Jump to content

La Vieille France Jacobine


bob

Recommended Posts

Plaques minéralogiques : la fronde s'amplifie

Angélique Négroni

30/04/2008 | Mise à jour : 07:32 | Commentaires 150

Créé à l'initiative du député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Mallié, le collectif baptisé « Jamais sans mon département » dépasse les clivages politiques.

Soixante-douze parlementaires, hostiles à la disparition du numéro du département, viennent de saisir Michèle Alliot-Marie.

L'hostilité à la réforme des plaques d'immatriculation fait tache d'huile. Après les conseillers généraux, les députés. À leur tour ces derniers s'organisent pour faire échec au projet des nouvelles plaques sur lesquelles la référence au département disparaîtra. Des modèles qui entreront en vigueur dès le 1er janvier prochain.

À l'initiative du député UMP des Bouches-du-Rhône, Richard Mallié, un collectif baptisé « Jamais sans mon département » s'est créé il y a trois semaines et compte déjà plus de soixante-dix adhérents chez les députés. Le sujet dépasse les clivages politiques : parmi les contestataires, on dénombre 25 socialistes, deux non-inscrits et des dizaines d'UMP. « Nous voulons que les numéros des départements figurent obligatoirement sur les plaques, alors que cela sera facultatif », explique Richard Mallié en rappelant l'attachement de la population à ces inscriptions. Et d'évoquer ces voyages en voiture où l'on apprend aux enfants le découpage administratif de la France en lisant les fameux petits rectangles d'acier… Mais le système d'immatriculation actuel arrive à saturation.

« À l'heure où l'on parle de mondialisation, il faut pouvoir s'enraciner. Et le département est un repère fort », martèle l'élu qui ne redoute pas la disparition de cette entité administrative. « Le rapport Attali l'a certes évoquée mais Nicolas Sarkozy s'y est opposé », rappelle-t-il en avançant un autre argument pour la conservation des plaques actuelles. La sécurité. « Quand on voit un conducteur qui n'est pas de notre coin, on est encore plus vigilant sur la route car on sait qu'il peut se perdre et avoir une conduite dangereuse. »

Vent de révolte

Cette mobilisation des députés ne devrait pas en rester là. Déjà, d'autres représentants de la nation ont décidé de se rallier à eux. C'est le cas du sénateur centriste, Jean Boyer. « Depuis que ce projet est annoncé, j'y suis hostile », explique-t-il. Nombre d'élus départementaux ont en effet déjà exprimé leur désaccord avec cette réforme. Des motions ont été votées dans ce sens et des tracts ont été distribués. « Un tiers des départements ont manifesté leur désapprobation », estime-t-on à l'Assemblée des départements de France.

Malgré ce vent de révolte qui balaie la France, le ministère de l'Intérieur qui pilote ce projet, ne devrait guère faire machine arrière. Tout est déjà lancé pour mener à bien les changements. Des réunions d'information avec les représentants des préfets sont en cours, et une convention avec les constructeurs automobiles devrait être signée d'ici à quelques semaines. Place Beauvau, on juge d'ailleurs cette agitation bien inutile : « Rappelons que l'automobiliste pourra ajouter le numéro du département de son choix. »

La lettre adressée lundi par les députés à Michèle Alliot-Marie ne devrait donc pas changer le cours de la réforme. Les parlementaires ont convenu de se réunir mercredi prochain pour décider quelle suite donner à leur mouvement.

Link to comment

Y en a vraiment qui ont des problèmes existentiels dans la vie qui méritent que l'on y mette toute son énergie :sleeping: Pendant ce temps la France se pauperise malgré le fait que les Français se soient mis au vélo tout en retenant leur souffle à cause des particules qui polluent l'atmosphère, économisent jusqu'au bout de pécu. Nos enfants à 1/2 illétrés postulent pour l'ENA, pendant que nos petits vieux se grattent les croûtes dans des mouroirs. Non franchement il a raison le Père Maillé, on va tous vers le désastre mais au moins on y va avec une belle plaque à l'effigie d'un département.

Les catalans mettent un âne sur leur capot, on a juste à trouver un animal totem pour chaque département et puis le tour est joué. Je postule pour l'Huitre :sleeping:

Link to comment
Guest Nameless
Nos enfants à 1/2 illétrés postulent pour l'ENA, pendant que nos petits vieux se grattent les croûtes dans des mouroirs.

On dirait un rap :sleeping:

Mais c'est tellement vrai ce que tu dis, bravo leilei

Name

Link to comment
Parigot tête de veau
Y en a vraiment qui ont des problèmes existentiels dans la vie qui méritent que l'on y mette toute son énergie :sorcerer: Pendant ce temps la France se pauperise malgré le fait que les Français se soient mis au vélo tout en retenant leur souffle à cause des particules qui polluent l'atmosphère, économisent jusqu'au bout de pécu. Nos enfants à 1/2 illétrés postulent pour l'ENA, pendant que nos petits vieux se grattent les croûtes dans des mouroirs. Non franchement il a raison le Père Maillé, on va tous vers le désastre mais au moins on y va avec une belle plaque à l'effigie d'un département.

Les catalans mettent un âne sur leur capot, on a juste à trouver un animal totem pour chaque département et puis le tour est joué. Je postule pour l'Huitre :glare:

Il manque un passage sur la faim dans le monde, l'alcoolisme en France et enfin les femmes battues...

Sur ce sujet les espagnols ont retiré les deux lettres qui indiquaient la province d'origine du véhicule. Ils ne s'y sont pas encore habitués pour un grand nombre d'entre eux.

Link to comment
Sur ce sujet les espagnols ont retiré les deux lettres qui indiquaient la province d'origine du véhicule. Ils ne s'y sont pas encore habitués pour un grand nombre d'entre eux.

Les rivalités régionales sont on le sait beaucoup plus exacerbées là bas (basques, catalans etc.) et le but était de lutter contre le vandalisme visant certaines plaques dans certaines régions.

Link to comment
Guest perrot
Sur ce sujet les espagnols ont retiré les deux lettres qui indiquaient la province d'origine du véhicule. Ils ne s'y sont pas encore habitués pour un grand nombre d'entre eux.

Les rivalités régionales sont on le sait beaucoup plus exacerbées là bas (basques, catalans etc.) et le but était de lutter contre le vandalisme visant certaines plaques dans certaines régions.

pt être mais au moins eux ils ne bradent pas leur histoire et leur identité à l'aune de quelques années d'unité espagnole.

comme nos amis catalans qui chantent d'abord leur hymne avant d'entonner la marseillaise.

nos, o combien, éminents historiens parisiens pourront ajouter à leur longue liste des lieux de mémoire de la république les plaques d'immatriculation

pauvre Pays, celui qui se croit moderne et républicain et qui en fait est le plus conservateur et le plus monarchique !

je sais je me répète et vais agacer menelas, mahatma et d'autres mais pour moi, rugby, terroirs et identités se conjuguent.

Mais comme dirait frère Maxence, le forum est libre et la circulation des idées favorise l'intelligence collective non ?

Link to comment
Parigot tête de veau
Sur ce sujet les espagnols ont retiré les deux lettres qui indiquaient la province d'origine du véhicule. Ils ne s'y sont pas encore habitués pour un grand nombre d'entre eux.

Les rivalités régionales sont on le sait beaucoup plus exacerbées là bas (basques, catalans etc.) et le but était de lutter contre le vandalisme visant certaines plaques dans certaines régions.

Il me semble que l'explication est toute autre, il y a une décision qui a été prise à Bruxelles pour uniformiser les plaques minéralogiques des véhicules de l'Union. Certains pays comme l'Espagne ont déjà appliqué la décision de la commission et d'autres vont l'appliquer bientôt comme la France. Il sera toujours possible d'indiquer à coté du drapeau étoilé sur fond bleu par une lettre ou deux le pays d'origine.

Link to comment

je trouve ca nul d'enlever la connotation regionale des plaques, c'etait bien au camping de trouver des 31 dans le trou du cul de l'espagne...:modebeauf: c'est vraiment des gros blaireaux ces hommes politiques ils devraient s'occuper de notre porte monnaie :blink:

Link to comment
Guest perrot
Sur ce sujet les espagnols ont retiré les deux lettres qui indiquaient la province d'origine du véhicule. Ils ne s'y sont pas encore habitués pour un grand nombre d'entre eux.

Les rivalités régionales sont on le sait beaucoup plus exacerbées là bas (basques, catalans etc.) et le but était de lutter contre le vandalisme visant certaines plaques dans certaines régions.

Il me semble que l'explication est toute autre, il y a une décision qui a été prise à Bruxelles pour uniformiser les plaques minéralogiques des véhicules de l'Union. Certains pays comme l'Espagne ont déjà appliqué la décision de la commission et d'autres vont l'appliquer bientôt comme la France. Il sera toujours possible d'indiquer à coté du drapeau étoilé sur fond bleu par une lettre ou deux le pays d'origine.

exact et à droite tu auras la possibilité d'apposer le logo de ta région, de ta ville voire du département. donc tout ça comme dirait un dramaturge célèbre, du bruit pour rien et comme il est écrit plus haut, les députés feraient mieux de s'occuper de nous ...

mais il est vrai qu'au regard de leur pouvoir aujourd'hui, faut bien qu'il passe le temps histoire de justifier pourquoi il palpe 6500 € net par mois !

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...