Jump to content

Prod2 20eme Journée


Parigot

Recommended Posts

20ème Journée : 22 et 23 mars 2008

Blagnac / La Rochelle 12-31

Grenoble / Narbonne 6-13

Lyon / Aurillac 28-9

Bordeaux-Bègles / Toulon 8-20

Oyonnax / Racing-Métro 9-16 :smile:

Béziers / Agen 25-9

Mt de Marsan / Limoges 19-12

Tarbes / Pau 3-8

Link to comment
20ème Journée : 22 et 23 mars 2008

Blagnac / La Rochelle 12-31

Grenoble / Narbonne 6-13

Lyon / Aurillac 28-9

Bordeaux-Bègles / Toulon 8-20

Oyonnax / Racing-Métro 9-16 :smile:

Béziers / Agen 25-9

Mt de Marsan / Limoges 19-12

Tarbes / Pau 3-8

Thomas Lombard, comment jugez-vous cette victoire à Oyonnax ?

C'est une satisfaction d'avoir réussi à décrocher un bon résultat à Oyonnax qui n'avait plus perdu à domicile depuis deux ans. Nous n'avions pas réussi à le faire à Bordeaux. C'était une contre-performance même si Bordeaux est une bonne équipe. Il fallait essayer de se rattraper. C'est chose faite. Dans notre course pour la qualification, nous sommes toujours dans les clous. Si on n'avait pas pu l'emporter ce week-end, on se serait remis la pression en termes de classement. Pour toutes ces raisons, c'est une victoire satisfaisante.

Aucune équipe n'avait réussi à s'imposer là-bas depuis le 13 mai 2006. C'est un authentique exploit que vous avez accompli dans des conditions météo difficiles…

Oui, c'est vrai. Les conditions de jeu n'ont pas vraiment avantagé les deux équipes. Mais nous avons un paquet d'avants et la neige a peut-être plus favorisé notre jeu. Nous avons surtout eu la possibilité de marquer un essai. Cette capacité à scorer a été décisive. Nous sommes parvenus à marquer des points sur nos temps forts. Eux, ont moins bien su le faire.

Vous avez donc surtout été plus réalistes ?

Oui, exactement. Les conditions étaient vraiment extrêmes avec la neige. C'était certain que l'équipe la plus réaliste et qui commettait le moins de fautes possibles allait l'emporter.

Comment avez-vous fait pour vous adapter à ces conditions ?

(Rires) C'est assez courant pour Oyonnax de jouer dans ces conditions. Pour nous, ça l'est un peu moins. Mais la neige n'est pas le plus gênant. Une pluie abandonnant l'aurait été davantage. On pouvait tout de même se faire des passes et développer du jeu.

« On ne doit pas s'enflammer »

Le gros point positif n'est-il pas votre présence dans votre combat ?

Oui, mais c'est la base de la Pro D2. Si on n'est pas présent dans le combat, que l'on n'a pas une bonne conquête et une bonne organisation défensive, c'est dur d'exister. Surtout quand on a la prétention d'aller chercher des résultats à l'extérieur. Nous avons existé car nous avons eu les ingrédients nécessaires pour performer en Pro D2. C'est tout. Après, nous n'avons rien fait d'extraordinaire. Nous avons été solides sur les fondamentaux. C'est basique la Pro D2. Ce n'est pas forcément l'équipe qui envoie le plus de jeu qui gagne mais celle qui est la plus rigoureuse et la plus forte sur ses bases.

Sentez-vous, comme votre encadrement, que l'équipe progresse depuis quelques semaines ?

Oui, l'équipe progresse. On arrive à concrétiser un peu plus ce que l'on met en place à l'entraînement. Ce n'était pas forcément le cas avant. On arrive surtout à s'inscrire dans la durée en termes de performance. Battre Mont-de-Marsan était une première étape. Gagner à Oyonnax en est une autre. Le calendrier est compliqué jusqu'à la fin de saison. Nous devons avoir de la continuité dans nos résultats.

Et conforter votre troisième place ?

Oui, nous sommes troisièmes et même virtuellement deuxièmes car nous avons un match de plus à la maison. Nous avons encore des ambitions à nourrir. Mais on ne doit pas s'enflammer. D'un week-end à l'autre, on peut vite retomber sur terre. La Pro D2, c'est très exigeant.

Quelle est l'ambiance dans le groupe ? Certaines rumeurs faisaient état de tension notamment entre Agustin Pichot et l'encadrement…

Ce n'est pas tendu du tout. Quand des joueurs ont du caractère et une certaine conception du rugby, ils s'expriment. Et c'est bien. On vit aussi parce qu'il y a des personnalités dans une équipe, des gens qui sont des meneurs. Le groupe vit à travers eux et inversement. On doit laisser tout le monde s'exprimer. Quand on travail dans une atmosphère de victoire et que l'on peut s'appuyer sur quelqu'un comme Pierre Berbizier, il n'y a pas de problème. A titre individuel, je me régale et j'espère qu'on ne va pas s'arrêter en si bon chemin.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...