Jump to content
Sign in to follow this  
Nagisa Kaworu

Le Topic De L'Arbitrage

Recommended Posts

Nagisa Kaworu

Si nous n'aurons pas (pour une fois) de nouvelles règles dans le rugby à XV cette saison, ça n'empêche pas les arbitres de se préparer, et les nouvelles consignes d'arriver.

Ainsi le patron des arbitres français, Didier Mené, a-t-il donné ses priorités pour la nouvelles saison. On peut les trouver dans la "synthèse de Versailles", disponible ici sur l'excellent site arbitrage-rugby.com.

Voici le résumé du boss des priorités de la nouvelle saison (je n'ai gardé que les points relatifs aux pros), qui montre au passage qu'il y a une prise de conscience sur un certain nombre de problèmes d'arbitrage, même si je ne suis pas sûr que les consignes survivent aux premières journées de Top 14, et aux premières polémiques.

1. CONTROLE DU JEU : DOMINANTES

1.1 La sécurité

Ce point reste toujours l'élément majeur pour la saison 2011/2012.

1.2 La mêlée :

Les séquences de formation doivent être bien décomposées pour une meilleure maîtrise par l'arbitre et sont différentes en fonction des catégories de compétitions. Le respect des commandements reste primordial. A chaque commandement de l'arbitre correspond une attitude du joueur. Le respect du STOP est indispensable et il est demandé une tolérance zéro contre les joueurs qui ne le respecteront pas. Les introductions en mêlée doivent être dans l'axe de la ligne médiane Les arbitres doivent sanctionner sans faiblesse par un CPF le non respect de l'équité.

1.3 Le jeu au sol

Il est demandé une grande vigilance à l'encontre de tout joueur impliqué dans un plaquage, que ce soit celui qui amène au sol ou celui qui reste debout et qui participe tout de même au plaquage.

Tout comme la mêlée, les phases de jeu au sol et de rucks restent un point extrêmement sensible pour la sécurité des joueurs.

Il conviendra d'appliquer avec vigilance les dispositions liées à la sécurité des joueurs prévues par l'IRB telle que la liaison obligatoire des joueurs lorsqu'ils se joignent au ruck.

1.4 Le hors-jeu : ce secteur connaît un vrai laxisme de l'arbitrage.

Ainsi, un contrôle plus rigoureux s'impose sur les phases suivantes :

• Regroupements : hors-jeu au large des joueurs non participants,

• En mêlée : détachement des 3ème lignes, ligne de hors-jeu à 5 mètres,

• Jeu courant : la règle n'est pas suffisamment appliquée. Une surveillance particulière est demandée aux arbitres concernant les joueurs qui se trouvent hors jeu à plus de 10 mètres. La ligne des « 10 mètres » reste une priorité absolue.

1.5 La touche :

Il est demandé une vigilance particulière à l'encontre des soutiens illicites autour du preneur de balle et surveillance des joueurs quittant l'alignement avant la fin de la touche.

1.7 Le jeu dangereux

Toutes les formes de plaquages dangereux, doivent être sanctionnées sans faiblesse. Il en est de même à l'encontre des joueurs qui viennent percuter les rucks ou les mauls avec l'épaule, sans se lier.

1.8 L'avantage

Cette règle appliquée avec intelligence et cohérence est une aide à la continuité du jeu. Elle constitue un atout essentiel dans la qualité de l'arbitrage.

Il est demandé aux arbitres une analyse plus pertinente dans la perception des situations réelles de l'avantage et plus de cohérence dans les retours ou non retours à la faute initiale.

2. CONTRÔLE DE LA LOYAUTÉ DU MATCH

2.1 Utilisation bien pensée du carton jaune et du carton rouge pour les fautes techniques, manquement à la loyauté et brutalités évidentes et délibérées - Règle 10.

• Fermeté,

• Courage,

• Caractère.

sont à cet égard les qualités de base d'un arbitre qui entend figurer au meilleur niveau … et surtout y rester. :close:

2.3 Le carton jaune

Il a été instauré pour conforter l'avertissement verbal et non pour répondre aux brutalités évidentes. Il doit s'appliquer lors :

• des fautes dites « professionnelles », volontaires ou répétées

• d'une situation de nervosité ;

• d'une action accidentelle d'antijeu ou d'un manquement à la loyauté.

2.4 Les actes évidents de brutalité sont à sanctionner par un carton rouge et cela sans avertissement préalable.

Ainsi doit conduire à l'expulsion définitive du fautif, toute brutalité « calculée » pour intimider, diminuer ou blesser l'adversaire. Des exemples :

• Les coups délibérés,

• La « génuflexion » sur un joueur au sol,

• Les plaquages très dangereux,

• Les piétinements dangereux (sur visage, tête, articulations notamment)

Dans la suite du doc, on trouve des infos intéressantes :

- Le pilier gauche n'a pas le droit de poser la main au sol en mêlée (le pilier droit, par contre...)

- Pour le jeu déloyal, on a une grille de sanctions assez précise :

+++++ génuflexion : carton rouge,

+++++ piétinement dangereux : carton rouge,

+++++ agression verbale, propos racistes et contestations répétées des décisions de l'arbitre : carton jaune ou rouge

+++++ coup de poing délibéré : carton rouge (mais bien sûr)

+++++ plaquage illégal et dangereux : carton jaune ou rouge,

+++++ contact avec les yeux ou la zone oculaire : carton rouge,

+++++ rucking : carton jaune ou rouge,

+++++ marcher sur une articulation : carton rouge.

- Une précision importante sur la tolérance donnée au plaqueur lors de la formation du ruck pour contester le ballon : Les joueurs adverses qui tiennent le porteur du ballon et l'amènent au sol en restant sur leurs appuis, sont considérés comme participants au plaquage. Ils doivent d'abord lâcher le plaqué et être dans leur camp avant de pouvoir jouer.

- Pour les "plaquages" avec l'épaule, spécialité îlienne : Toute percussion après passe devra être sanctionnée au minimum d'un carton jaune.

- La spéciale Fritz, pour le plaquage cathédrale : Tout joueur qui retourne un adversaire en le plaquant (le bassin passant au-dessus de la ligne des épaules) et le met au sol de manière dangereuse, que ce soit en le lâchant ou en l'accompagnant à terre, doit être pénalisé et sanctionné par au moins un carton jaune. Cette directive doit s'appliquer de manière stricte. Observation : les arbitres doivent faire preuve de discernement et ne pas assimiler un plaquage offensif (où les pieds peuvent être décollés du sol) à un plaquage « cathédrale ».

- Une que j'aime beaucoup : toute percussion avec la tête en avant vers l'adversaire est interdite (et profondément stupide :shaun:).

- Concernant la fin du ruck, elle est définie à partir du moment où le relayeur a une main sur le ballon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
strangler
où le relayeur a une main sur le ballon.

Ca doit faire trente ans que c'est comme ça.

Je me souviens, quand je commençais à suivre le rugby, que les demis de mêlées des années 90 racontaient leur difficulté d'adaptation entre un arbitrage français qui termine le ruck quand le dm prend le ballon des deux mains et un arbitrage britannique qui laisse la défense jouer plus vite.

C'est dingue qu'on y revienne...

Share this post


Link to post
Share on other sites
tire-bouchon
où le relayeur a une main sur le ballon.

Ca doit faire trente ans que c'est comme ça.

Je me souviens, quand je commençais à suivre le rugby, que les demis de mêlées des années 90 racontaient leur difficulté d'adaptation entre un arbitrage français qui termine le ruck quand le dm prend le ballon des deux mains et un arbitrage britannique qui laisse la défense jouer plus vite.

C'est dingue qu'on y revienne...

C'est pourtant la règle et elle est simple à arbitrer!

Si le joueur qui touche le ballon fait partie de la mélée ou du regroupement il faut attendre la sortie effective du ballon (la passe)

Si c'est un relayeur dés que celui_ci touche le ballon la défense peut agir, alors effectivement les arbitres s'adaptent et laisse souvent un temps de réaction au relayeur pour être surs que le ballon est bien touché (passe amorcée).

Edited by tire-bouchon

Share this post


Link to post
Share on other sites
ikebukuro
où le relayeur a une main sur le ballon.

Ca doit faire trente ans que c'est comme ça.

Je me souviens, quand je commençais à suivre le rugby, que les demis de mêlées des années 90 racontaient leur difficulté d'adaptation entre un arbitrage français qui termine le ruck quand le dm prend le ballon des deux mains et un arbitrage britannique qui laisse la défense jouer plus vite.

C'est dingue qu'on y revienne...

C'est pourtant la règle et elle est simple à arbitrer!

Si le joueur qui touche le ballon fait partie de la mélée ou du regroupement il faut attendre la sortie effective du ballon (la passe)

Si c'est un relayeur dés que celui_ci touche le ballon la défense peut agir, alors effectivement les arbitres s'adaptent et laisse souvent un temps de réaction au relayeur pour être surs que le ballon est bien touché (passe amorcée).

POur toi elle est simple

mais pour les joueurs et les passionné de rugby, c'est pénible

parce que des fois il y a des regles existent en France ce n'est pas pratiqué en Angleterre ou en AFrique du sud

je mate souvent les rugby Francais, Sud Africain et Anglais... des fois je ne comprend pas trop la regle.

J'ai l'impression que la regle n'est pas universelle pour tout. chaque pays a ses regles de rush, de plaquage, de mélée, etc....

Share this post


Link to post
Share on other sites
diogene

Picamole pourra continuer à progresser avec l'avant bras sur la glotte de l'adversaire....

Seulement s'il pense à le protéger avec la fameuse « tuile à Guy ».

Share this post


Link to post
Share on other sites
chomelaregle

Picamole pourra continuer à progresser avec l'avant bras sur la glotte de l'adversaire....

Seulement s'il pense à le protéger avec la fameuse « tuile à Guy ».

:nuke:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zuzu31

Rien sur les en-avants de passes ?

Non, parceque la base du rugby, c'est d'avancer tout en se passant le ballon vers l'arrière... :whist:

C'est pour moi la première règle que doit appliquer l'arbitre car c'est ce qu'il y a de plus important !!!

Je serai curieux de connaître les stats des essais accordés avec au moins une passe en-avant dans l'action (passe dite "au cordeau" par Galthié...), sur la saison dernière.

Ca doit être proche des 50%...

Et pas de blague vaseuse sur les essais "à la toulousaine" car tous les clubs, et même tous les joueurs en font. Il suffit juste que les arbitres sifflent (et je dis bien LES arbitres car effectivement souvent ceux de touche sont mieux placés pour voir ces en-avants).

Edited by Zuzu31

Share this post


Link to post
Share on other sites
Steve

Rien sur les en-avants de passes ?

Non, parceque la base du rugby, c'est d'avancer tout en se passant le ballon vers l'arrière... :whist:

C'est pour moi la première règle que doit appliquer l'arbitre car c'est ce qu'il y a de plus important !!!

Je serai curieux de connaître les stats des essais accordés avec au moins une passe en-avant dans l'action (passe dite "au cordeau" par Galthié...), sur la saison dernière.

Ca doit être proche des 50%...

Et pas de blague vaseuse sur les essais "à la toulousaine" car tous les clubs, et même tous les joueurs en font. Il suffit juste que les arbitres sifflent (et je dis bien LES arbitres car effectivement souvent ceux de touche sont mieux placés pour voir ces en-avants).

Je me rappelle d'un essai toulousain en demi-finale 2011... :whist:

Par contre, pour ceux qui me répondraient en me parlant d'un autre essai lors d'une demi-finale en 2010, je n'en ai aucun souvenir, vous devez confondre !

:smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

Rien sur les en-avants de passes ?

Non, parceque la base du rugby, c'est d'avancer tout en se passant le ballon vers l'arrière... :whist:

C'est pour moi la première règle que doit appliquer l'arbitre car c'est ce qu'il y a de plus important !!!

Je serai curieux de connaître les stats des essais accordés avec au moins une passe en-avant dans l'action (passe dite "au cordeau" par Galthié...), sur la saison dernière.

Ca doit être proche des 50%...

Et pas de blague vaseuse sur les essais "à la toulousaine" car tous les clubs, et même tous les joueurs en font. Il suffit juste que les arbitres sifflent (et je dis bien LES arbitres car effectivement souvent ceux de touche sont mieux placés pour voir ces en-avants).

la différence; c'est que les passes "au cordeau" sont en faveur de l'attaque.

la défense HJ sur les rucks, c'est au bénéfice de la défense.

et ce que l'on veut; c'est que l'arbitrage aille dans le sens du jeu.

autres chiffres, si tu compares le nombre de passes au cordeau et le nombre de défense HJ sur les rucks, il doit y avoir un sacré écart...

Share this post


Link to post
Share on other sites
kaukau

Si toutes ces règles sont appliquées, Jauzion et Albacete peuvent prendre leur retraite :sorcerer:

Il manque effectivement un gros rappel sur les en-avants alhadk...

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

je suis en stage demain et après-demain, animé par J. Garcès.

je vous tiendrais au courant des tendances et nouveautés de la saison à venir :original:

j'ai dit une connerie (une fois de plus); c'est notre ami Christophe Berdos qui animera la réunion de demain.

Garcès, c'était l'année dernière !

Edited by brayaud's

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joco

je suis en stage demain et après-demain, animé par J. Garcès.

je vous tiendrais au courant des tendances et nouveautés de la saison à venir :original:

j'ai dit une connerie (une fois de plus); c'est notre ami Christophe Berdos qui animera la réunion de demain.

Garcès, c'était l'année dernière !

Alors, Brayaud's??? :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
nikos

DOMINANTES GENERALES DE LA SAISON 2011/2012

Bonne lecture

1. CONTROLE DU JEU : DOMINANTES

1.1 La sécurité

Ce point reste toujours lélément majeur pour la saison 2011/2012. Les mesures

spécifiques, notamment dans les compétitions des catégories C et D, nécessitent, tout

particulièrement chez les jeunes et dans les rencontres territoriales, une grande rigueur

dans le contrôle du jeu afin que les phases les plus sensibles telle que la mêlée

ordonnée et le plaquage puissent se dérouler en toute sécurité.

Les nouvelles dispositions applicables pour la saison 2011/2012 dans les

catégories C et D sont reprises en détail dans le corps de la synthèse elle-même.

1.2 La mêlée :

Les séquences de formation doivent être bien décomposées pour une meilleure

maîtrise par larbitre et sont différentes en fonction des catégories de compétitions. Il faut

bien différencier :

la règle I.R.B. pour les séniors et les « moins de 19 ans » (4 séquences

avec le « toucher »), applicable aux compétitions des catégories A et B ;

la règle F.F.R., placement des joueurs sans impact, interdiction de

pousser après le gain du ballon), applicable aux compétitions des

catégories C et D.

Le respect des commandements reste primordial. A chaque commandement de larbitre

correspond une attitude du joueur. Le respect du STOP est indispensable et il est

demandé une tolérance zéro contre les joueurs qui ne le respecteront pas.

Les introductions en mêlée doivent être dans laxe de la ligne médiane Les arbitres

doivent sanctionner sans faiblesse par un CPF le non respect de léquité.

4

1.3 Le jeu au sol

Il est demandé une grande vigilance à lencontre de tout joueur impliqué dans un plaquage,

que ce soit celui qui amène au sol ou celui qui reste debout et qui participe tout de même au

plaquage.

Tout comme la mêlée, les phases de jeu au sol et de rucks restent un point extrêmement

sensible pour la sécurité des joueurs.

· Il conviendra dappliquer avec vigilance les dispositions liées à la sécurité des joueurs

prévues par lIRB telle que la liaison obligatoire des joueurs lorsquils se joignent au

ruck,

ou celles spécifiques des compétitions des catégories C et D.

· interdiction denjamber le ballon « au-delà du pas qui suit »,

· interdiction de gratter le ballon

1.4 Le hors-jeu : ce secteur connaît un vrai laxisme de larbitrage.

Ainsi, un contrôle plus rigoureux simpose sur les phases suivantes :

Regroupements : hors-jeu au large des joueurs non participants,

En mêlée : détachement des 3ème lignes, ligne de hors-jeu à 5 mètres,

Jeu courant : la règle nest pas suffisamment appliquée. Une surveillance

particulière est demandée aux arbitres concernant les joueurs qui se trouvent

hors jeu à plus de 10 mètres. La ligne des « 10 mètres » reste une priorité

absolue.

1.5 La touche :

Il est demandé une vigilance particulière :

· à lencontre des soutiens illicites autour du preneur de balle et surveillance des joueurs

quittant lalignement avant la fin de la touche.

· en catégories C et D, à lencontre des joueurs qui amènent le capteur du ballon au sol, y

compris si un maul nest pas formé (ceci est désormais interdit)

1.6 Le maul :

Les dispositions de la saison 2010/2011 sont applicables en catégories C et D dès lors quun

joueur du maul se trouve au sol.

1.7 Le jeu dangereux

Toutes les formes de plaquages dangereux, doivent être sanctionnées sans faiblesse.

Il en est de même à lencontre des joueurs qui viennent percuter les rucks ou les mauls avec

lépaule, sans se lier.

Il conviendra dappliquer avec vigilance les dispositions prévues pour les compétitions des

catégories C et D, qui définissent, entre autres directives, toutes les formes de plaquages

dangereux.

5

1.8 Lavantage

Cette règle appliquée avec intelligence et cohérence est une aide à la continuité du jeu. Elle

constitue un atout essentiel dans la qualité de larbitrage.

Il est demandé aux arbitres une analyse plus pertinente dans la perception des situations

réelles de lavantage et plus de cohérence dans les retours ou non retours à la faute initiale.

2. CONTRÔLE DE LA LOYAUTÉ DU MATCH

2.1 Utilisation bien pensée du carton blanc, carton jaune et du carton rouge pour

les fautes techniques, manquement à la loyauté et brutalités évidentes et délibérées -

Règle 10.

Fermeté,

Courage,

Caractère.

sont à cet égard les qualités de base dun arbitre qui entend figurer au meilleur niveau …

et surtout y rester.

2.2 Le carton blanc

Il a été instauré pour conforter lavertissement verbal et non pour répondre au manquement

à la loyauté. Il doit sappliquer lors de fautes dites professionnelles, volontaires ou répétées.

2.3 Le carton jaune

Il a été instauré pour conforter lavertissement verbal et non pour répondre aux brutalités

évidentes. Il doit sappliquer lors :

des fautes dites « professionnelles », volontaires ou répétées (matches de

divisions professionnelles)

dune situation de nervosité ;

dune action accidentelle dantijeu ou dun manquement à la loyauté.

2.4 Les actes évidents de brutalité sont à sanctionner par un carton rouge et cela

sans avertissement préalable.

Ainsi doit conduire à lexpulsion définitive du fautif, toute brutalité « calculée » pour

intimider, diminuer ou blesser ladversaire. Des exemples :

Les coups délibérés,

La « génuflexion » sur un joueur au sol,

Les plaquages très dangereux,

Les piétinements dangereux (sur visage, tête, articulations notamment)

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

je vous fait un petit topo de notre séance de travail; pour faire plus court que Nikos :original:

finalement, réunion animée ni par Garcès, ni par Berdos; mais par Franck Maciello.

1. les points clés de l'IRB

Arbitrage de la zone de plaquage

Attention portée en premier sur le plaqueur (qu'il s'enlève; lache le plaqué...)Tout aide au plaquage sera soumis au même traitement.

Rigueur nous est demandée sur les déblayages ou protections offensifs. Pas de plongeons, ni de sealing-off (grande tendance du moment). Le sealing consiste au soutien à tout simplement se coucher sur le plaqué, afin que les opposants ne puissent lutter équitablement à la poussée pour le gain du ballon. Grande rigueur aussi sur le bridging, ou tête de pont.

Commandements en mêlée

Commandements lents et décomposés; à la demande des entraineurs et joueurs de 1ère ligne.

Liaison du pilier "sur le flanc" et non au bras.

Hors-jeu sur les phases statiques

Vigilance sur les joueurs partant devant le botteur, et sur les joueurs ne se retirant pas de la zone des 10 mètres.

de même pour les HJ au large et au près sur les phases statiques

Obstructions sur maul

Notamment sur les touches; où à la descente du preneur de balle; les lifteurs se glissent devant le porteur de balle. D'ailleurs, les arbitres doivent annoncer aux joueurs qu'un maul a été crée.

Plaquages dangereux

Grande sévérité est demandée sur tout plaquages hauts ou dangereux. Pénalité, carton jaune, carton rouge.

Sinon, dans les directives FFR; pour les catégories C et D (fédérale 2 jusqu'à 4e série, Phliponeau, Teulière et rugby à XII)

la dernier commandement de la mêlée change. Le "jeu" est remplacé par "prêt". Sinon, les attitudes demandées aux joueurs restent les mêmes.

ce qui nous donne Flexion - Placement - Stop - Prêts

Voilà; maintenant il n'appartient qu'à mes collègues et moi-même à appliquer ces directives pour un rugby plus équitable, propre et lisible. :original:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joco

Merci pour ces retours, Nikos et Brayaud's... :flo:

On comprend mieux certaines décisions sur les premiers matchs de la saison...

Par contre, je ne comprends toujours pas pourquoi les staffs et joueurs demandent des instructions plus lentes sur les mêlées!!! :blink: Je trouve ça complètement contre-productif!!! :shaun:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tolosa

Par contre, je ne comprends toujours pas pourquoi les staffs et joueurs demandent des instructions plus lentes sur les mêlées!!! :blink: Je trouve ça complètement contre-productif!!! :shaun:

Il a été annoncé que c'est un soucis d'harmonisation avec l hemisphere sud !

Les commandements se feront donc plus lentement afin d'habituer les joueurs à l arbitrage de l hemisphere sud. :whist:

Share this post


Link to post
Share on other sites
jauzy19

je vous fait un petit topo de notre séance de travail; pour faire plus court que Nikos :original:

finalement, réunion animée ni par Garcès, ni par Berdos; mais par Franck Maciello.

1. les points clés de l'IRB

Arbitrage de la zone de plaquage

Attention portée en premier sur le plaqueur (qu'il s'enlève; lache le plaqué...)Tout aide au plaquage sera soumis au même traitement.

Rigueur nous est demandée sur les déblayages ou protections offensifs. Pas de plongeons, ni de sealing-off (grande tendance du moment). Le sealing consiste au soutien à tout simplement se coucher sur le plaqué, afin que les opposants ne puissent lutter équitablement à la poussée pour le gain du ballon. Grande rigueur aussi sur le bridging, ou tête de pont.

Commandements en mêlée

Commandements lents et décomposés; à la demande des entraineurs et joueurs de 1ère ligne.

Liaison du pilier "sur le flanc" et non au bras.

Hors-jeu sur les phases statiques

Vigilance sur les joueurs partant devant le botteur, et sur les joueurs ne se retirant pas de la zone des 10 mètres.

de même pour les HJ au large et au près sur les phases statiques

Obstructions sur maul

Notamment sur les touches; où à la descente du preneur de balle; les lifteurs se glissent devant le porteur de balle. D'ailleurs, les arbitres doivent annoncer aux joueurs qu'un maul a été crée.

Plaquages dangereux

Grande sévérité est demandée sur tout plaquages hauts ou dangereux. Pénalité, carton jaune, carton rouge.

Sinon, dans les directives FFR; pour les catégories C et D (fédérale 2 jusqu'à 4e série, Phliponeau, Teulière et rugby à XII)

la dernier commandement de la mêlée change. Le "jeu" est remplacé par "prêt". Sinon, les attitudes demandées aux joueurs restent les mêmes.

ce qui nous donne Flexion - Placement - Stop - Prêts

Voilà; maintenant il n'appartient qu'à mes collègues et moi-même à appliquer ces directives pour un rugby plus équitable, propre et lisible. :original:

Et sinon en plus de la règle stricto sensu l'arbitrage en fonction du terrain, en fonction du score, en fonction du passé de la rencontre (compensation), en fonction de la notoriété du joueur... bref des notions qui font appel le plus souvent à l'inconscient de l'être humain ce sont des choses qui sont évoquées ou alors on se voile totalement la face sur cette problématique responsable par exemple de la 2ème mi-temps catastrophique de l'arbitre de LOU-ST ?

Edited by jauzy19

Share this post


Link to post
Share on other sites
fanofnumber10

je vous fait un petit topo de notre séance de travail; pour faire plus court que Nikos :original:

finalement, réunion animée ni par Garcès, ni par Berdos; mais par Franck Maciello.

1. les points clés de l'IRB

Arbitrage de la zone de plaquage

Attention portée en premier sur le plaqueur (qu'il s'enlève; lache le plaqué...)Tout aide au plaquage sera soumis au même traitement.

Rigueur nous est demandée sur les déblayages ou protections offensifs. Pas de plongeons, ni de sealing-off (grande tendance du moment). Le sealing consiste au soutien à tout simplement se coucher sur le plaqué, afin que les opposants ne puissent lutter équitablement à la poussée pour le gain du ballon. Grande rigueur aussi sur le bridging, ou tête de pont.

Commandements en mêlée

Commandements lents et décomposés; à la demande des entraineurs et joueurs de 1ère ligne.

Liaison du pilier "sur le flanc" et non au bras.

Hors-jeu sur les phases statiques

Vigilance sur les joueurs partant devant le botteur, et sur les joueurs ne se retirant pas de la zone des 10 mètres.

de même pour les HJ au large et au près sur les phases statiques

Obstructions sur maul

Notamment sur les touches; où à la descente du preneur de balle; les lifteurs se glissent devant le porteur de balle. D'ailleurs, les arbitres doivent annoncer aux joueurs qu'un maul a été crée.

Plaquages dangereux

Grande sévérité est demandée sur tout plaquages hauts ou dangereux. Pénalité, carton jaune, carton rouge.

Sinon, dans les directives FFR; pour les catégories C et D (fédérale 2 jusqu'à 4e série, Phliponeau, Teulière et rugby à XII)

la dernier commandement de la mêlée change. Le "jeu" est remplacé par "prêt". Sinon, les attitudes demandées aux joueurs restent les mêmes.

ce qui nous donne Flexion - Placement - Stop - Prêts

Voilà; maintenant il n'appartient qu'à mes collègues et moi-même à appliquer ces directives pour un rugby plus équitable, propre et lisible. :original:

Et sinon en plus de la règle stricto sensu l'arbitrage en fonction du terrain, en fonction du score, en fonction du passé de la rencontre (compensation), en fonction de la notoriété du joueur... bref des notions qui font appel le plus souvent à l'inconscient de l'être humain ce sont des choses qui sont évoquées ou alors on se voile totalement la face sur cette problématique responsable par exemple de la 2ème mi-temps catastrophique de l'arbitre de LOU-ST ?

quid de l'arbitrage maison? c'est toujours la politique du top14 ? en tout cas c'est applique par une majorite d'arbitres quelques soient les equipes

rien que ce WE, le CO n'a pas ete desavantage par l'arbitrage, bon il y avait pas vraiment besoin car le SF etait d'une faiblesse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

Pour Jauzy; ce sujet n'a pas été évoqué. La décision à prendre à l'instant T; c'est expliqué en interne, à froid; que l'on sait par un superviseur si cette décision était la bonne ou non.

Fanof, l'arbitrage maison est une pure légende; comme le french flair, le dahut ou Castres...

ensuite, si ce topic sert à vous amuser et à sortir vos pleurnicheries habituelles; je vous laisse vous amuser. Je profite de cette page pour vous révéler et vous expliquer certaines choses que le commun des spectateurs mortels ne peut savoir, tout en simplifiant le discours lénifiant de l'IRB et de la Fédé qui balancent sur le net leurs directives qui sont parfois bien indigestes.

ou alors, demandez à Chabal :smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites
LE CIEL ET BLANC

Les plaquages style "Narjissi" seront-ils plus surveillés ? :crying:

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

Les plaquages style "Narjissi" seront-ils plus surveillés ? :crying:

ceux qui plongent dans les pieds du porteur de balle ?

en principe; c'est pénalisable. Un plaquage se fait à l'aide des bras. sinon, ça peut être considéré du style "plaquage à l'épaule".

Share this post


Link to post
Share on other sites
LE CIEL ET BLANC

Les plaquages style "Narjissi" seront-ils plus surveillés ? :crying:

ceux qui plongent dans les pieds du porteur de balle ?

en principe; c'est pénalisable. Un plaquage se fait à l'aide des bras. sinon, ça peut être considéré du style "plaquage à l'épaule".

Merci pour la confirmation ! :chinois:

Si le plaquage n'est pas sanctionné en cours de match, est-il "citable" par le commissaire à la citation ? :shaun:

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

Les plaquages style "Narjissi" seront-ils plus surveillés ? :crying:

ceux qui plongent dans les pieds du porteur de balle ?

en principe; c'est pénalisable. Un plaquage se fait à l'aide des bras. sinon, ça peut être considéré du style "plaquage à l'épaule".

Merci pour la confirmation ! :chinois:

Si le plaquage n'est pas sanctionné en cours de match, est-il "citable" par le commissaire à la citation ? :shaun:

je ne pense pas; car on juge avant tout l'intention du joueur. et dans ces cas-là, le joueur n'a pas l'intention de faire mal; mais de faire tomber le type

Share this post


Link to post
Share on other sites
jauzy19

Pour Jauzy; ce sujet n'a pas été évoqué. La décision à prendre à l'instant T; c'est expliqué en interne, à froid; que l'on sait par un superviseur si cette décision était la bonne ou non.

Fanof, l'arbitrage maison est une pure légende; comme le french flair, le dahut ou Castres...

Bien merci, donc l'arbitre est considéré comme un robot froid, qui n'a pas de mémoire, ne sait pas sur quel terrain il se trouve à l'instant T et fait totalement abstraction des cris du public par exemple. Perso quand je parle d'arbitrage maison (je ne sais pas ce qu'en pense fanof) je parle des éléments (influence du public...) qui font qu'INCONSCIEMMENT, j'insiste sur ce mot, l'arbitre peut favoriser l'équipe qui joue à domicile, idem pour la compensation, etc... Ne pas évoquer l'influence de l'inconscient sur ces décisions d'êtres humains est une erreur lourde selon moi. En football par exemple je trouve que les progrets sur ce sujet ont été spectaculaires ces dernières années, notamment au niveau de la compensation.

Enfin concernant l'arbitrage maison conscient et délibéré, je pense qu'il n'existe plus en élite française aujourd'hui mais n'est pas pour autant une légende car il a bien existé dans le passé. De plus dans les petites séries il existe toujours et je connais notamment un jeune arbitre qui m'a dit texto "la première fois j'ai voulu être impartial je me suis retrouvé avec les 4 pneus crevés, depuis ce jour j'avantage l'équipe qui reçoit".

Edited by jauzy19

Share this post


Link to post
Share on other sites
brayaud's

Pour Jauzy; ce sujet n'a pas été évoqué. La décision à prendre à l'instant T; c'est expliqué en interne, à froid; que l'on sait par un superviseur si cette décision était la bonne ou non.

Fanof, l'arbitrage maison est une pure légende; comme le french flair, le dahut ou Castres...

Bien merci, donc l'arbitre est considéré comme un robot froid, qui n'a pas de mémoire, ne sait pas sur quel terrain il se trouve à l'instant T et fait totalement abstraction des cris du public par exemple. Perso quand je parle d'arbitrage maison (je ne sais pas ce qu'en pense fanof) je parle des éléments (influence du public...) qui font qu'INCONSCIEMMENT, j'insiste sur ce mot, l'arbitre peut favoriser l'équipe qui joue à domicile, idem pour la compensation, etc... Ne pas évoquer l'influence de l'inconscient sur ces décisions d'êtres humains est une erreur lourde selon moi. En football par exemple je trouve que les progrets sur ce sujet ont été spectaculaires ces dernières années, notamment au niveau de la compensation.

Enfin concernant l'arbitrage maison conscient et délibéré, je pense qu'il n'existe plus en élite française aujourd'hui mais n'est pas pour autant une légende car il a bien existé dans le passé. De plus dans les petites séries il existe toujours et je connais notamment un jeune arbitre qui m'a dit texto "la première fois j'ai voulu être partial je me suis retrouvé avec les 4 pneus crevés, depuis ce jour j'avantage l'équipe qui reçoit".

Inconsciemment, c'est possible.

sur chaque action, notamment au sol ou sur une mêlée chahutée; on a des doutes sur l'origine de la faute, jusqu'à ce que la décision soit prise.

les cris du public peuvent, éventuellement et inconsciemment, influencer les décisions.

mais cela ne fait jamais débat ou même discussions lors de nos travaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...