Jump to content
Raphaelle

TN6 2019 : France - Galles vendredi 01/02/2019 à 21h

Recommended Posts

Raphaelle

Bon, c'est bientôt, on peut commencer :

- qui seront les 23 ? Annoncé mercredi ?

- Pas de match du top 14 la semaine prochaine ni la suivante 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

 

ALDEGHERI Dorian (Stade Toulousain)

POIROT Jefferson (Union Bordeaux Bègles)
PRISO Dany (Stade Rochelais)

BAMBA Demba (CA Brive Corrèze Limousin)

MARCHAND Julien (Stade Toulousain)

GUIRADO Guilhem (cap)

ITURRIA Arthur (AS Clermont Auvergne)

VAHAAMAHINA Sébastien (AS Clermont Auvergne)
WILLEMSE Paul (Montpellier Hérault)

PICAMOLES Louis (Montpellier Hérault)

ALLDRITT Grégory (Stade Rochelais)

CAMARA Yacouba (Montpellier Hérault)

LAURET Wenceslas (Racigne)

 

PARRA Morgan (AS Clermont Auvergne)
DUPONT Antoine (Stade Toulousain)

LOPEZ Camille (AS Clermont Auvergne)

NTAMACK Romain (Stade Toulousain)

 

BASTAREAUD Mathieu (RC Toulon)
FICKOU Gaël (Stade Français Paris)
FOFANA Wesley (AS Clermont Auvergne)
MEDARD Maxime (Stade Toulousain)
PENAUD Damian (AS Clermont Auvergne)
RAMOS Thomas (Stade Toulousain)

Edited by Neophyte
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

Sa découverte de Romain Ntamack

«Je ne le connaissais pas du tout. A Marcoussis, il était monté sur deux ou trois entraînements (avec le XV de France). On discute, on échange. Il faut que ces jeunes nous fassent du bien et nous amènent leur insouciance et leur joie de vivre. Quand tu vois les performances de Romain, il a vraiment toute la panoplie du distributeur, il peut aussi te soulager dans le jeu au pied. Il a cette prise d'initiatives, cette communication habituelle pour un poste de 10. C'est un profil intéressant, c'est surtout un gamin qui pue le rugby. Je l'ai senti au bout de deux, trois entraînements seulement. (…) Ce sont des jeunes qui sont très respectueux, très «propres» dans une vie de groupe. Ils sont top ! On a connu d'autres jeunes qui se trompent et qui donnent l'impression d'être là depuis 15 ans. Certains d'entre eux sont rentrés dans l’ordre, l'erreur est humaine, tu peux te tromper.»

http://sport24.lefigaro.fr/rugby/6-nations/actualites/lopez-derriere-on-a-des-joueurs-hyper-dangereux-942544

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
il y a 19 minutes, Neophyte a dit :

Sa découverte de Romain Ntamack

«Je ne le connaissais pas du tout. A Marcoussis, il était monté sur deux ou trois entraînements (avec le XV de France). On discute, on échange. Il faut que ces jeunes nous fassent du bien et nous amènent leur insouciance et leur joie de vivre. Quand tu vois les performances de Romain, il a vraiment toute la panoplie du distributeur, il peut aussi te soulager dans le jeu au pied. Il a cette prise d'initiatives, cette communication habituelle pour un poste de 10. C'est un profil intéressant, c'est surtout un gamin qui pue le rugby. Je l'ai senti au bout de deux, trois entraînements seulement. (…) Ce sont des jeunes qui sont très respectueux, très «propres» dans une vie de groupe. Ils sont top ! On a connu d'autres jeunes qui se trompent et qui donnent l'impression d'être là depuis 15 ans. Certains d'entre eux sont rentrés dans l’ordre, l'erreur est humaine, tu peux te tromper.»

http://sport24.lefigaro.fr/rugby/6-nations/actualites/lopez-derriere-on-a-des-joueurs-hyper-dangereux-942544

Et pan dans les dents de certains jeunes de l'an dernier, les fameux sales gosses ou starlettes qui ne viennent que pour la prime, le nombre de likes sur les reseaux sociaux et n'ont aucun respect pour les autres joueurs ni l'entraineur.

  • Upvote 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

Le Yach dans le Midol du jour : Pas langue de bois, très bonne analyse.

Je n'étais pas fan du joueur, trop lent à mon gout, mais excellent buteur, kornak de son pack, patron.  en fait il suivait les consignes aussi.

Mais ses analyses sont justes.


« Un profil comme Willemse, les All Blacks ou les Irlandais n’en veulent plus »
Propos recueillis par Marc DUZAN

 

Vous commentez pour beIN SPORTS les plus grandes affiches de Champions Cup. Quel regard portez-vous cette compétition ?

La Coupe d’Europe est plus proche du rugby international que du Top 14. En termes de jeu, de condition physique et de technique individuelle, les équipes y sont malheureusement bien meilleures qu’en Top 14.

 

Quelles équipes françaises parviennent-elles, selon vous, à véritablement rivaliser en Champions Cup ?

Toulouse s’est d’abord reconstruit autour de jeunes Français, autour de gens bâtis pour pratiquer le jeu à la toulousaine : un jeu d’évitement, de prise d’intervalle, de mouvement. Cette équipe est revenue à des physiques de rugbymen, si j’ose dire. Le Racing 92 peut également être très séduisant. Pour autant, à côté de ça, Castres n’est pas sorti pas des poules et le Lou n’est pas parvenu à passer le cap. Soit le champion de France en titre et le dernier demi-finaliste du Top 14…

Il y a cinq ans, les Anglo-Saxons juraient encore que « Big is beautiful »*. La tendance s’est-elle inversée ?

Le rugby d’aujourd’hui est tourné vers l’évitement et la vitesse. Les All Blacks ou les Irlandais, qu’ils s’appellent Jordan Larmour, Keith Earls ou Jacob Stockdale, ne sont pas des culturistes. Ils ont du gaz. Ils ont compris que le ballon va plus vite que l’homme. Le défi physique, c’est fini.

 

Y a-t-il, en France, une réelle prise de conscience à ce sujet ?

Je n’en suis pas certain. Mais quand je vois jouer Clermont, Toulouse ou par moments le Racing, ça me réconcilie un peu avec notre championnat. Certains clubs ont pris conscience que les temps avaient changé. Il faudrait désormais que ça se propage à l’ensemble du pays. Veut-on oui ou non que l’équipe de France retrouve le top 5 mondial ? C’est toute la question...

 

Le Top 14 est très souvent la cible des critiques. Légitime ?

(Il coupe) Je ne veux pas critiquer pour critiquer. J’ai été joueur et les dernières saisons, à Biarritz, on me demandait de restreindre le jeu au maximum parce qu’il fallait gagner à tout prix, assurer le maintien coûte que coûte. La manière, on s’en foutait.

 

Mais ?

A posteriori, je me rends compte que ce n’est pas le rugby qui gagne. Et ce n’est pas le rugby qui servira notre équipe de France.

 

Le Super Rugby a fermé son élite depuis des années. Les Celtes y sont venus et les Anglais y songent. Pensez-vous que la fin des relégations puisse changer le visage du Top 14 ?

Je ne serais pas contre. Cela permettrait de jouer avec moins de peur, moins de crainte... Ça permettrait surtout de jouer pour gagner, non plus pour ne pas perdre. Cela change tout. La passe, la course, la prise d’intervalle, c’est ce qu’il fait la beauté de ce sport-là.

 

Les coachs du Top 14 ont-ils leur part de responsabilité ?

En partie, oui. Ils veulent garder leur place, ils tiennent à leur confort et restreignent le jeu pour ne pas perdre. Alors, quand une équipe joue à l’extérieur, ses joueurs montent des chandelles, défendent comme des enragés et espèrent juste repartir avec le bonus défensif.

 

Pour en finir avec les impasses qui se multiplient ces derniers temps en championnat, doit-on supprimer les phases finales et décerner le Bouclier de Brennus au vainqueur de la phase régulière ?

Quand j’ai commencé à Gloucester en 2001, le premier de la phase régulière était sacré champion. Derrière ça, il y avait une Coupe mettant aux prises les huit premiers du classement et le vainqueur de ce mini-tournoi recevait un autre trophée. Je trouvais le concept vraiment équilibré. Il y en avait pour tous les goûts.

 

Afin de protéger le XV de France, la Fédération et la Ligue ont mis en place le système du Jiff. Y êtes-vous favorable ?

Mais le Jiff, c’est quoi ? Joueur issu de la formation française ? (il soupire)... Un Fidjien ou un Géorgien que tu fais venir à 17 ans dans ton centre de formation devient Jiff après trois ans. Pour moi, ce sigle ne veut donc rien dire. Un Jiff, ce devrait être un joueur réellement issu de la formation française, de l’école de rugby française !

 

Au moins, c’est clair…

Regardons l’autre versant du problème : considère-t-on vraiment qu’un Fidjien arrivé à 17 ans a été formé en France ? Chez nous, les clubs jouent avec le règlement et c’est dommage. Ils voient leur propre intérêt, pas celui de l’équipe de France. Et puis, les jeunes Géorgiens ou Fidjiens, qu’ils soient Jiff ou pas, préféreront toujours porter les couleurs de leur équipe nationale.

 

Dès lors, verdict ?

En France, les étrangers squattent les postes clés. Quand j’ai commencé en Top 14, il y avait beaucoup plus de concurrence à chaque poste.

 

Comment ça ?

Je parle de concurrence de haut niveau. Aujourd’hui, combien de joueurs français sont-ils aptes à jouer au plus haut niveau ? Si je fais deux équipes mondiales, combien de Bleus joueraient-ils dedans ? Je n’en vois pas beaucoup. En clair, il y a trop d’étrangers, les jeunes joueurs français n’ont pas de temps de jeu et ne sont pas prêts. In fine, on est obligé de naturaliser des Fidjiens à un poste d’ailier qui a longtemps symbolisé le rugby français : je ne vais pas tous les citer mais Dominici, Bernat-Salles, Rougerie, Clerc ou Lagisquet ont tous marqué notre sport à leur manière.

 

Ces joueurs naturalisés sont peut-être tout simplement meilleurs que nos Tricolores…

Ah bon, vous croyez ? Moi, personnellement, je suis sceptique. Est-ce que Paul Willemse est meilleur qu’un Yoann Maestri, qu’un Arthur Iturria ou même qu’un Florian Verhaeghe ? Et puis, un profil comme Willemse, les All Blacks, les Anglais ou les Irlandais n’en veulent plus. C’est fini. D’ailleurs, si les Springboks ne l’ont pas sélectionné, ce n’est pas pour rien… Pour moi, on régresse à vouloir titulariser Willemse en équipe de France. Le problème n’est pas qu’il soit Sud-Africain. Le problème est qu’il n’est pas compatible avec le rugby de demain.

 

Et Raka, alors ?

Le concernant, je suis plus divisé. Il est avec Clermont un joueur exceptionnel. Mais le sera-t-il en équipe nationale ? Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que si tu mets Beauden Barrett en équipe de France, tu gagnes le Tournoi. Le rugby, c’est d’abord un groupe.

 

Au cours de ces huit derniers mois, quatre jeunes gens ont perdu la vie sur un terrain. Le rugby est-il un sport dangereux ?

Tout ça m’attriste. On ne devrait pas mourir sur un terrain de rugby. Pour autant, je ne suis pas certain qu’il faille révolutionner les règles. Il est plutôt nécessaire de révolutionner la formation.

 

De quelle façon ?

La technique de plaquage est clairement en cause. On a du mal. Le positionnement de la tête au moment de l’action ou celui des appuis au sol est à revoir de A à Z. Quand j’étais à l’école de rugby, on nous apprenait à plaquer, on détaillait le geste, encore et encore...

 

Quoi d’autre ?

Les joueurs ont pris de la masse. Ils ont confiance en leurs muscles, se complaisent dans le défi physique et vont se jeter sur l’homme sans penser à la passe, à l’épaule faible du défenseur… Alors aujourd’hui, chaque percussion ressemble à un accident de bagnoles. […] Cette philosophie ne me plaît pas : si l’on cherchait l’évitement plutôt que l’affrontement, il y aurait à mon sens moins d’accidents graves.

 

Certains médias, qui mettent en lumière les percussions de Botia ou Tuisova, ont-ils joué un rôle dans ce changement de philosophie ?

J’allais y venir. On ne peut pas s’extasier devant une énorme percu qui sert à rien sinon à animer le public et tomber des nues lorsque l’on apprend qu’il y a eu un mort sur un terrain de rugby ! Vous croyez quoi ? Vous vous rendez compte de la violence du choc ? Il faut que les gens prennent conscience que ce sport-là est dangereux et qu’il l’a toujours été.

 

Oui…

Moi, j’ai des copains sur un fauteuil roulant. Alexandre Barozzi (ancien pilier du Biarritz olympique) en fait partie. On ne peut voir seulement le côté spectaculaire du rugby. Notre sport a un côté sombre. On affronte, on affronte, on affronte sans cesse. Un jour, j’espère simplement que le Dieu du rugby dira « stop ».

Êtes-vous père de famille ?

 

Oui, j’ai deux enfants. Je ne l’empêcherai jamais de jouer au rugby mais pour l’instant, mon fils a choisi le foot…

 

Les éducateurs des écoles de rugby n’ont-ils pas trop versé, ces dernières années, dans la « championnite » ?

Déjà, je tire un grand coup de chapeau à tous ceux qui donnent de leur temps pour enseigner le rugby. Mais la qualité des éducateurs est primordiale et ici, le bât blesse. Franchement, je ne reconnais plus la culture française.

 

Comment ça ?

Nous ne sommes pas des Anglo-Saxons ! Nous n’aimons pas les carrés. On préfère les arrondis. Nous n’insistons pas assez sur le détail et la répétition de gestes. A-t-on fait trop de musculation au détriment de tout le reste ?

 

Vous vous posez vraiment la question ?

Avant, il y avait chez nous cette part d’intuition, de créativité. On pouvait se permettre des gestes fous parce qu’on était à l’aise techniquement. Ce n’est plus le cas. Nos joueurs et nos équipes sont limités. On l’a vu en Coupe d’Europe avec Toulon, Lyon ou Montpellier. Au bout de 25 minutes, les mecs plongent physiquement.

 

à quoi est-ce dû ?

On voulait être comme les Iliens, comme les Sud-Af’s. On a pris des « pecs », des biceps, c’était visible. Ça permettait au préparateur physique et au joueur de prouver au président qu’ils travaillaient bien. Mais à côté de ça, on a laissé tomber l’invisible : la technique individuelle et le sens tactique d’une rencontre. (Il se redresse, s’anime) Super ! Tu pousses 140 kg au développé couché ! Mais ça te sert à quoi, au juste ? Sais-tu au moins faire une passe vissée des deux côtés et jouer un duel ?

Le mois dernier, Pascal Papé nous confiait que le XV de France ne gagnerait pas le Tournoi des 6 Nations avant cinq ou dix ans.


Êtes-vous d’accord avec cette théorie ?

J’ai porté le maillot, j’ai envie que le XV de France retrouve ses couleurs et chacune de ses défaites me fout le cafard. Mais après avoir perdu contre les Fidji en novembre, il est évident que nous ne serons pas favoris de la prochaine Coupe du monde au Japon. Je souhaite profondément que Pascal se trompe.

 

À ce sujet, on dit généralement que la finale du Mondial 2011 est l’arbre cachant la forêt. L’épopée du XV de France en Nouvelle-Zélande a-t-elle retardé la prise de conscience des rugbymen français ?

Moi, je sais comment nous sommes arrivés en finale de Coupe du monde. Ce n’est pas grâce au système. À la fin des phases de poule, après la défaite face aux Tonga, on s’est réunis et on a dit : « Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » Les joueurs d’expérience ont alors pris des responsabilités, on a imposé quelque chose. Il y avait un staff et un sélectionneur. Mais qui était ridicule sur le terrain ? C’était nous. On ne pouvait plus l’accepter.

 

Vous avez pris des responsabilités ? C’est-à-dire ?

Le système de jeu, on le faisait. Le contenu des entraînements, on le faisait. Le discours d’avant-match, on le faisait.

 

Et le sélectionneur, alors ?

Le sélectionneur, il choisissait son équipe mais nous avions la main sur tout le reste. Dans cette équipe, il y avait de la bouteille : nous étions quasiment tous capitaines ou vices-capitaines de club.

 

Soyez franc : Marc Lièvremont avait-il vraiment la main sur la composition d’équipe ?

(il hésite) Il y avait un œil, oui. Marc a eu le mérite de nous laisser tranquilles. Pour la plupart, nous avions dépassé 30 ans, nous savions que ce serait notre dernier Mondial. Mais cette histoire d’hommes, tu ne peux pas la reproduire tous les quatre ans. À un moment, le système doit prendre le relais.

 

Alors, à qui la faute ?

Pour moi, les joueurs ont aussi leur part de responsabilités. Ils devraient prendre les choses en mains et, en ce sens, l’équipe de France manque de leadership. Certains joueurs se reposent sur la jubilation d’être sélectionné chez les Bleus, de gagner un peu d’argent et quelques « followers » sur les réseaux sociaux. Ils ne sont pas là pour gagner un titre. Mais encore une fois, ce n’est que mon point de vue.

 

En 2010, le XV de France a réalisé son dernier Grand Chelem en s’appuyant sur ce schéma : un gros pack et la puissance de Mathieu Bastareaud au centre du terrain. Comment peut-on expliquer qu’il n’ait pas changé, neuf ans plus tard ?

Quand tu sélectionnes des joueurs comme « Basta » ou Willemse… (il coupe) J’aime le bonhomme Bastareaud. Son état d’esprit est irréprochable. Mais je le sens bridé en équipe de France, pas vraiment maître de son rugby. Avec Toulon, il est moins tourné sur le défi physique. Chez les Bleus, il se réfugie systématiquement dedans.

 

Lors du Mondial 2015, les Irlandais avaient simplement décidé d’attaquer la zone Bastareaud à pleine vitesse pour vaincre les Bleus. La faiblesse du XV de France n’est-elle pas trop évidente, finalement ?

Vous avez tout dit. Les gros physiques n’ont plus leur place dans le rugby international, surtout derrière. J’ai assisté récemment à Exeter - Castres. Les Anglais sont des athlètes : pas un kilo en trop, tous secs ! Pourquoi ? Mais parce que leur jeu, calqué sur le rugby international, demande une multiplication des courses, de la vitesse.

 

Imaginons que vous ayez été président de la FFR : auriez-vous démis Guy Novès de ses fonctions ?

Le mal était bien plus profond… Si tu ne mets pas Guy Novès en équipe de France, tu mets qui ? Novès, c’est le plus gros palmarès du rugby français, il a porté le maillot bleu, compte une dizaine de Brennus et quatre titres de champion d’Europe. C’était l’homme de la situation. Mais les joueurs qu’il prenait avaient-ils le niveau international ? Je me pose la question.

 

Il y a 1 000 rugbymen professionnels en France contre 400 en Nouvelle-Zélande. Est-ce trop ?

Évidemment. Ici, l’appellation « joueur professionnel » ne veut pas dire grand-chose. « Professionnels », ils ne le sont pas tous dans leur façon de s’entraîner, de se préparer, de rivaliser physiquement ou techniquement avec les meilleurs. Aiment-ils assez ce sport ? Je ne sais pas. Et puis, on offre dans les clubs français trop de confort aux joueurs, lesquels sont de plus en plus exigeants. Je le sais, j’ai joui de ce certain confort pendant quinze ans. In fine, ces joueurs-là sont surcotés par rapport à l’échelle mondiale et ça crée un dérèglement du marché.

 

Venons-en au Tournoi et à la Coupe du monde qui s’annoncent. Les puristes disent que Morgan Parra doit être le demi de mêlée du XV de France. Les modernes assurent qu’Antoine Dupont est incontournable. Et vous ?

Je me rapproche plus d’un Parra ou d’un Serin. Antoine Dupont a des capacités physiques incroyables mais moi, je n’attends pas d’un numéro 9 qu’il traverse le terrain ou casse des plaquages. Chez les All Blacks, on ne voit pas beaucoup Aaron Smith aller défier la ligne adverse ou traverser le terrain. Chez eux, le système de jeu fait que le numéro 9 est un éjecteur, un accélérateur de jeu, un leader. Moi, j’attends d’un demi de mêlée qu’il fasse gagner son équipe par son sens stratégique et, de ce que je vois à Clermont, Morgan Parra est capable de le faire.

 

D’accord mais…

J’aimerais que Dupont soit plus gestionnaire, plus collectif. Ça lui a d’ailleurs joué des tours puisque sa dernière blessure au genou -et j’en suis navré pour lui- est survenue à la suite d’un surnombre mal joué de sa part. Il cherchait la solution individuelle plutôt qu’à décaler un coéquipier.

 

En dehors de Willemse, la sélection de Jacques Brunel est apparue plutôt cohérente. Certains ont néanmoins regretté, comme nous à Midol, l’absence de Sekou Macalou. Et vous ?

Ce joueur me plaît. En tout cas, il rentre dans le profil des troisième ligne modernes. Aujourd’hui, les flankers sont tous des athlètes. Les Steffon Armitage, Serge Betsen ou Neil Back ont tous disparu parce que les règles ne leur permettent plus de gratter les ballons au sol. Les décathloniens comme Peter O’Mahony, Siya Kolisi ou Sam Cane, des mecs qui trottent, les ont supplantés.

 

Avec Bastareaud, Fickou, Fofana ou Penaud, Jacques Brunel peut compter sur beaucoup de joueurs de défi. Afin d’animer cette ligne, la présence de Romain Ntamack ne s’impose-t-elle pas d’elle-même ?

J’aime bien le petit Ntamack. C’est un créateur et j’aime les créateurs. Mais le risque, ce serait de le brûler, d’en faire la superstar avant qu’il n’en soit vraiment une. Il faut donc l’entourer d’un papa, d’un joueur expérimenté. Si Frédéric Michalak a tout cassé à 20 ans, c’est avant tout parce qu’il était bien entouré.

  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon
il y a 48 minutes, Raphaelle a dit :

La technique de plaquage est clairement en cause. On a du mal. Le positionnement de la tête au moment de l’action ou celui des appuis au sol est à revoir de A à Z. Quand j’étais à l’école de rugby, on nous apprenait à plaquer, on détaillait le geste, encore et encore...

je suis content de lire ça!

Car, j' en ai bouffé des séances de placages à l' Ecole de Rugby. Des séances sans ballons.

Share this post


Link to post
Share on other sites
menelas
Il y a 1 heure, tire-bouchon a dit :

je suis content de lire ça!

Car, j' en ai bouffé des séances de placages à l' Ecole de Rugby. Des séances sans ballons.

Des séances sans ballon, ça n'a pas de sens...

Share this post


Link to post
Share on other sites
jauzy19

Ntamack-Fofana au centre d'après L'Equipe.

 

Derrière on aurait :

 

Parra Lopez

Penaud Ntamack Fofana Huget

Médard

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
il y a 3 minutes, jauzy19 a dit :

Ntamack-Fofana au centre d'après L'Equipe.

 

Derrière on aurait :

 

Parra Lopez

Penaud Ntamack Fofana Huget

Médard

https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Bleus-vers-une-paire-de-centres-ntamack-fofana/982795

 

Et Willemse :triste:

Baptiste Serin préféré à Antoine Dupont sur le banc.

 

On verra si les tuyaux de l'Equipe sont bons ou percés

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

Si c'est vrai, c'est une grosse bonne surprise. 

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivier11

Je suis mitigé si ça se confirme

 

Sur le principe j'ai envie de dire: enfin!!!

 

Mais j'ai quand même très peur qu'ils nous le crament...

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

Lopez ne bute plus. Préfèrer Serin sur le banc paraît donc logique de ce point de vue. J'aurais préféré Dupont afin de pouvoir proposer un autre profil en seconde période. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
olivier11
il y a 6 minutes, Neophyte a dit :

Lopez ne bute plus. Préfèrer Serin sur le banc paraît donc logique de ce point de vue. J'aurais préféré Dupont afin de pouvoir proposer un autre profil en seconde période. 

Depuis quand il ne bute plus? Avant il était pas mal dans cet exercice...

 

D'accord sur Serin, Dupont en fin de match ça me semble être la meilleure option pour l'instant, je pense aussi que tactiquement il a encore beaucoup à apprendre ( et puis dernièrement au stade je trouve que Bezy est meilleur dans la conduite du jeu, sans qualités physiques incroyables)

  • Upvote 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
il y a 2 minutes, olivier11 a dit :

Depuis quand il ne bute plus? Avant il était pas mal dans cet exercice...

 

D'accord sur Serin, Dupont en fin de match ça me semble être la meilleure option pour l'instant, je pense aussi que tactiquement il a encore beaucoup à apprendre ( et puis dernièrement au stade je trouve que Bezy est meilleur dans la conduite du jeu, sans qualités physiques incroyables)

Lopez ne bute plus depuis son retour de blessure, pour ne pas prendre de risques. Surtout de loin je crois non ? 

C'est dommage car il avait vraiment bien assuré lors du tournoi il y a 2 ans. 

Du coup à Clermont, c'est Parra ou Laidlaw, pas trop mauvais non plus dans l'exercice :smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle

pour lRugbyrama :

 

Le XV de départ probable des Bleus

Médard - Penaud, Fofana, Bastareaud, Huget - (o) Lopez, (m) Parra - Y. Camara, Picamoles, Lauret - Vahaamahina, Iturria - Atonio, Guirado (cap.), Poirot

 

Faites vos jeux :nuke:

Edited by Raphaelle
  • Like 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabi
il y a 37 minutes, jauzy19 a dit :

Ntamack-Fofana au centre d'après L'Equipe.

 

Derrière on aurait :

 

Parra Lopez

Penaud Ntamack Fofana Huget

Médard

 

??!!!?? :blink::o

 

Bastareaud et Doumayrou en tribune, Fofana en 13, NTK en 12, la charniere clermontoise, uniquement des arrières clermontois ou toulousains, c'est trop beau pour être vrai. 

C'est quoi ces conneries ! ! :close:

 

Si Moustache continue dans ses délires, je vais être obligé de recommencer à regarder l'EDF ! Il fait chier ! 

Espérons que le pack soit tout pourri, sinon je vais être obligé de les soutenir. :triste:

Edited by Gabi
  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabi
il y a 4 minutes, Raphaelle a dit :

Le XV de départ probable des Bleus

Médard - Penaud, Fofana, Bastareaud, Huget - (o) Lopez, (m) Parra 

Attention, petit jeu : trouver l'intrus !!!

 

il y a 6 minutes, Raphaelle a dit :

Y.Camara, Picamoles, Lauret

Non mais sans déconner....

A part nous, quelle sélection mondiale alignerait une 3e ligne pareille.

Et comment on peut proposer ça vu le stock qu'on a en France ?

 

Bon on verra lors de la compo officielle.

  • Haha 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
BOURRIN

Très belle équipe , à part la 3 eme ligne qui n’a pas le niveau international .

Share this post


Link to post
Share on other sites
cKei
il y a 57 minutes, olivier11 a dit :

Il a tout à fait raison (c'est à son crédit de l'avoir finalement compris, vu d'ici il avait pris la grosse tête ces dernières années), et ça s'applique à tous nos jeunes qu'on a vite fait de "stariser" après 3 mois en pleine bourre, et pas juste à Ntamack.

 

Mais la presse n'est pas la seule fautive, l'encadrement des bleus a la majeure responsabilité. Les supporters aussi, ce sont eux qui changent le plus vite et le plus violemment de phase.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

Yachvili à raison.. Comme d hab, la France est tjs en retard d un train... 

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81
Il y a 2 heures, menelas a dit :

Des séances sans ballon, ça n'a pas de sens...

Exactement, l école de rugby doit être ludique, faut absolument qu il y ait sans cesse des ballons... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

Tu apprends à plaquer en "minime".

Donc il y avait un atelier plaquage.

On évoluait à genoux pour éviter les trop grosses percutions de ceux qui étaient déjà costauds.

Tu apprenais à placer ta tête, ton épaule, tes bras et à descendre vers les genoux en serrant la prise.

Tout le monde savait plaquer.

 

PS: Pour les petits, mini-poussin, poussins ou benjamins, on les apprenait à jouer à la Soule, pour savoir occuper l' espace et développer l' adresse gestuelle et technique et lever le regard pour voir où se tenaient les partenaires et adversaires.

Edited by tire-bouchon

Share this post


Link to post
Share on other sites
GuyNess

La ligne de 3/4 annoncée par l'équipe serait une bonne nouvelle mais serait à l'opposé

de tout ce qui a été fait jusqu'à maintenant par ce staff

Il resterait quand même à trouver quelqu'un pour les entraîner et exploiter leurs possibilités.

M'enfin j'ai du mal à croire que Bastaraud ne soit pas titulaire, sinon Laporte se déjugerait une fois de plus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte
4 hours ago, GuyNess said:

La ligne de 3/4 annoncée par l'équipe serait une bonne nouvelle mais serait à l'opposé

de tout ce qui a été fait jusqu'à maintenant par ce staff

Il resterait quand même à trouver quelqu'un pour les entraîner et exploiter leurs possibilités.

M'enfin j'ai du mal à croire que Bastaraud ne soit pas titulaire, sinon Laporte se déjugerait une fois de plus

 

Ça ne lui pose pas de problème d'habitude. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×