Jump to content

Itw Heymans « On Est Bien Ensemble »


Xv-31

Recommended Posts

Entre une séance de récupération le matin, un déjeuner à assurer auprès de ses deux jeunes enfants dans la foulée et un avion à prendre d'urgence pour rejoindre Paris dans l'après-midi, Cédric Heymans a passé la journée d'hier à courir. Au lendemain du succès européen (et bonifié !) face au Leinster de Brian O'Driscoll (33-6), l'ailier bondissant du Stade Toulousain a la pêche. Un essai, une géniale passe décisive pour Poitrenaud et des actions d'éclat en veux-tu, en voilà : contrairement aux apparences, il ne vit pourtant pas comme il joue, à 100 à l'heure. Hier, il a donc pris le temps de s'étendre longuement par téléphone sur ses petits bonheurs du moment. Avant d'aller les confronter à la réalité biarrote, samedi prochain (15 heures).

« Sud Ouest ». Vous paraissez avoir gardé une forme internationale, comment avez-vous récupéré du Mondial ?

Cédric Heymans. Pour ma part, j'avais demandé au club de jouer d'entrée à Dax, lors de la 1re journée (victoire 15-10). J'avoue que je ne pensais pas prendre un coup de massue aussi violent. Et là, je l'ai bien pris dans la figure ! Pas physiquement, mais mentalement. Après, le match face à Paris arrivant, tu te remobilises. Mais là, c'est le corps qui a lâché : le club m'a donc donné une grosse semaine de vacances. J'ai pu partir avec ma famille, loin de Toulouse et je suis revenu frais et dispo, avec une grosse envie de jouer et de m'amuser avec mes potes.

La Coupe du monde, en parlez-vous entre internationaux ?

Non. (Il se ferme) Autant on est complices, autant entre nous, la Coupe du monde reste un sujet fragile. Ce n'est pas tabou, mais on n'en parle pas. La fin nous a vraiment laissé un drôle de goût, alors je crois qu'on s'octroie chacun le droit de l'évacuer dans son coin.

Comment expliquer cette joie de jouer toulousaine retrouvée comme par enchantement ?

Avant le Leinster, on en a parlé et on s'est dit qu'on avait tous envie de jouer ensemble, de retrouver notre stade Ernest-Wallon aussi, qui est de plus en plus beau. On est bien ensemble. Et puis les préparateurs physiques ont tout fait pour amener les joueurs qui n'étaient pas au Mondial au même niveau que nous. D'après ce que j'en sais, ils en ont chié ! Mais ça se voit. Après une première mi-temps sévère dans l'engagement, on a ensuite été capables d'accélérer dès la reprise et jusqu'à la fin du match, c'est le signe qu'on est bien physiquement.

Comment se vit l'énorme concurrence au quotidien ?

Notre manageur Guy Novés a insisté là-dessus : nous sommes un club, pas une sélection. Même s'il y a de la concurrence, tant que l'effectif sera là, tout le monde jouera. Les choix, s'il faut en faire, viendront plus tard. Même si on a toujours autant de bons ailiers, des troisièmes lignes à revendre et des demis en bagarre.

Justement, comment se passe la cohabitation Kelleher-Elissalde en numéro 9 ?

Baptiste est parti en vacances cette semaine, il en avait besoin, comme moi avant lui. Quant à Byron, il fait tous les efforts du monde pour s'adapter, comme avait pu les faire Trevor Brennan (ndlr : international irlandais) à son arrivée. On aurait pu craindre de lui qu'il le prenne par-dessus la jambe, mais il a vraiment envie de s'intégrer. Et comme il ne m'a pas l'air du tout perdu dans le jeu, ça risque de nous faire un beau duel cette saison avec « le rat ».

Au-delà de l'aspect affectif, comment expliquer une si belle cohésion si vite dans la saison ?

Devant, ils ont eu tout le Mondial pour bosser ensemble. Et comme derrière, ça fait quatre ou cinq ans qu'on joue les uns avec les autres, ça peut donner l'impression d'aller vite. Il faut dire qu'après des débuts difficiles à Dax, les gros matchs sont vite arrivés, on est donc allé à l'essentiel. Le discours dominant est : on revient à ce qui a toujours fait notre force.

Ce qui veut dire?

Les avants vont aussi reprendre le jeu à leur compte. Cette année, il y a une vraie volonté de revoir des avants rouge et noir dominateurs : je crois qu'ils en ont assez d'entendre « les avants du Stade Toulousain craquent dans les gros matchs, il faut les prendre là? » Il y a plus de maturité, de liant, c'est sûr, pour l'instant.

Vous sentez-vous favoris samedi face à des Biarrots qui ne sont pas au mieux ?

Pas au mieux ! Quand tu n'es pas au mieux, tu perds, non ? ! Eux n'en ont pas perdu un. Alors que le BO n'ait pas l'efficacité et le volume de jeu qu'il voudrait avoir, c'est une chose. Mais il ne faudrait pas non plus que leur premier match-référence de la saison soit celui-là. On les a souvent mis en valeur dans le passé, ils se retrouvent fréquemment face à nous. C'est sûr, on va à Biarritz avec l'intention de rester dans la même dynamique. Mais on ne va surtout pas dire « tout va très bien madame la marquise » au bout de quatre matchs. On s'est tellement vus beaux certaines années.

Jean-Pierre Dorian

http://www.sudouest.com/

:shuriken:

Link to comment
Avant le Leinster, on en a parlé et on s'est dit qu'on avait tous envie de jouer ensemble, de retrouver notre stade Ernest-Wallon aussi, qui est de plus en plus beau. On est bien ensemble.

:biggrin:

Quant à Byron,il fait tous les efforts du monde pour s'adapter, comme avait pu les faire Trevor Brennan (ndlr : international irlandais) à son arrivée. On aurait pu craindre de lui qu'il le prenne par-dessus la jambe, mais il a vraiment envie de s'intégrer.

:shuriken::mad:

Et comme il ne m'a pas l'air du tout perdu dans le jeu, ça risque de nous faire un beau duel cette saison avec « le rat ».

mdr! :biggrin:

je crois qu'ils en ont assez d'entendre « les avants du Stade Toulousain craquent dans les gros matchs, il faut les prendre là? »

ce genre de phrase va faire plaisir à plus d'une personne! :lol: :lol:

Link to comment

La preuve qu'il y a de la bonne humeur ... vraiment ce Byron me plait mais me plait alors !!!!!!!

footamericain.jpg

Link to comment
Le discours dominant est : on revient à ce qui a toujours fait notre force.

Ce qui veut dire?

Les avants vont aussi reprendre le jeu à leur compte. Cette année, il y a une vraie volonté de revoir des avants rouge et noir dominateurs : je crois qu'ils en ont assez d'entendre « les avants du Stade Toulousain craquent dans les gros matchs, il faut les prendre là? » Il y a plus de maturité, de liant, c'est sûr, pour l'instant.

:shuriken::mad:

Enfin, on se rappelle que le rugby commence devant, que tous nos titres en championnat sont venus de là et qu'on a un peu abandonné ce secteur depuis quelques années (bizarrement, on est plus champion de France non plus...)

Faut il y voir aussi le changement de Lairle par Bru ??

Link to comment
Le discours dominant est : on revient à ce qui a toujours fait notre force.

Ce qui veut dire?

Les avants vont aussi reprendre le jeu à leur compte. Cette année, il y a une vraie volonté de revoir des avants rouge et noir dominateurs : je crois qu'ils en ont assez d'entendre « les avants du Stade Toulousain craquent dans les gros matchs, il faut les prendre là? » Il y a plus de maturité, de liant, c'est sûr, pour l'instant.

:shuriken::mad:

Enfin, on se rappelle que le rugby commence devant, que tous nos titres en championnat sont venus de là et qu'on a un peu abandonné ce secteur depuis quelques années (bizarrement, on est plus champion de France non plus...)

Faut il y voir aussi le changement de Lairle par Bru ??

Mouai suis pas sur que Lairle avait abandonne l'idee que le rugby commence devant :lol:

Maintenant peut etre que Bru a su trouver les mots pour se faire entendre. Il faisait bien parti de ces avants

qui ne faisaient plus peur.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...