Jump to content

Clash A La Tete De L'Edf


erixx1

Recommended Posts

Le patron, c'est Lièvremont

Le trio qu'il formait avec Emile Ntamack et Didier Retière éclate. Le sélectionneur du XV de France "reprend la main" : il va se rapprocher du terrain, diriger les entraînements et ne sera plus assisté par ses adjoints en conférence de presse.

Coup de tonnerre ce mardi au CNR de Linas-Marcoussis où Marc Lièvremont avait invité quelques journalistes de différents médias, dont Midi Olympique. Autour d'un déjeuner convivial, le sélectionneur du XV de France a annoncé plusieurs changements dans l'organisation des Bleus, effectifs dès le Tournoi et jusqu'à la Coupe du monde. Première chose : son retour au terrain. Plus "observateur", pour reprendre son mot, qu'exécutant, jusqu'alors, lors des entraînements, Lièvremont va reprendre la main. En particulier avec les trois-quarts, dont il avait complètement abandonné la responsabilité à Emile Ntamack. "Je suis un ancien avant et, par sensibilité, je me suis beaucoup investi avec eux jusqu'à maintenant. J'ai délégué les trois-quarts à Milou mais je l'ai laissé trop seul. J'ai essayé de rééquilibrer les choses en impliquant Gonzalo Quesada mais ça n'a pas fonctionné et je ne m'en suis pas rendu compte assez vite".

Autre changement : la stratégie, les lancements de jeu, seront désormais validés dès le lundi de la semaine précédent le match du week-end. Jusqu'alors, ils étaient travaillés par séquence tout au long des jours de préparations, et les joueurs s'y perdaient parfois un peu. Deuxième point : ses adjoints ne seront plus présents lors des conférences de presse. Lièvremont parlera seul au nom du XV de France. Ntamack et Retière auront bien sûr toujours le droit à la parole, mais plus dans ce cadre-là. "J'ai toujours voulu impliquer les membres de mon staff, à commencer par Didier et Emile. Mais je pressentais qu'il fallait que je reprenne la main. Le même message exprimé par trois personnalités différentes, cela a pour effet de le diluer ou de le compliquer".

La "branlée "a permis de crever l'abcès "

La "branlée" reçue contre l'Australie (16-59) n'aura donc pas été totalement vaine. "Elle a aussi permis de crever l'abcès avec les joueurs", dit le sélectionneur. Avec le capitaine Thierry Dusautoir notamment. "J'ai été très dur avec lui au lendemain du match mais sans jamais remettre en cause son capitanat. C'est moi qui l'ai choisi et il est incontournable. J'espérais un lien plus étroit, non pas entre lui et le staff, mais entre lui et moi. Il est parti en vacances pendant une semaine et nous nous sommes parlés à son retour. Je voudrais qu'il se concentre sur son jeu. Dans son rôle de capitaine, il subit trop son rapport à la presse. Je lui ai aussi demandé de le changer". Le projet de jeu ? "Il n'est pas farfelu, comme je l'entends dire, il n'est pas non plus issu de la DTN, et je suis persuadé qu'il est validé dans son ensemble par les joueurs".

Son management ? Il a été l'objet de quelques erreurs, que Lièvremont reconnaît volontiers. Elles ont d'ailleurs été au menu d'une discussion musclée avec Pierre Camou lors d'un déjeuner en tête à tête la semaine dernière : ne pas avoir aligné Dusautoir lors du premier test de la tournée d'automne face au Fidji ; l'affaire Ouedraogo ; et le renvoi d'Harinordoquy pour l'Australie. Néanmoins, l'entrevue entre le président de la FFR et le sélectionneur semble avoir eu le mérite de regonfler ce dernier. "Depuis l'affaire du VII (avant la tournée d'été, NDLR), j'avais le sentiment que nos routes s'étaient éloignés. Cet échange a été très constructif".

Quant au bilan de Marc Lièvremont depuis trois ans qu'il est aux commandes du XV de France, le sélectionneur lui-même le traduit par les chiffres : "31 matchs, 18 victoires et 13 défaites, dont trois majeures". Lesquelles ? "L'Angleterre (2009), l'Argentine et l'Australie (2010), juge-t-il. "Après la défaite en Argentine, j'ai passé un sale été. Je me suis senti responsable, j'ai subi cette tournée et j'ai été très marquée". L'Australie, elle, aura donc permis de mettre les choses à plat. Des choses que Lièvremont lui-même a proposé de venir exposer au comité directeur de la FFR, vendredi dernier. "Il n'a jamais été question que je sois mis sous tutelle, précise-t-il. Cela n'a jamais été envisagé par moi ni par mon président".

Combattif, motivé, le sélectionneur des Bleus veut aussi que l'on cesse de le considérer comme "un mec sympa, qui a des valeurs", mais "jeune, inexpérimenté et donc incompétent". "Je ne me suis jamais senti débordé par ma mission", affirme-t-il, jurant également ne s'être "jamais senti aussi confiant que depuis quinze jours". "Si le rugby français garde cette organisation, des grosses branlées, on en prendra d'autres, quel que soit le sélectionneur. En revanche, je suis persuadé qu'on n'en prendra plus en 2011 et qu'on sera compétitif pour le Tournoi et la Coupe du monde". Désormais, le patron, c'est Lièvremont.

Link to comment

Petit commentaire de lievremont

La déroute subie par le XV de France face à l'Australie (59-16), lors du dernier match des tests de novembre, ne hante visiblement plus la mémoire de Marc Lièvremont. «Je me suis rarement senti aussi confiant et déterminé que depuis ce match contre l'Australie, aussi paradoxal que cela puisse paraître, a avoué le sélectionneur. Je suis persuadé qu'on ne prendra plus de branlée et qu'on sera compétitif pour le Tournoi et la Coupe du monde.» Alors qu'il assumera désormais seul la communication des Tricolores en conférence de presse, le coach des Bleus a admis qu'il allait «reprendre la main» dans le jeu des trois-quarts après avoir «laissé trop seul» Emile Ntamack. Début de réponse le 5 février prochain lors du premier match du XV de France dans le Tournoi des VI Nations face à l'Ecosse. (Avec AFP)

Edited by erixx1
Link to comment

Le patron, c'est Lièvremont

"31 matchs, 18 victoires et 13 défaites, dont trois majeures". Lesquelles ? "L'Angleterre (2009), l'Argentine et l'Australie (2010), juge-t-il. "

Donc, contre les Blacks fin 2009 (12-39), et contre les Boks mi-2010 (42-17), ce n'étaient pas des défaites 'majeures'. Bon ! :smile:

Link to comment
Guest chomelaregle

Bleus : Lièvremont blague sur le foot

mardi 14 décembre 2010 - 18h29

Marc Lièvremont est revenu avec ironie sur la comparaison entre l'équipe de France de football qui avait fait grève lors du dernier Mondial 2010 et la sienne, sévèrement battue par l'Australie (52-16) lors de la tournée d'automne.

Marc Lièvremont a écarté avec ironie la comparaison entre les équipes de France de football et de rugby. « J'imagine très bien William Servat et Thierry Dusautour ne pas descendre du bus pour aller s'entraîner, a-t-il lancé à l'AFP. C'est de la science-fiction, a déclaré le sélectionneur mardi. Encore que les trois-quarts en seraient capables, juste pour me chambrer. »

Link to comment
Nagisa Kaworu

Petit commentaire de lievremont

La déroute subie par le XV de France face à l'Australie (59-16), lors du dernier match des tests de novembre, ne hante visiblement plus la mémoire de Marc Lièvremont. «Je me suis rarement senti aussi confiant et déterminé que depuis ce match contre l'Australie, aussi paradoxal que cela puisse paraître, a avoué le sélectionneur. Je suis persuadé qu'on ne prendra plus de branlée et qu'on sera compétitif pour le Tournoi et la Coupe du monde.» Alors qu'il assumera désormais seul la communication des Tricolores en conférence de presse, le coach des Bleus a admis qu'il allait «reprendre la main» dans le jeu des trois-quarts après avoir «laissé trop seul» Emile Ntamack. Début de réponse le 5 février prochain lors du premier match du XV de France dans le Tournoi des VI Nations face à l'Ecosse. (Avec AFP)

Pour moi, on est encore dans la situation d'un sélectionneur et d'un staff qui découvrent le haut niveau petit à petit. Changer n'est pas un mal, se remettre en cause après une branlée est une nécessité, mais j'ai l'impression qu'on part de très loin, et qu'on sera encore loin d'une organisation efficace lors de la Coupe du Monde.

Ce que je trouve le plus incroyable quand même, c'est cette certitude, cette morgue de Lièvremont qui se dit persuadé que la prochaine fois, les Français vont dominer tout le monde, comme il était persuadé lors de sa prise de fonction que seul lui connaissait le "bon jeu", comme il était persuadé d'avoir LE système défensif... C'est très français, et très ridicule.

Link to comment

Le trio qu'il formait avec Emile Ntamack et Didier Retière éclate. Le sélectionneur du XV de France "reprend la main" : il va se rapprocher du terrain, diriger les entraînements

[...]

Première chose : son retour au terrain. Plus "observateur", pour reprendre son mot, qu'exécutant, jusqu'alors, lors des entraînements, Lièvremont va reprendre la main. En particulier avec les trois-quarts, dont il avait complètement abandonné la responsabilité à Emile Ntamack.

C'est quoi ces conneries, il est entraineur d'une équipe pour seulement une dizaine de matchs dans l'année (donc une dizaine de semaines dans l'année) et il ne dirigeait même pas les entrainements ???

Par contre, niveau comm, il a raison de rester seul en conférence de presse. Trois interlocuteurs, c'est forcement 3 fois plus de chance de dire une connerie ou de se contredire.

Quoique des trois-quarts ne sont pas descendus du bus, comme Malzieu et Médard: ils n'y étaient même pas montés.

Et Poitrenaud !! :whist:

Edited by Gabi
Link to comment

Par contre, cette prise en main assumée de Lievremont est quitte ou double : s'il n'y a pas d'amélioration dans le jeu et qu'on reprend une branlée, il sera le seul et unique responsable. Il ne pourra pas se cacher derrière ses adjoints.

Link to comment

Par contre, cette prise en main assumée de Lievremont est quitte ou double : s'il n'y a pas d'amélioration dans le jeu et qu'on reprend une branlée, il sera le seul et unique responsable. Il ne pourra pas se cacher derrière ses adjoints.

qui veux-tu qui mette une branlée a une équipe française d'ici la cdm ?

a part les italiens je vois pas :crying:

Edited by BOURRIN
Link to comment

Je ne sais pas si les trois-quarts descendront du bus, mais en revanche certains feraient mieux de décrocher la caravane qu'ils ont au c*l...

Blague à part la prose de Lièvremont m'importe peu. Rien ne change vraiment, et personnellement je suis déjà passé à l'après 2011 même si j'ai la crainte qu'aucun gros poisson ne puisse se rendre disponible pour entrainer le XV de France sur un claquement de doigt en plein mois de décembre 2011...

Je lis aussi parfois des parallèles avec les cas Jacquet ou Domenech. Jacquet avait des résultats, lui. On pouvait douter d'être champions du monde début 1998 et être exaspéré par la sélection de joueurs comme Dugarry mais on ne prenait pas de branlées, on perdait d'ailleurs très très peu, il y avait plutôt de la frustration vis à vis d'un potentiel qu'on pensait encore supérieur.

Et Domenech quoiqu'on en dise il a fait une finale de coupe du monde. Et je suis convaincu qu'il a plus été desservi par des joueurs qui n'ont pas tout donné en équipe de France que par ses propres choix, en tout cas les torts sont très largement partagés.

Concernant Lièvremont, lui n'a pas de résultats et ses choix laissent à désirer. Ça aurait dû suffir à le renvoyer aux joutes de Pro D2 pour lesquelles il semblait beaucoup mieux taillé...

Link to comment

Voici mon intervention sur le site du BO

"Je viens de lire les deux interventions de notre sélectionneur national, sur Rugbyrama et sur l'inénarable Sud-Ouest!

Que retenir de ces deux plaidoyer pour sa propre personne.

Dans celle de Sud-Ouest l'indéfini le dispute à l'opacité la plus totale. De quoi, de qui nous parle t'il...comme il le dit si bien..je n'ai rien compris.

Sur Rugbyrama c'est déjà plus clair. Ses adjoints ne savent pas bosser sans lui, il s'est occupé des avants (quid de Rétière?) et on voit bien que ça marche. Il a laissé seul Milou pour les arrières et on constate les dégats.

Quand a Dussautoir, pan sur les doigts, on va lui apprendre ce qu'est la gestion du haut-niveau.

Liévremont se sent seul, et son staff est déglingué. C'est un incompris.

Ce garçon m'emmerde (m'ennuie en parlant comme il faut) profondément (rugbistiquement parlant il va s'en dire), vivement l’après coupe du monde."

Edited by tire-bouchon
Link to comment

A gerber franchement l'interview , il se la raconte grave ML :crying:

A l'entendre, il pense avoir tout compris (lui contrairement aux autres), tout savoir mais il est complétement à coté de la plaque...

Evitons les comparaisons avec Jacquet svp, Jacquet tactiquement c'etait un monstre.

Link to comment

Je suis à bloc, mais je suis party.

Me semblait bien que c'était un peu la fête ce fil de discussion. :sorcerer:

Link to comment

Excellent BDV, merci pour cet humour musical très bien tourné.

Je suis à bloc, mais je suis party.

C'est un hommage à Blake Edwards? :smile:

Edited by matbey
Link to comment
  • 2 months later...

Par contre, cette prise en main assumée de Lievremont est quitte ou double : s'il n'y a pas d'amélioration dans le jeu et qu'on reprend une branlée, il sera le seul et unique responsable. Il ne pourra pas se cacher derrière ses adjoints.

qui veux-tu qui mette une branlée a une équipe française d'ici la cdm ?

a part les italiens je vois pas :crying:

C'est fait. Bien vu

Link to comment

Par contre, cette prise en main assumée de Lievremont est quitte ou double : s'il n'y a pas d'amélioration dans le jeu et qu'on reprend une branlée, il sera le seul et unique responsable. Il ne pourra pas se cacher derrière ses adjoints.

qui veux-tu qui mette une branlée a une équipe française d'ici la cdm ?

a part les italiens je vois pas :crying:

C'est fait. Bien vu

Et en plus y'a pas suffisamment de Catalans à l'EDF pour accorder les circonstances atténuantes. L'EDF vient de faire sa Trevise

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...