Jump to content

David Couzinet - Le « grand » sort du lot


Recommended Posts

« En pri-son, Cou-zi-net ! ».

Le slogan a résonné dans les tribunes de Jean-Dauger, lors du dernier derby. Et bien au-delà... Cinq jours plus tard, lors d'une réception au Conseil général, le président de l'assemblée départementale offre un ouvrage au deuxième ligne biarrot. Il est intitulé, « Y-a-t-il une vie après la prison ? ». David Couzinet a pris ce clin d'oeil avec le sourire, preuve que derrière cette dure carapace de 2,04 mètres se cache un garçon sensible, qui ne manque pas d'humour. Un homme qui a changé, aussi, au fil de ses cinq saisons passées à Biarritz.

En arrivant d'Agen, le deuxième ligne originaire de la région toulousaine est précédé d'une réputation de rude guerrier, souvent excessif, parfois brutal et forcément indiscipliné. Le genre de gaillard que l'on préfère avoir dans son équipe plutôt qu'en face. David Couzinet a le rôle ingrat du « méchant », chargé du nettoyage et de la protection rapprochée de ses partenaires. Ce rôle n'a pas vraiment changé au Pays Basque, il a juste évolué, en même temps que son comportement en dehors du terrain. Le deuxième ligne n'a pris que trois cartons jaunes en deux saisons, et surtout, son temps de jeu a largement progressé.

Equilibre.

Une tendance qui se conjugue avec l'arrivée d'une petite fille, Elea, dans son foyer. Comme l'équilibre nécessaire pour canaliser ses énergies. Depuis le début de saison notamment, c'est tout le collectif biarrot qui en profite. Au point que Jacques Delmas, l'entraîneur des avants biarrots, l'aligne à 17 reprises sur les 19 matches joués par le BO depuis août (championnat et Coupe d'Europe confondus), soit un total de 1049 minutes de jeu en quatre mois (62 minutes en moyenne par match). « Si je devais évaluer les avants depuis le début de saison, c'est David qui aurait la meilleure note, précise Jacques Delmas. C'est le plus régulier, le plus performant. Il a parfaitement intégré tous nos systèmes; dans la construction, c'est un joueur très important. On a l'habitude de le voir dans les phases de combat, mais il participe aussi au jeu. »

Un tendre, Couzinet ? L'entraîneur tempère : « On connaît le garçon. Il est un peu susceptible. C'est avant tout un grand timide, un impulsif qui supporte mal l'injustice. Quand il fait parler la poudre, il culpabilise juste après. Je pense que son environnement, sa famille, jouent un rôle positif prépondérant. Aujourd'hui, c'est un leader du groupe. »

Hommage.

Le capitaine Benoît August confirme. David Couzinet dégage charisme et respect, il devient un élément moteur du club champion de France. « Il a un gros caractère, pas toujours facile à gérer (il rit), mais il nous apporte beaucoup, notamment par son agressivité sur le terrain. Il fait un début de saison très intéressant, et mérite d'être reconnu comme homme du match la semaine dernière. C'est important d'avoir un mec comme lui dans le groupe. » Le deuxième ligne s'est acheté une bonne conduite. En fin de contrat, il ne cesse de dire qu'il se plaît au Pays Basque et qu'il souhaite y rester. Le « grand » (son surnom, forcément) n'a pas fini de croître.

Pierre Sabathié

http://www.sudouest.com

_______________________________________________________________________

« Sud Ouest ». Qu'est-ce-qui a changé entre le Couzinet d'Agen et le Couzinet de Biarritz ?

David Couzinet. J'ai une réputation qui me suis depuis Agen. Mais elle ne me dérange pas. Même quand les Bayonnais crient « en prison, Couzinet » ! Mes partenaires me branchent bien avec ça, mais franchement, ça ne me fait rien. A Agen, je devais intervenir dans le combat, c'est tout. A Biarritz, on me demande une certaine polyvalence. Si sur une action, je dois me placer en neuf, je le fais, ça ne me gêne pas. J'avais appris ce style de jeu à Toulouse; au BO, je me sers de toutes mes qualités.

Comment avez-vous réussi à améliorer votre discipline ?

J'ai fait des efforts. J'ai vite senti que cela me pénalisait beaucoup, et que ça pénalisait l'équipe. Alors, malgré les provocations, j'essaie de me maîtriser, même si parfois... Cela vient aussi du fait que je dois davantage m'impliquer dans le jeu au BO, j'ai moins le temps pour le reste.

Pensiez-vous faire une telle carrière en signant à Biarritz il y a cinq ans ?

J'avais d'abord signé un contrat de deux ans, et je l'ai prolongé de trois années supplémentaires. Je suis venu à Biarritz en me disant que j'aurais plus de possibilités de gagner des titres qu'à Agen, je ne me suis pas trompé. Au cours des cinq saisons, il y a eu des périodes plus faciles que d'autres. En ce moment, tout va bien, j'ai la chance de pouvoir enchaîner les matches, j'en ai besoin pour être performant. Mais je le dois aussi aux blessés depuis le début de saison en deuxième ligne.

Vous semblez très serein, notamment depuis la naissance de votre fille, Elea...

C'est vrai que cela m'a fait du bien de me poser. A tous les niveaux. Ma vie de famille est ici, à Biarritz. C'est ici aussi que je prépare l'avenir en investissant (il a créé une société avec Philippe Bernat-Salles et Dimitri Yachvili dans le prêt-à-porter). On tente une expérience, on prend beaucoup de plaisir dans ce que l'on fait.

Avez-vous envie de prolonger votre contrat à Biarritz ?

On est en pleins pourparlers avec les dirigeants. J'ai très envie de rester ici, même si j'ai des sollicitations par ailleurs. Je vais avoir 32 ans en juin prochain, mon dernier contrat, je souhaite le signer au BO.

:lol:

sod.jpg

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...