Verdasco est plus capable de faire je pense.

Enfin il y a Djokovic qui est capable de tenir l'échange du fond du court, pas vraiment gênée par le lift de l'espagnol, ayant un très bon service (moins puissant mais plus varié que celui de Del Potro) et vient de temps à autres au filet pour se montrer offensif et fait de plus en plus d'amorties comme Federer. Il a le jeu le plus complet des trois et a déjà battu l'espagnol contrairement aux deux autres.

Le seul hic pour Djokovic sur un match sur terre battue en 5 sets, c'est sa condition physique (ou sa trousse à pharmacie au choix). Il tient Nadal 2 voire 3 heures mais au-delà, il sera obligé de quitter le fond du court et prendre des risques. D'ailleurs, le serbe a un peu de mal avec la chaleur, il a eu plusieurs interventions sur terre cette saison par forte température.

Ensuite : Murray, Roddick, Simon et Tsonga sur terre battue, ça n'est vraiment trop ça ; bien que je n'ai vu aucun match de Jo sur terre battue, je me fie à ses résultats. Simon s'est fait sortir en 3 sets face à Hanescu aujourd'hui pour info.

Edited by amateur
Link to post
Share on other sites

Première mise en jeu sans souci pour le suisse qui mène 1 jeu à rien dans ce premier set face à PHM.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...