Jump to content

Baby, le long chemin


Guest Xv-31

Recommended Posts

Guest Xv-31

Le Film a dû passer des dizaines de fois dans sa tête.

52e minute de Toulouse-Narbonne (gagné 64-22), le 10 septembre 2005. « On récupère la balle dans nos 22 mètres. Jean-Baptiste Élissalde fait une passe chistera à Yannick Jauzion au large. J’arrive à hauteur, je veux faire un crochet intérieur-extérieur, et je sens le genou gauche partir. Lamême douleur que la première fois. » À vingt-deux ans, Benoît Baby a le droit de se poser la question à laquelle personne n’a de réponse :

« Pourquoi moi, pourquoi cette injustice ? Pourquoi cela m’arrive deux fois en suivant alors que d’autres joueurs passent une carrière sans pépins graves ? Pourquoi, alors que j’ai fait tout ce que je pouvais pour me préparer ? » Ce 10 septembre, ce sont les ligaments croisés antérieurs du genou gauche qui viennent de lâcher. Dix-huit mois plus tôt, le 25 janvier 2004, c’étaient les mêmes ligaments, mais du genou droit, qui avaient cédé, à la 45e minute d’unmatch de Coupe d’Europe à Leeds (gagné 31-22).

« La première fois, je n’avais pas pensé que c’était trop grave. La seconde, j’ai envisagé le pire tout de suite. Après, on cogite toute la nuit. De toute façon, à cause de la douleur, on ne peut pas dormir. »

Sept mois après, Benoît Baby n’a toujours pas rejoué au rugby. Aujourd’hui même, il doit rencontrer le professeur Boussaton, qui l’a opéré, pour faire le point, espérant qu’il lui donne le feu vert pour reprendre un entraînement normal. Mais rien n’effacera de sa tête ces périodes douloureuses, interminables, la face cachée de la vie de sportif de haut niveau. « Après l’opération, ça commence par six semaines sur le canapé, six semaines pendant lesquelles on n’est plus autonome, raconte l’attaquant toulousain. Avec des douleurs très fortes. À se poser toujours les mêmes questions : pourquoi ça m’est arrivé, pourquoi en début de saison, est-ce que je vais retrouver mon niveau ? C’est pénible pour tout le monde, et en particulier la personne avec laquelle on vit. On est dans notre bulle, avec des changements d’humeur. Parfois envie de parler, parfois non. On cherche une raison à tout cela. »

Il y a un peu plus de un an, le 12 mars 2005, le grand public découvrait Benoît Baby, auteur d’un somptueux essai contre l’Irlande à Lansdowne Road pour sa première sélection et une victoire 26-19. Un essai dont Jo Maso, le manager des Bleus, avait dit : « Rien que pour voir un essai de centre comme celui-là, ça valait la peine de prendre l’avion depuis Paris. »

Le gamin de Chalabre, dans la haute vallée de l’Aude, fief de la famille Carbonneau, n’avait joué que treize matches comme titulaire en Championnat avec le Stade Toulousain.

Mais justifiait sa réputation de surdoué, capable de jouer à l’ouverture (où Bernard Laporte pense à lui comme doublure de Frédéric Michalak), à l’arrière ou au centre avec un égal bonheur. La poisse ne l’a laissé tranquille que onze mois, d’octobre 2004 à septembre 2005.

Aujourd’hui, son quotidien, sa routine, c’est encore et toujours la rééducation ,la musculation.

« J’essaye d’arriver de bonne heure au stade, avant que les autres blessés n’accaparent les kinés. Et de me servir des expériences de la première blessure. De privilégier le qualitatif au quantitatif, d’écouter

un peu plus les signaux que m’envoie mon corps. »

Il n’est pas tout de suite retourné au stade : « J’ai attendu avant d’aller revoir un match dans la tribune. Je n’y suis revenu que pour le match contre les Wasps (gagné 19-13) en janvier. Tant que je n’étais pas bien

dans ma tête, je préférais rester chez moi. Lors de la première blessure, j’avais eu l’impression que les six mois avaient duré deux ans. J’avais perdu mon père à ce moment-là, c’était dur… Le plus pénible, dans la

rééducation, c’est vers la fin. On se sent capable de jouer, mais on n’a pas le droit. Et puis les progrès sont moins rapides. Mais j’ai appris là aussi. On ne voit plus la vie de la même façon, on est moins impatient. Tous le monde est sympa avec moi, mais quand on ne joue pas, on se sent forcément en marge du

groupe. » Aujourd’hui, pourtant, Baby n’est surtout pas amer. « Le club a toujours été derrière moi. En trois ans, j’ai connu beaucoup de choses. On est dans une spirale, tout est beau et neuf. Un contrat pro, des matches en première, l’équipe de France. J’ai de la chance, je gagne de l’argent en faisant quelque

chose qui me plaît. La seule chose que je dirais à un jeune joueur, c’est de prendre une assurance complémentaire. On me l’avait proposé, je ne l’ai pas fait, parce qu’on ne croit pas que ça va vous arriver. Mais je ne me plains pas. Je n’ai pas des goûts de luxe. Je viens d’un petit village, je ne suis pas fasciné par l’argent. J’aimerais simplement pouvoir aider un peu plus ma famille. »

Bientôt, Benoît Baby va retrouver la pelouse.

Bientôt, ce sera peut-être dans quelques semaines, ou au début de la saison prochaine. « Je ne doute pas. J’ai regardé le dernier France-Irlande à la télévision et j’ai pensé que si je suis arrivé déjà à jouer en équipe de France après une blessure, contre O’Driscoll, ou un match entier contre l’Australie (remporté 37-31 en juillet 2005), je peux le faire à nouveau. Il faudra un peu de temps, un coup de pouce du destin.Mais c’est 90 %de travail et un petit moment de chance. » À Toulouse, il a l’exemple d’un coéquipier, blessé régulièrement aux genoux.

« Cet automne, j’étais en rééducation avec Xavier Garbajosa. On lui disait que sa carrière était finie, qu’il ne pourrait plus recourir. Il a cru en lui, et il y est arrivé. Ce qui est vrai, c’est que dans la tête, quand on est plus jeune, on se fait des plans de carrière. Ça, je ne le vis plus de la même façon. Pour le moment, mon seul objectif, c’est rejouer, retrouver cette sensation quand on refoule la pelouse pour la première fois et qu’on se dit : j’y suis arrivé, je suis revenu de la galère. J’ai payé un gros prix. » Le mauvais sort finira par abandonner Benoît Baby : « J’en ai parlé avec Christian Labit (trente-cinq ans, aujourd’hui à Narbonne). Il s’est blessé jeune, puis il n’a plus rien eu de sa carrière. » Bien sûr qu’on peut renaître à vingt-deux ans.

HENRI BRU :(

L'Equipe du 11 avril 2006

:lol:

Link to comment
Le Corbeau de l'USAP

Ca rend triste de lire ça. Enfin, s'il s'en sort (et on le souhaite tous), il pourra tourner la page. :lol:

Edited by Le Corbeau de l'USAP
Link to comment

chapeau benoît baby, j'adore lire des témoignages comme ça...en plus ca me réconforte moi aussi operé une fois cette année au genou et je dois me faire réeopérer pour les même raisons que lui, c'est vrai que c'est dur, malgré que pour moi le rugby n'est pas mon métier premier!!!

courage benoit on t'attend!!

:lol:

Link to comment

Je suis content pour lui, il voit le bout du tunnel. Mais je me dis que si cela m'arrive, je n'ai pas le même toubib et le sport serait fini pour moi, sans compter mon boulot.

Il me tarde de le revoir sur les terrains. Allez Benoit courage.

Link to comment

Il y a de bons toubibs ailleurs qu'à Toulouse : de Dijon tu peux aller à Dracy le Fort ou à Lyon, on a de très bons spécialistes du genou et ils prennent aussi les anonymes comme nous.

Je suis aussi de tout coeur avec Benoît, qu'il nous revienne plus fort et que comme Labit, il en ait fini des blessures et qu'il soit bon jusqu'à 35 ans.

Link to comment

Baby a la plus longue :lol:

Vous imaginez du croustillant... du jamais lu, ben non les filles..

Ce gars a une passe a la main de folie, puissante et precise.

Quand tu es loin de lui et quand la plupart des joueurs utilisent le pied,

Benoit, c est encore a la main qu il renvoit le ballon!...

Comme vous tous je lui souhaite plein de choses.

Pat

Link to comment

Waow, ça y est :lol: :

Quasiment sept mois jour pour jour (c'était le 10 septembre dernier contre Narbonne) après sa grave blessure au genou, Benoît Baby quitte enfin la section "Infirmerie". Après une visite chez le professeur Boussaton, le chirurgien qui l'avait opéré, Benoît a en effet reçu l'autorisation de reprendre l'entraînement avec opposition.

Fabien Pelous souffre d'une distension du ligament latéral interne du genou droit. Celui-là même qui avait gâché la fin de saison dernière du deuxième ligne international. Fabien va observer une période de repos de trois semaines, avant de jauger l'évulution de la blessure et reprendre éventuellement l'entraînement.

Omar Hasan, quant à lui, déplore un écrasement du ménisque et va observer plusieurs jours de repos avant de faire le point avec le staff médical. Mais sa participation à Stade Toulousain-Stade français semble plus que compromise.

Plus de peur que de mal, en revanche, pour Jean-Baptiste Poux, qui devrait être partant pour le choc de samedi.

Gareth Thomas souffre d'un problème vasculaire au cou. Une date de reprise est pour le moment impossible à établir. Enfin, William Servat , toujours convalescent après sa hernie aux cervicales, ne devrait pas rejouer avant la saison prochaine.

Link to comment
Mais je me dis que si cela m'arrive, je n'ai pas le même toubib et le sport serait fini pour moi, sans compter mon boulot.

Tu sais, pour les chirurgiens comme pour tout autre medecins, il faut connaitre les bonnes adresses, mais il n'est pas forcément difficile d'y "entrer". Je me fais également opérer du genou l'été prochain,et de très bons chirurgiens tu en as un peu partout (c'est peut etre plus facile pour moi en région parisienne ) mais à Lyon ou Dijon, je suis certaine que tu en as aussi. Et si le besoin s'en fait sentir un jour (ce que je ne te souhaite pas) tu as des classements nationaux effectués dans certaines revues( je pense au "point" par exemple), sur différents spécialités dans les cliniques ou hopitaux de France.

Sur ce, heureuse de voir que Baby peut enfin revenir à l'entrainement. Le travail paiera.

Link to comment
et bien c'est le genre de témoignage qui faut envoyer à jimmy marlu......

çà le boustera pour revenir sur les terrains :smile:

Le problème de Marlu, c'est qu'il va vers ses 30 ans, il risquera de finir comme Garba chez les espoirs :huh:

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...