Jump to content
Sign in to follow this  
Raphaelle

TN6 2019 : Italie - France samedi 16/03/2019 à 13h30

Recommended Posts

will31
il y a 4 minutes, will31 a dit :

 

effacé, posté en double sorry

Edited by will31

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zuzu31
Il y a 5 heures, will31 a dit :

Donc mon prono, qui aura d'autant plus de valeur que personne ne me l'a demandé: Victoire italienne, 21 à 13, dans un vrai match de ch...ttes, de 23mn de temps effectif de jeu, 25 mêlées, jeu à une passe, rucks pourris, 18 pénalités contre l'EDF, 12 (arbitrage maison) contre les Italiens, 8 touches perdues par les bleus de France, NTK sorti sur commotion à la 20è, Pica sur CJ à la 55è, Lambey rouge à la 63è sur générale où Parisse ne prend que Jaune et drop "victorieux" de ce dernier sur un avantage pour faute de Wilhmese dans nos 22 à la 75è.

 

Je valide !

Mais je veux l'interview de fin de match de Laporte ! J'ai besoin d'avoir de ses nouvelles. :yay

Share this post


Link to post
Share on other sites
Parigot_Paris

Un peu de flooding... 😛

 

 

- Mais lâche-moi Serge, j'vais lui mettre sur la gueule au Rital ! D'ailleurs si tu m'avais pas retenu, j'lui f'sais pareil au rouquin !

 

- Arrête Bernard, le rouquin t'a déjà pété une arcade, j'ai dû dire à Madrange que c'était du ketchup pour aller avec le jambon sinon il te faisaient manger ton contrat par le cul !

 

- Ouais d'accord, pt'êt' que le rouquin d'Irlandoche de merde il est trop fort pour moi sur son île où qu'il pleut tout le temps, mais le Rital, si le soleil est de la partie, je l'ai à ma pogne ! Eh, viens voir par ici Macaroni, ta mère elle suce sur la via Appia !

 

- Bois ton Chianti, ça fera glisser la Guinness, et te goure pas de Rital, là c'est Brunel que tu apostrophes ! 

 

- Eh ben, il entraîne les Ritals ce faux-cul à moustache de phoque ! Viens ici Pépère, je vais te nettoyer ton dentier !

 

- Non en fait il est avec nous...

 

- Depuis quand ? 

 

- Depuis que tu l'as nommé...

 

- Vous m'avez appelé, maître ?

 

- Oui euh, excuse, Jacques, j'ai très peu connu ta mère en fait... Bon Serge, il reste un troquet d'ouvert à Rome ?

 

- Sois raisonnable, Bernard, on est à deux pas de l'hôtel... Si tu te pointes demain avec la gueule fracassée, les officiels le verront

 

- Mais j'ai pas rien bu, et l'arbitre je l'encule !

 

- Nan toi tu joues pas, je parlais du président de la République Italienne, quant à l'arbitre...

 

- Eh béh quoi l'arbitre ?

 

- C'est Parisse, alors...

 

:w00t:

  • Like 2
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon

Le match se joue à Gènes, c' est pour ça qu'on va se faire chier.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Keke
il y a 31 minutes, gronounours a dit :

Roh putin c'est n'importe quoi. 
Mais que fout Simon encore dans les affaires courantes de l'EDF? 

Tout ça pour mettre Poirot qui a un charisme d'huitre et qui est largement contestable à son poste. 

Bref c'est vraiment pathétique cette EDF. On dirait une série TV, c'est un régal. 

Je conseille à n'importe quel joueur d'éviter le massacre qui va se passer au Japon.

Edited by Keke
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

Et on  voit encore  que Brunel n est qu une marionnette dans les mains de ce duo maléfique 

Share this post


Link to post
Share on other sites
le corse
il y a une heure, gronounours a dit :

 

Bon, ça semble venir confirmer l'hypothèse que je m'étais faite au sujet de Guirado, l'un des premiers soutiens de Novès à l'avoir soutenu publiquement à plusieurs reprises.

 

La Binocle et Don Simone voulaient se venger mais difficile de le dégager comme Fofana ; le mettre en difficulté dans son rôle apparaissait donc comme étant la "meilleure" solution.

 

En tout cas, la presse va mettre de plus en plus la pression et c'est tant mieux, tout ce qui pourra être fait pour déstabiliser les deux escrocs et ce staff incompétent sera bon à prendre.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
RMP

Faut savoir, il y a une semaine tout le monde voulait dégager Guirado car « il pue la défaite » « trop vieux, faut repartir avec des jeunes »... et quand le staff veut le faire c’est des enfoirés. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
le corse
il y a 3 minutes, RMP a dit :

Faut savoir, il y a une semaine tout le monde voulait dégager Guirado car « il pue la défaite » « trop vieux, faut repartir avec des jeunes »... et quand le staff veut le faire c’est des enfoirés. 

 

La question de la légitimité de Guirado  en tant que capitaine est un autre débat. Là on parle d'une opération, montée par le vice président d'une fédération, visant à déstabiliser le capitaine de la sélection nationale en raison de son soutien au sélectionneur précédent. Ce qui est quand même sensiblement différent, tu l'accorderas.

  • Like 1
  • Upvote 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
RMP
il y a 18 minutes, le corse a dit :

 

La question de la légitimité de Guirado  en tant que capitaine est un autre débat. Là on parle d'une opération, montée par le vice président d'une fédération, visant à déstabiliser le capitaine de la sélection nationale en raison de son soutien au sélectionneur précédent. Ce qui est quand même sensiblement différent, tu l'accorderas.

 

Je n’ai pas l’article en entier donc je ne connais pas les arguments de l’equipe pour avancer que c’est à cause du soutien de Guirado envers Novés. Ca fait plus d’un an que le staff est en place, l’occasion de retirer le capitanat de Guirado aurait pu se faire bien plus tôt si cela relevait d’une affaire d’ego de Simon et Laporte. Pour moi c’est purement sportif. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
PiR

Bleus : comment Serge Simon et Jacques Brunel ont tenté de destituer Guilhem Guirado


Publié le mercredi 13 mars 2019 à 20:09


Après la défaite en Angleterre, et avant l'Écosse, Serge Simon et Jacques Brunel ont essayé de « démissionner » le capitaine Guilhem Guirado pour promouvoir Jefferson Poirot. Mais ils se sont heurtés au refus du Catalan, soutenu par les Bleus.


Arnaud Requenna, avec R.B et M.R.

 

Le programme envoyé chaque semaine par l'officier de presse des Bleus aux journalistes qui suivent l'équipe de France précise que, ce vendredi, la conférence de presse du capitaine Guilhem Guirado se déroulera à 14h15 au Stadio Olimpico de Rome. Rien de rare. Sauf qu'il y a quasiment un mois, le vendredi 15 février, le statut de Guirado a été sérieusement remis en cause, au profit de Jefferson Poirot (aujourd'hui blessé au genou et indisponible trois mois) qui ne demandait rien à personne.


Ce 15 février, donc, comme ses partenaires, le capitaine des Bleus retrouve le centre national de rugby à Marcoussis après du repos en famille. Cinq jours plus tôt, à Twickenham, la France a explosé (défaite 44-8). Durant le week-end à venir, qui précède la venue de l'Écosse, il y aura des réunions, des explications, des remises en question, un discours musclé de Bernard Laporte, le président de la FFR. Normal. Logique.

 

Serge Simon a voulu faire passer en force la promotion de Poirot


Mais au coeur de ce week-end des longs couteaux, un nom surgit pour reprendre le capitanat de l'équipe de France : celui de Jefferson Poirot. Le nom du pilier gauche et capitaine de l'Union Bordeaux Bègles est poussé si fort en coulisses par Serge Simon (51 ans), vice-président de la FFR et manager des équipes de France, que le bruit sort de Marcoussis et nous revient aux oreilles.

 

Depuis, après avoir recoupé plusieurs sources, on sait que Serge Simon a voulu faire passer en force la promotion de Poirot. Supérieur de Brunel, Simon a-t-il mandaté le sélectionneur dans ce sens ? Jacques Brunel (65 ans) et Guilhem Guirado (32 ans) se connaissent depuis 2007. Ce ne sont pas de grands expansifs, mais ils s'apprécient et se respectent. Pourtant ce jour-là, le sélectionneur convoque le capitaine et lui suggère qu'il serait temps de passer à autre chose et de « démissionner » plutôt que prendre la responsabilité de le dégrader officiellement.

 

Les Bleus ont assuré qu'ils continueront de suivre Guirado


Guirado, qui avait eu un coup de mou après une énième défaite sur le fil face à l'Afrique du Sud (29-26), confiait dans L'Équipe du 19 novembre : « Avec tout l'investissement qu'on y met, toutes les concessions que font certains, que je fais, je me suis demandé si ça valait vraiment la peine, la peine de continuer à se battre [...] Mais, dès le lundi, c'était oublié ». Trois mois plus tard, la rouste à Twickenham a encore fait mal, mais le Catalan n'est plus du tout dans cet état d'esprit. « Il n'a pas envie de lâcher », témoigne alors un proche. Encore moins à quelques jours de la réception de l'Écosse (battue 27-10), un match sous haute tension populaire et médiatique pour une équipe qui a perdu ses trois derniers matches.

 

L'après-midi de cette entrevue entre le sélectionneur et le capitaine, les joueurs sont réunis pour un grand débrief. Soudainement, Serge Simon - « celui qui tire les ficelles », « le vrai patron », disent régulièrement les Bleus, en off, depuis 2017 - met le sujet du capitanat sur la table alors que Guirado est présent : faut-il garder le Toulonnais ? Démarche étonnante, qui place le capitaine à la merci de ses troupes, le met automatiquement dans une situation de faiblesse et peut être vu comme un désaveu public. Les Bleus, pas au courant de ce qui s'est passé un peu plus tôt, sont très surpris, nous rapportent plusieurs sources. Ils confirment leur confiance à leur capitaine, assurent qu'ils continueront à le suivre. Pas via un vote, contrairement aux fuites distillées vers la presse, mais par de simples paroles.

 

Comment Brunel a-t-il pu mettre son capitaine dans une telle difficulté ?


Dès le mardi 19 février, L'Équipe révélera qu'il n'y a jamais eu de vote pour le capitanat. Dans nos colonnes, ce même jour, Thierry Dusautoir, l'icône, recordman des capitanats en Bleu (54), sort du silence : « J'espère que Guirado ne lâchera pas ». Il défend son successeur, qu'il a régulièrement au téléphone, conjure ses partenaires de se resserrer autour de lui. Lorsqu'il prend la parole, Dusautoir n'est pas au courant de la pièce de boulevard jouée à Marcoussis dans le week-end : il nous avait accordé cette interview la semaine précédente, alors que plusieurs anciens joueurs - en particulier Richard Dourthe dans une chronique assassine à Midi Olympique - demandaient la tête de Guirado, « le visage de la France qui perd ».

 

Ce soutien de Dusautoir pèse. D'autant plus que dans la semaine de préparation à l'Écosse, chaque joueur interrogé en conférence de presse répète : « Il n'y a pas eu de vote. On a toute confiance en Guilhem ». Demeurent plusieurs interrogations : comment Jacques Brunel a-t-il pu mettre son capitaine dans une telle difficulté à ce moment du Tournoi ? Comment ce tandem, accompagné de Serge Simon, ira à la Coupe du monde au Japon ensemble après cette défiance incroyable ?

 

L'été dernier, le Toulonnais avait été volontairement laissé au repos, à 32 ans - il en aura 33 en juin - pour se reposer et bien se préparer. Jacques Brunel avait alors nommé Mathieu Bastareaud, ami de Guirado, capitaine de la tournée en Nouvelle-Zélande. À Wellington, le sélectionneur, interrogé sur la possibilité que « Basta » prolonge l'intérim en novembre, s'était montré très clair : « Je suis content de Mathieu, mais il ne faut pas oublier tout ce que Guilhem a montré dans ce rôle. Il est le capitaine ». Ça coulait sûrement moins de source, le 15 février. Il y a un mois, une éternité... 

  • Like 1
  • Thanks 8
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Raphaelle
Il y a 11 heures, Batoral a dit :

Possibilité de voir l'article pour les non abonnés ? 

ECHEC DE LA DEMISSION : la version dans l'Equipe papier
ARNAUD REQUENNA (AVEC R.B ET M.R)

 

Avant le match contre l’Écosse, le vice-président de la FFR Serge Simon et le sélectionneur des Bleus Jacques Brunel ont essayé de « démissionner » Guilhem Guirado pour promouvoir au brassard Jefferson Poirot. Mais ils se sont heurtés au refus du reste du groupe, surpris par la démarche.

Le programme envoyé chaque semaine par l’officier de presse des Bleus aux journalistes qui suivent l’équipe de France précise que, ce vendredi, la conférence de presse du capitaine Guilhem Guirado se déroulera à 14 h 15 au Stadio Olimpico de Rome. Rien de rare. Sauf qu’il y a quasiment un mois, le vendredi 15 février, le statut de Guirado a été sérieusement remis en cause, au profit de Jefferson Poirot (aujourd’hui blessé au genou et indisponible trois mois) qui ne demandait rien à personne.

Ce 15 février, donc, comme ses partenaires, le capitaine des Bleus retrouve le centre national de rugby à Marcoussis après du repos en famille. Cinq jours plus tôt, à Twickenham, la France a explosé (défaite 44-8). Durant le week-end à venir, qui précède la venue de l’Écosse, il y aura des réunions, des explications, des remises en question, un discours musclé de Bernard Laporte, le président de la FFR qui n'admet pas ce revers. Jusque là rien de plus normal.


Serge Simon a voulu faire passer en force la promotion de Poirot
Mais au cœur de ce week-end des longs couteaux, un nom surgit pour reprendre le capitanat de l’équipe de France : celui de Jefferson Poirot. Le nom du pilier gauche et capitaine de l’Union Bordeaux Bègles est poussé si fort en coulisses par Serge Simon (51 ans), vice-président de la FFR et manager des équipes de France, que le bruit sort de Marcoussis et nous revient aux oreilles.

Depuis, après avoir recoupé plusieurs sources, on sait que Serge Simon a voulu faire passer en force la promotion de Poirot. Supérieur de Brunel, Simon a-t-il mandaté le sélectionneur dans ce sens ? Jacques Brunel (65 ans) et Guilhem Guirado (32 ans) se connaissent depuis 2007. Ce ne sont pas de grands expansifs, mais ils s’apprécient et se respectent. Pourtant ce jour-là, le sélectionneur convoque le capitaine et lui suggère qu’il serait temps de passer à autre chose et de « démissionner » plutôt que prendre la responsabilité de le dégrader officiellement.

 

Les Bleus ont assuré qu’ils continueront de suivre Guirado
Guirado, qui avait eu un coup de mou après une énième défaite sur le fil face à l’Afrique du Sud (29-26), confiait dans L’Équipe du 19 novembre : « Avec tout l’investissement qu’on y met, toutes les concessions que font certains, que je fais, je me suis demandé si ça valait vraiment la peine, la peine de continuer à se battre […] Mais, dès le lundi, c’était oublié ». Trois mois plus tard, la rouste à Twickenham a encore fait mal, mais le Catalan n’est plus du tout dans cet état d’esprit. « Il n’a pas envie de lâcher », témoigne alors un proche. Encore moins à quelques jours de la réception de l’Écosse (battue 27-10), un match sous haute tension populaire et médiatique pour une équipe qui a perdu ses trois derniers matches.

L’après-midi de cette entrevue entre le sélectionneur et le capitaine, les joueurs sont réunis pour un grand débrief. Soudainement, Serge Simon – « celui qui tire les ficelles », « le vrai patron », disent régulièrement les Bleus, en off, depuis 2017 - met le sujet du capitanat sur la table alors que Guirado est présent : faut-il garder le Toulonnais ? Démarche étonnante, qui place le capitaine à la merci de ses troupes, le met automatiquement dans une situation de faiblesse et peut être vue comme un désaveu public. Les Bleus, pas au courant de ce qui s’est passé un peu plus tôt, sont très surpris, nous rapportent plusieurs sources. Ils confirment leur confiance à leur capitaine, assurent qu’ils continueront à le suivre. Pas via un vote, contrairement aux fuites distillées vers la presse, mais par de simples paroles. Le soir, au CNR, Jefferson Poirot, très embêté par la tournure prise par cette journée, dira sa gêne, qu’il a bien été approché malgré lui pour porter le brassard. Et, surtout, qu’il l’a refusé. Une information révélée hier soir par RMC et que nous pouvons confirmer.

 

Comment Brunel a-t-il pu mettre son capitaine dans une telle difficulté ?
Dès le mardi 19 février, L’Équipe révélera qu’il n’y a jamais eu de vote pour le capitanat. Dans nos colonnes, ce même jour, Thierry Dusautoir, recordman des capitanats en Bleu (54), sort du silence : « J’espère que Guirado ne lâchera pas ». Il défend son successeur, qu’il a régulièrement au téléphone, conjure les Bleus de se resserrer autour de lui. Lorsqu’il prend la parole, Dusautoir n’est pas au courant de la pièce de boulevard jouée à Marcoussis dans le week-end : il nous avait accordé cette interview la semaine précédente, alors que plusieurs anciens joueurs – en particulier Richard Dourthe dans une chronique assassine à Midi Olympique – demandaient la tête de Guirado, « le visage de la France qui perd ».

 

Ce soutien de Dusautoir pèse.

D’autant plus que dans la semaine de préparation à l’Écosse, chaque joueur interrogé en conférence de presse répète : « Il n’y a pas eu de vote. On a toute confiance en Guilhem ». Demeurent plusieurs interrogations : comment Jacques Brunel a-t-il pu mettre son capitaine dans une telle difficulté à ce moment du Tournoi ? Comment ce tandem, accompagné de Serge Simon, ira à la Coupe du monde au Japon ensemble après cette défiance incroyable ?

L’été dernier, le Toulonnais avait été volontairement laissé au repos, à 32 ans – il en aura 33 en juin – pour se reposer et bien se préparer. Jacques Brunel avait alors nommé Mathieu Bastareaud, ami de Guirado, capitaine de la tournée en Nouvelle-Zélande. À Wellington, le sélectionneur, interrogé sur la possibilité que « Basta » prolonge l’intérim en novembre, s’était montré très clair : « Je suis content de Mathieu, mais il ne faut pas oublier tout ce que Guilhem a montré dans ce rôle. Il est le capitaine ». Ça coulait sûrement moins de source, le 15 février. Il y a un mois, une éternité…

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zuzu31

Quel régal ! Ca continue.

Et ça commence à parler de Simon, bien.

 

Pourvu qu'on perde en Italie...:smile:

  • Like 1
  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Godfather
Il y a 10 heures, RMP a dit :

Faut savoir, il y a une semaine tout le monde voulait dégager Guirado car « il pue la défaite » « trop vieux, faut repartir avec des jeunes »... et quand le staff veut le faire c’est des enfoirés. 

C'est la forme. Si tu change de capitaine tu change de projet de jeu, tu change aussi ton groupe et tu le sort du groupe sinon ça sert à rien à part le mettre en porte-à-faux avec ses coéquipiers.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Godfather

La composition des Bleus : Medard ; Penaud, Bastareaud, Fofana, Huget, (O) Ntamack, (m) Dupont ; Camara, Picamoles, Alldritt ; Willemse, Lambey ; Bamba, Guirado (cap), Falgoux

 
 

 

Les remplaçants : Chat, Priso, Aldegheri, Gabrillagues, Iturria, Serin, Lopez, Ramos.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

Pas de Bezy,  il revient quand a Toulouse??

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabi

Je viens de réaliser que l'Italie en est à 21 défaites consécutives en Tournoi. Leur dernière victoire remonte à 2015.

Bref, une défaite contre eux parait vraiment impossible même si impossible n'est pas français.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
l'exil
il y a 54 minutes, Godfather a dit :

La composition des Bleus : Medard ; Penaud, Bastareaud, Fofana, Huget, (O) Ntamack, (m) Dupont ; Camara, Picamoles, Alldritt ; Willemse, Lambey ; Bamba, Guirado (cap), Falgoux

 
 

 

Les remplaçants : Chat, Priso, Aldegheri, Gabrillagues, Iturria, Serin, Lopez, Ramos.

 

pourquoi il sort Ramos ?? plus de buteur fiable en +.

 

c'est à l'aile que Médard devait jouer, à la place de Huget...

 

pourquoi il sort Fickou ?? Fofana - Bastareaud ça n'a jamais marché.

 

Et Vahamahina out, Iturria sur le banc, ok... par contre Picamoles lui il reste malgré le fait d'avoir été aussi mauvais que ses compères de la 3ème latte en Irlande.

 

Je n'en peux plus...

 

 

  • Upvote 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabi
il y a 39 minutes, Godfather a dit :

La composition des Bleus : Medard ; Penaud, Bastareaud, Fofana, Huget, (O) Ntamack, (m) Dupont ; Camara, Picamoles, Alldritt ; Willemse, Lambey ; Bamba, Guirado (cap), Falgoux

 
 

 

Les remplaçants : Chat, Priso, Aldegheri, Gabrillagues, Iturria, Serin, Lopez, Ramos.

 

Mes remarques en vrac :

 

C'est donc NTamack qui butera. Grosse pression.

La bouderie envers les clermontois (Fofana, Lopez) est terminée. Tant mieux.

En 8, on aura donc joué l'intégralité du Tournoi avec Picamoles. On n'aura testé aucun autre joueur à ce poste (je ne compte pas les remplacements de dernière minute pour la forme). C'est vraiment dommage quand on voit le niveau actuel de Picamoles (il ne sert plus à rien quand il n'avance pas) et le vivier des français en 3e ligne.

En parlant de 3e ligne, en flanker, le staff a appelé Camara, Aldritt, Iturria, Lauret, Sanconnie, Galletier (j'en ai oublié ?) alors qu'on souhaitait surtout voir Cros, Macalou et Concoriet. Pas de bol. Ce sera après la CdM.

On n'aura jamais vu Penaud au centre. Dommage.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

Même contre l'Italie, Penaud n'aura pas sa chance au centre. Virer Fickou plutôt que Basta : tout pour la vitesse !! 

 

Fofana-Fickou n'auront jamais réussi à se retrouver ensemble en EDF. Un mystère. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neophyte

C'est très bien de maintenir la charnière. Envie de revanche, accumulation d'expérience...

 

Mais cette justification :

 

 "Je ne vais pas leur retirer après deux matchs seulement et parce qu'il y a eu un match moins abouti en Irlande".

 

:laugh:

  • Haha 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papalou

On tient le bon bout. La défaite en Italie est envisageable.

  • Upvote 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien81

donc 5 matches, 4 paires de centres testées…….c'est sur Brunel sait ou il va!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...