Jump to content

l'oeil de benezech


aussie

Recommended Posts

«Laurent Bénézech, cette 17e journée est marquée par les défaites des Stades Toulousain et Français. Ces deux clubs ont-ils été pénalisés par la fatigue de leurs internationaux ?

Ces deux clubs ont été pénalisés par un ensemble de choses liées à cette période de matches de l'équipe de France : la fatigue oui, mais autant psychologique que physique avec notamment la difficulté pour les joueurs de se motiver pour des objectifs et des matches qui n'ont rien à voir. L'absence ensuite pour les entraîneurs d'un certain nombre de joueurs clés qui rendent les entraînements et la préparation des matches compliqués à gérer et puis aussi le fait que cette période est l'occasion pour les entraîneurs des meilleurs clubs de faire un travail physique lourd qui doit payer lors de la fin de saison mais qui, pour le moment, est difficile à digérer pour tous les joueurs.

Contrairement à Toulouse, très performant en début de saison, Biarritz monte en puissance lors des matches retour. Comment expliquez-vous ce décalage ?

Biarritz est sur une bonne dynamique qui vient notamment de ses victoires en Coupe d'Europe. En plus, l'équipe vient de récupérer un certain nombre de joueurs blessés importants : Betsen, Haridornodoquy, Traille... Et surtout, après un début de saison poussif, les Biarrots ont redéfini leur système de jeu avec notamment Philippe Bidabe au centre qui s'est installé en maître à jouer de l'équipe, Dimitri Yachvili qui s'est remis en cause après avoir été sorti en équipe de France en plus de Thomas Lièvremont qui est la plaque tournante d'un pack qui impose le respect. Voilà autant de raisons qui font que les Biarrots se posent en candidats à leur propre succession !

En revanche, Perpignan a bien réagi en dominant largement Castres (34-3). Comment analysez-vous la prestation des Catalans ?

Les Catalans marchent à la vaillance bien sûr, mais aussi au moral. Et s'ils arrivent dans un match à marquer assez vite et à prendre le score, ils sont vite irrésistibles voire innarrêtables ! C'est pour cela que pour espérer gagner à Aimé-Giral, l'équipe visiteuse doit être irréprochable dès la première minute, capable de subir, de plier mais surtout de ne jamais rompre sous la pression catalane. C'est ce qu'avait réussi Biarritz avec notamment une défense impressionnante et c'est ce que Castres a été incapable de faire, encaissant un premier essai dès la 6e minute... Il faut faire douter les Catalans pour espérer les battre et, à ce niveau, les Tarnais n'ont jamais été en mesure d'y arriver...

Cette journée a également été synonyme de révolte des mal classés avec les victoires de Montpellier et Pau. Ces deux équipes peuvent-elles sauver leur place dans l'élite ?

Au vu du classement actuel, il semblerait que l'une de ces deux équipes puisse le faire mais pas les deux, puisque elles sont en lutte directe pour la place de 13e, synonyme de descente. A moins que Bayonne ou Narbonne ne connaissent une série négative qui les place en position difficile. Pau reste malgré tout en ballottage défavorable car ils se rendront à Montpellier le 17 mars pour ce qui devrait être LE match de la descente car ensuite, les calendriers respectifs des deux équipes étant assez similaires, il sera très compliqué pour les Palois d'espérer dépasser les Montpelliérains. Et ceci sachant qu'en plus, les Méditerranéens ont un match en moins à jouer à domicile contre Clermont.

Avec sa nouvelle défaite contre Clermont (14-36) et les succès de ses rivaux directs, Toulon est-il définitivement condamné ?

Il paraît en effet peu probable que les Varois soient capables d'enchaîner une série de onze victoires qui seule leur permettrait d'envisager le maintien. Il faut en revanche que Toulon mette dès à présent en place une stratégie pour appréhender la ProD2 et viser dès la saison prochaine la remontée dans le Top 14, avec cette fois une politique qui ait tiré tous les enseignements des erreurs passées. Toulon a, à bien des niveaux, prouvé que sa place dans le Top 14 était méritée, il faut juste donner un peu plus de temps au club pour se structurer et être compétitif vis-à-vis des meilleurs clubs français.

La semaine prochaine, le Tournoi des VI nations reprend ses droits avec la réception de l'Italie pour le XV de France. Que peuvent craindre les hommes de Bernard Laporte ?

Les mêmes erreurs que face à l'Ecosse, c'est-à-dire une entame de match manquant d'engagement physique qui permette aux Italiens de s'installer dans la partie en les laissant remporter les duels en un contre un et en une conquête défaillante. Il faut se méfier de l'Italie qui a une génération de joueurs doués : les Dellape, Persico, Bergamasco et autre Canale et qui, grâce à Pierre Berbizier, est en train de poser un système de jeu qui fonctionne et qui a déjà posé des problèmes aux Irlandais et aux Anglais. Manquer de respect aux Italiens, c'est aller vers une très grande déconvenue !!!»

:huh:

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...